A propos de la "mort cérébrale"

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Études

Publié le : 17/12/2009

Auteur / Source : Prof. Dr Pablo Requena Meana

En 1968, un comité d'experts de l'Université de Harvard a proposé une définition du coma irréversible, qu'il a appelé “mort cérébrale” (brain death), et il a établi un protocole pour son diagnostic. Depuis lors, ce terme fait partie intégrante tant du vocabulaire scientifico-médical que du langage commun. Ces dernières décennies, s'est instauré un débat, plus philosophique que médical, sur le concept de “mort cérébrale”. Chez certains, cette discussion a suscité un doute sur la validité de ce concept comme critère de la mort, surtout dans le domaine des transplantations d'organes. Deux problèmes fondamentaux sous-tendent cette controverse : l'un est de nature méthodologique et tend à confondre différents niveaux de raisonnement (métaphysique, gnoséologique, éthique, physiopathologique, clinique) ; l'autre, qui découle de l'antérieur, est de type terminologique et induit une compréhension très différente des choses lorsque l'on parle de “mort cérébrale”.

Clarification terminologique

Le terme “mort cérébrale” n'est pas heureux, puisqu'au sens littéral, il signifie que le cerveau “meurt”, ou qu'il “est mort”. Il ne s'agit pas d'un concept médical, et il n'a pas de signification claire dans un contexte non spécialisé. Le médecin parle de “nécrose” (concept anatomopathologique) ou de dysfonctionnement (physiopathologique) d'un organe, mais il ne parle pas d'un “foie mort” ou d'un “poumon mort”. Même le concept de “mort cardiaque/cardiorespiratoire” n'a commencé à être utilisé que dans les débats autour de la “mort cérébrale”. La mort est un terme qui a toujours été utilisé en référence à l'organisme, comme entité biologique unitaire, et pas à une de ses parties.

En réalité, ce que le terme de “mort cérébrale” cherche à désigner est un critère diagnostique déterminant la mort de l'organisme humain. Il s'agit d'un critère similaire au critère cardiorespiratoire (qui continue à être le critère habituel pour certifier la mort), mais qui n'est utilisé que dans un contexte bien déterminé, comme celui de la médecine intensive (on ne peut réaliser un diagnostic de “mort cérébrale” que s'il y a connexion à un respirateur). Il s'agit donc d'un procédé diagnostique, qui inclut surtout l'observation de certains signes cliniques auxquels on peut associer, dans certains cas, des examens complémentaires (électrophysiologiques, échographiques ou d'imagerie) comme l'électroencéphalogramme, l'angiographie, etc.

Ce que la “mort cérébrale” n'est pas ...


Articles similaires

À propos de la maternité pour autrui

- Gestation pour autrui

Maître de conférences en droit privé à l'université d'Évry Val d'Essonne,
Centre Léon Duguit, codirectrice du Master 2 Droit des biotechnologies.  Que faire des enfants nés de mères de substitution ? L'intérêt des enfants en cause est parfois invoqué pour réclamer du législateur qu'il intervienne pour autoriser et réglementer cette pratique. Pourtant, on se permettra, dans ces quelques lignes, de proposer une autre perception des choses. 

 

Le cadre dans lequel cette réflexion intervient con...

Lire la suite

La France au péril d’un retour de l’eugénisme?

- Diagnostics prénataux

L'exemple du diagnostic prénatal de la trisomie 21

Résumé :
Le concept d'eugénisme opère un retour remarqué dans les débats bioéthiques actuels. Exemple emblématique de cette inquiétude morale, la trisomie 21 dont le diagnostic prénatal, de plus en plus précoce et performant, fait craindre une éradication systématique des enfants qui sont frappés par cette anomalie chromosomique.

Après avoir décrit la politique de santé publique de la France, son système de dépistage et les présupposés qui ...

Lire la suite

Vers un commerce du corps humain ?

- Statut du corps humain



  (paru dans le Journal des Tribunaux, 9 septembre 2006, n° 6233, pp. 501-504)
 
 

La vague bioéthique amène de nos jours sur les rivages de la morale et du droit la remise en cause du principe de non-commercialisation du corps humain. La pénurie actuelle d'organes et de gamètes incite en effet certains médecins et scientifiques à encourager par la promesse d'une rémunération la cession, par un sujet, d'un organe ou d'un tissu venu de son corps.

Le raisonnement semble imparable : puisque l...

Lire la suite