Don d'organes - Encadrement législatif en Allemagne

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Textes législatifs - Allemagne

Publié le : 14/07/2020

Auteur / Source : C. Tertrais

Instruments juridiques

La loi sur la transplantation du 1er décembre 1997 encadre le don d'organes. Elle a été élargie par la loi sur la transplantation du 4 Septembre 1997.

Donneurs décédés

Avant tout prélèvement, la mort du donneur potentiel doit avoir été constatée par 2 médecins. 

La loi retient le principe du consentement explicite. Le défunt donneur doit avoir consenti au don de son vivant, par le moyen d'un testament biologique ou d'une carte de don. Il est également possible de signifier son refus au don dans un document écrit et signé. Il n'y a pas de registre de donneurs et de refus en Allemagne.

Si le défunt n'avait pas fait de déclaration à ce sujet, ses proches peuvent prendre une décision dans son intérêt. Sont ses plus proches parents dans l'ordre suivant établi par la loi, le conjoint ou partenaire, les enfants adultes, les parents, les frères et soeurs adultes et les grands-parents.

Donneurs vivants

Le don d'organe d'une personne vivante est autorisé uniquement si aucun organe issu d'un donneur décédé n'est disponible. Le donneur vivant doit être majeur, capable de donner son consentement et avoir été informé de l'objet et du type de l'opération. 

Le rein et une partie du foie sont les organes qui peuvent être prélevés sur un vivant. En outre, ces organes ne peuvent être destinés qu'à un parent au premier ou au deuxième degré, à un conjoints ou un partenaire enregistré, et à un fiancé ou une personne qui peut témoigner d'une proximité avec le donneur dans le cadre d'une relation personnelle particulière. 

Sur un mineur, est autorisé uniquement le prélèvement de moelle osseuse à destination d'un parent, d'un frère ou d'une soeur.

Recueil du consentement et protection des donneurs

Une commission d'experts est chargée en vertu de la loi d'émettre, avant toute opération, un avis mentionnant l'existence d'un éventuel vice de consentement de la part du donneur, ou indiquant que l'organe fait l'objet d'un commerce interdit.

L'équipe médicale a un devoir d'information vis-à-vis du donneur. Le don post mortem est absolument anonyme. Les proches du donneur peuvent, à leur demande, être informés de la réussite de l'opération de greffe.

L'Allemagne fait partie du réseau Eurotransplant, comprenant aussi la Belgique, la Croatie, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Autriche, la Slovénie et la Hongrie, et qui facilite le meilleur appareillage donneur-receveur.

Indemnisation et rémunération

Le commerce d'organe est interdit et puni par l'article 18 de la loi sur la transplantation. L'assurance maladie prend en charge les frais d'hospitalisation et indemnise le donneur proportionnellement aux revenus perdus à cause de l'opération.


Articles similaires

Don d'organes - Encadrement législatif en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Instruments juridiques

La loi du 13 Juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes encadre le don d'organe en Belgique. Elle a été modifiée par la loi du 19 décembre 2008, relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique.

Donneurs décédés

Le principe du consentement présumé est en vigueur depuis 1986. Elle prévoit également la possibilité de se déclarer explicitement "don...

Lire la suite

Nouvelle loi prélèvement et transplantation organes

Nouvelle loi prélèvement et transplantation organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

Assurer la traçabilité complète des organes et leur transplantation, établir des normes minimales, mieux protéger les donneurs vivants, organiser les prélèvements sur les mineurs, voilà quelques points clarifiés par le nouveau texte de loi

 Loi modifiant la loi du 13 juin 1986 sur le prélèvement et  la transplantation d'organes et la loi du 19 décembre 2008 relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de rech...

Lire la suite

Résolution OMS transplantation d'organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

PRINCIPES DIRECTEURS DE L'OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D'ORGANES HUMAINS 

(...) Le manque d'organes à transplanter a non seulement incité de nombreux pays à mettre en place des procédures et des systèmes pour accroître l'offre, mais a aussi entraîné une augmentation du commerce d'organes humains, notamment d'organes provenant de donneurs vivants sans lien de parenté avec les receveurs. Des preuves de ce commerce qui s'apparente à un trafic d'êtres humains sont apparues...

Lire la suite