Don d'organes - Encadrement législatif au Royaume-Uni

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Textes législatifs - Royaume-Uni

Publié le : 14/07/2020

Auteur / Source : C. Tertrais

Instruments juridiques

En Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord le don d'organe est encadré par le Human Tissue Act 2004. Sa dernière modification est entrée en vigueur le 20 mai 2020.

En Écosse, s'applique le Human Tissue (Scotland) Act 2006.

Donneurs décédés

Au Royaume-Uni, la législation est différente d'une nation à l'autre (Angleterre, Pays de Galles, Écosse, Irlande du Nord). L'Écosse et l'Irlande du Nord pratiquent encore le consentement explicite s'agissant du don d'organe post mortem. En Écosse, le consentement présumé a été adopté en 2019 et entrera en vigueur en 2021. 

Depuis le 20 mai 2020, les anglais sont présumés consentir au don d'organe après leur mort, à moins qu'ils n'aient signifié le contraire au Système National de Santé (National Health Service). Au Pays de Galles, ce principe est en vigueur depuis le 1er janvier 2015. Il existe un registre national des refus, mais également un registre national des donneurs, tous deux tenus par le NHS. Il est donc possible de se déclarer “donneur volontaire” et de choisir dans sa déclaration les organes qui pourront être prélevés.

En pratique, l'équipe médicale continuera à consulter la famille pour savoir si la décision enregistrée sur le registre de la NHS est la plus récente, et pour obtenir son consentement en l'absence de déclaration.

Donneurs vivants

Il existe deux types de dons : le don dirigé et le don non dirigé. 

Dans le cas du don dirigé, le don est destiné à une personne particulière. Ici, le donneur peut être, soit un parent au premier degré du receveur (frère/soeur, parent, enfant à l'âge adulte), soit un parent plus éloigné (cousin, oncle/tante), soit avoir un autre lien avec le receveur (conjoint, ami, collègue…), soit une personne qui a eu écho des besoins d'un candidat à la transplantation. 

Dans le cadre du don non dirigé, l'organe est prélevé selon les besoins et le donneur ne connaît pas le receveur. Néanmoins , la loi permet qu'ils se rencontrent. 

Recueil du consentement et protection des donneurs

S'agissant du don d'organe post mortem, dans les pays ayant adopté le consentement présumé, celui-ci concerne toutes les personnes majeures (18 ans), résidant au Royaume-Uni depuis 12 mois minimum et en capacité mentale. 

Pour les personnes vivantes, le don peut être anonyme ou non selon s'il est dirigé ou non.

Indemnisation et rémunération

La loi interdit explicitement les transactions commerciales de matériel humain destiné à la transplantation.


Articles similaires

Résolution OMS transplantation d'organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

PRINCIPES DIRECTEURS DE L'OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D'ORGANES HUMAINS 

(...) Le manque d'organes à transplanter a non seulement incité de nombreux pays à mettre en place des procédures et des systèmes pour accroître l'offre, mais a aussi entraîné une augmentation du commerce d'organes humains, notamment d'organes provenant de donneurs vivants sans lien de parenté avec les receveurs. Des preuves de ce commerce qui s'apparente à un trafic d'êtres humains sont apparues...

Lire la suite

Loi prélèvement et transplantation organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

13 JUIN 1986. - Loi sur le prélèvement et la transplantation d'organes. (M.B.14/02/1987)

CHAPITRE Ier. Dispositions générales.

Article 1. § 1er. La présente loi est applicable au prélèvement d'organes du corps d'une personne, appelée " donneur ", en vue de la transplantation de ces organes, tissus ou cellules à des fins thérapeutiques sur le corps de la même personne ou d'une autre personne, appelée " receveur
Au sens de la présente loi, on entend par " organe " une partie différenciée et vi...

Lire la suite

Don d'organes - Encadrement législatif en Allemagne

- Don d'organes, de tissus et de sang

Instruments juridiques

La loi sur la transplantation du 1er décembre 1997 encadre le don d'organes. Elle a été élargie par la loi sur la transplantation du 4 Septembre 1997.

Donneurs décédés

Avant tout prélèvement, la mort du donneur potentiel doit avoir été constatée par 2 médecins. 

La loi retient le principe du consentement explicite. Le défunt donneur doit avoir consenti au don de son vivant, par le moyen d'un testament biologique ou d'une carte de don. Il est également possible de sig...

Lire la suite