Don d'organes - Encadrement législatif en France

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Textes législatifs - France

Publié le : 14/07/2020

Auteur / Source : C. Tertrais

Instruments juridiques 

Les dispositions juridiques relatives au don d'organes se trouvent dans le Code de la santé publique > Partie législative > Première partie > Livre 2 > Titre 3.

Elles ont été introduites par la loi n°76-1181 du 22 décembre 1976 relative aux prélèvements d'organes. Celle-ci a été complétée par la loi de bioéthique du 7 juillet 2011 et modifiée par la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016.

Donneurs décédés

Le principe du consentement présumé est en vigueur depuis 1976. Chaque majeur est donc un donneur potentiel à sa mort. 

La loi retient 3 moyens de signifier son refus : l'inscription au registre national des refus (possibilité de le faire en ligne depuis 2016), un refus émis par écrit (document daté et signé) ou par oral aux proches. Depuis 2016, le refus peut être partiel et ne concerner que certains organes ou tissus.

En pratique, les médecins consultent systématiquement les proches (conjoint/concubin, parents, enfants). Un prélèvement d'organe sur mineur ne peut être réalisé qu'avec le consentement écrit du ou des responsables légaux.

Donneurs vivants 

La loi de bioéthique du 7 juillet 2011 a étendu les possibilités de don d'organe, auparavant réduites à la famille proche, à toute personne pouvant apporter la preuve d'un lien affectif étroit et stable avec le receveur. 

Elle a également rendu possible le don croisé d'organes entre personnes vivantes. Le don croisé fonctionne comme ceci : deux receveurs incompatibles avec leur donneur respectif peuvent les échanger afin d'obtenir un organe fonctionnel.

En France, il est impossible pour un mineur vivant de faire don d'un organe.

Recueil du consentement et protection des donneurs

Un comité d'experts a un devoir d'information vis à vis du donneur vivant sur les conséquences médicales, sociales et financières du prélèvement. Le consentement du donneur doit être recueilli par un juge du tribunal de grande instance.

Dans ce cadre d'un don post mortem, l'équipe médicale consulte d'abord le registre national des refus. Si la personne décédée n'en fait pas partie, l'équipe consulte la famille pour savoir elle a recueilli une opposition écrite ou orale au don. Dans le cas d'une opposition orale, une retranscription écrit signée par le ou les proche(s) concerné(s) est requise.  

En France, le don, d'organe issu de personnes décédées est anonyme. 

Indemnisation et rémunération

Le principe retenu par la loi est la neutralité financière du don. Néanmoins, sont pris en charge en intégralité, par l'établissement et l'assurance maladie, les frais médicaux (bilan pré-opératoire, hospitalisation et suivi) et les frais non médicaux (transport, hébergement) liés au don.


Articles similaires

Don d'organes - Encadrement législatif en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Instruments juridiques

La loi du 13 Juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes encadre le don d'organe en Belgique. Elle a été modifiée par la loi du 19 décembre 2008, relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique.

Donneurs décédés

Le principe du consentement présumé est en vigueur depuis 1986. Elle prévoit également la possibilité de se déclarer explicitement "don...

Lire la suite

Loi prélèvement et transplantation organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

13 JUIN 1986. - Loi sur le prélèvement et la transplantation d'organes. (M.B.14/02/1987)

CHAPITRE Ier. Dispositions générales.

Article 1. § 1er. La présente loi est applicable au prélèvement d'organes du corps d'une personne, appelée " donneur ", en vue de la transplantation de ces organes, tissus ou cellules à des fins thérapeutiques sur le corps de la même personne ou d'une autre personne, appelée " receveur
Au sens de la présente loi, on entend par " organe " une partie différenciée et vi...

Lire la suite

loi luxembourgeoise / prélèvement organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

Loi du 25 novembre 1982 réglant le prélèvement de substances d'origine humaine.

 (Mém. A - 98 du 3 décembre 1982, p. 2020; doc. parl. 2287)

 Art. 1er
La présente loi s'applique à tout prélèvement de substances d'origine humaine effectué à des fins de thérapeutique et de diagnostic au profit de personnes autres que le donneur, et à des fins de recherche.

Le prélèvement de sang ou de plasma sanguin, le transfert d'embryon et le prélèvement de testicules et d'ovaires ne tombent pas sous l'appl...

Lire la suite