Statut de l'embryon: la question interdite !

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Études

Publié le : 21/10/2010

Auteur / Source : Aude MIRKOVIC

Statut et nature ? II n'est pas anodin de poser une question telle que celle du statut de l'embryon. Pareille interrogation commande en effet de s'interroger sur sa nature. Car, si le statut de l'embryon est composé des règles qui lui sont applicables, il ne peut s'agir d'un ensemble de dispositions juxtaposées mais d'un corps de règles cohérent découlant de ce qu'est l'intéressé, c'est-à-dire de sa nature. Si l'embryon n'a pas de statut en droit français c'est parce que la question de sa nature n'est pas réglée, autrement dit parce que le législateur ne sait pas ce qu'est un embryon.

Personne ou chose? Dire ce qu'est l'embryon revient à rechercher s'il est une personne. C'est la summa divisio car il existe les personnes et... le reste, les choses, le terme de choses ne devant pas être compris de façon péjorative mais seulement comme désignant « ce qui n'est pas une personne ». II n'existe pas d'intermédiaire entre la personne et la chose, de demi-personnes ni de personnes à 80 % ou à 120 %. C'est pourquoi qualifier l'embryon de personne humaine potentielle, de projet de personne ou de personne humaine en devenir ne résout rien car, finalement, il faut traiter l'embryon comme une per­sonne, ou pas.

Aude MIrkovic

  • embryon
  • fécondation
  • surnuméraires
  • PMA
  • recherche scientifique
  • interruption de grossesse

Articles similaires

Congélation, implantation, adoption d’embryons

Congélation, implantation, adoption d’embryons

- Procréation médicalement assistée

Est-il normal et acceptable de congeler des embryons humains ?

C'est pour augmenter l'efficacité des diverses techniques de reproduction médicalement assistée que l'on a commencé à congeler des embryons humains. Cela permet de ne pas « obliger » les femmes à subir des prélèvement répétés d'ovocytes, au cas où la première implantation n'aurait pas réussi ou lorsqu'elles désirent une nouvelle fécondation.

Si l'on ne considère ces cellules embryonnaires que comme un matériau biologique, un embr...

Lire la suite

Le téléthon et l'embryon: reprendre la main

Le téléthon et l'embryon: reprendre la main

- Recherche sur les embryons

Le questionnement aujourd'hui bien connu sur l'orientation d'une partie des dons récoltés par le Téléthon en faveur de la recherche sur l'embryon a pris lors des dernières éditions une ampleur nationale, agitant durablement le monde de la bioéthique française. Ce qu'il est convenu d'appeler la controverse du Téléthon a permis, contre toute attente et avec une audience inédite, l'émergence dans l'espace public de problématiques éthiques qui étaient jusque là restées confinées à des cénacles de ...

Lire la suite

Le désir d’enfant contrarié / stérilité féminine : la procréation pour autrui

- Procréation médicalement assistée

Définition. La maternité pour autrui, encore appelée maternité de substitution ou recours à une mère porteuse, est le fait, pour une femme, de porter et de mettre au monde un enfant pour le compte d'un tiers. Lorsque l'ovocyte de la femme porteuse est fécondé par insémination artificielle ou naturelle, celle-ci est génitrice et gestatrice : on parle de procréation pour autrui. Lorsque la femme porteuse reçoit un embryon fécondé in vitro qui lui est transféré, elle est uniquement gestatrice : o...

Lire la suite