Don d'organes - Encadrement législatif en Espagne

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Textes législatifs - Espagne

Publié le : 14/07/2020

Auteur / Source : C. Tertrais

Instruments juridiques 

Le don d'organes est encadré par la loi n°30 du 27 octobre 1979 sur l'extraction et la transplantation d'organes. Celle-ci a été modifiée par la loi n°26 du 1er août 2011.

Donneurs décédés 

Le principe du consentement présumé est retenu depuis la loi de 1979. Tout personne décédée après ses 18 ans est donc considérée comme un donneur potentiel, sauf si celle-ci a exprimé son refus de son vivant. 

Un prélèvement d'organe sur défunt ne peut être réalisé qu'après constatation du décès par 3 médecins dont un neurologue ou neurochirurgien et le chef du service concerné. Aucun de ces 3 médecins ne peut participer aux opérations de prélèvement et de transplantation. 

Donneurs vivants

Le donneur vivant doit être majeur, être en pleine possession de ses capacités mentales, avoir été préalablement informé sur les différentes conséquences de son don, avoir donné son consentement expressément,librement et sciemment. Un mineur peut faire un don d'organe avec l'accord de ses responsables légaux.

Recueil du consentement et protection des donneurs

Une institution publique a été créée en Espagne avec pour mission de sʼassurer du caractère volontaire du don et quʼaucune considération financière nʼintervient. 

Dans le cadre d'un don issu d'une personne vivante, le consentement doit être exprimé par écrit devant l'autorité publique désignée par le loi, avec signature du médecin responsable du prélèvement.

L'équipe médicale a un devoir d'information vis-à-vis du donneur, sur les conséquences prévisibles de l'ordre somatique, psychologique et psychologique, sur les éventuelles répercussions que le don peut avoir sur sa vie personnelle, familiale et professionnelle, ainsi que sur les avantages que le bénéficiaire est censé retirer de la greffe.

Indemnisation et rémunération

Conformément à la loi, il n'y a aucune compensation financière pour le donneur. Le coût de la transplantation n'est pas laissé à la charge du receveur.


Articles similaires

Résolution OMS transplantation d'organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

PRINCIPES DIRECTEURS DE L'OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D'ORGANES HUMAINS 

(...) Le manque d'organes à transplanter a non seulement incité de nombreux pays à mettre en place des procédures et des systèmes pour accroître l'offre, mais a aussi entraîné une augmentation du commerce d'organes humains, notamment d'organes provenant de donneurs vivants sans lien de parenté avec les receveurs. Des preuves de ce commerce qui s'apparente à un trafic d'êtres humains sont apparues...

Lire la suite

Ordonnance sur la transplantation d'organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

Ordonnance sur la transplantation d'organes, de tissus et de cellules d'origine humaine du 16 mars 2007 (Etat le 1er février 2010)

 Le Conseil fédéral suisse,

vu les art. 2, al. 3, 8, al. 8, 9, al. 2, 10, al. 3, 14, al. 4, 15, 24, al. 2, 25, al. 4, 26, 29, al. 2, 30, al. 3, 31, al. 2 et 3, 36, al. 3, 42, 50, al. 2, 54, 59, al. 6, et 60, al. 1, de la loi du 8 octobre 2004 sur la transplantation (loi sur la transplantation)1,

arrête:

Chapitre 1 Objet, champ d'application et défi...

Lire la suite

Don d'organes - Encadrement législatif en France

- Don d'organes, de tissus et de sang

Instruments juridiques 

Les dispositions juridiques relatives au don d'organes se trouvent dans le Code de la santé publique > Partie législative > Première partie > Livre 2 > Titre 3.

Elles ont été introduites par la loi n°76-1181 du 22 décembre 1976 relative aux prélèvements d'organes. Celle-ci a été complétée par la loi de bioéthique du 7 juillet 2011 et modifiée par la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016.

Donneurs décédés

Le principe du consentement présumé est ...

Lire la suite