Réflexions sur le clonage humain

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Non classés

Études

Publié le : 01/03/2001

Auteur / Source : Andorno Roberto

Dans une perspective éthico-juridique et de droit comparé.

La perspective du clonage humain soulève des questions importantes qui ne peuvent pas être ignorées par le droit.

D'une part, le «clonage reproductif» met  en cause l'intérêt des individus à venir à recevoir un patrimoine génétique non manipulé. Ce procédé pose aussi un problème en ce qui concerne notre vision de l'humain, du moment qu'il cherche à produire des personnes d'une manière asexuée, c'est-à-dire en évitant la complémentarité d'un père et d'une mère.

D'autre part, le «clonage thérapeutique» renouvelle le débat sur l'utilisation d'embryons humains pour la recherche. La considération des normes juridiques existantes, sur le plan tant national qu'international, montre que le droit a essayé, pour la première fois, de donner une réponse rapide aux nouveaux défis posés aux droits de la personne par les avancées biomédicales.


Articles similaires

Vers un commerce du corps humain ?

- Statut du corps humain



  (paru dans le Journal des Tribunaux, 9 septembre 2006, n° 6233, pp. 501-504)
 
 

La vague bioéthique amène de nos jours sur les rivages de la morale et du droit la remise en cause du principe de non-commercialisation du corps humain. La pénurie actuelle d'organes et de gamètes incite en effet certains médecins et scientifiques à encourager par la promesse d'une rémunération la cession, par un sujet, d'un organe ou d'un tissu venu de son corps.

Le raisonnement semble imparable : puisque l...

Lire la suite

La loi contre la conscience : réflexions autour de l’objection de conscience

- Clauses de conscience

La conscience à laquelle fait référence l'objection de conscience s'entend dans son acception morale. Il ne s'agit pas de la conscience comprise comme connaissance immédiate des états intérieurs ou des choses extérieures, ni la faculté qu'a l'homme de percevoir qu'il existe, pense ou éprouve des sensations. Elle n'est pas un savoir spéculatif, ni une puissance, mais l'intelligence elle-même en sa fonction de guide au plan de l'agir. Encore importe-t-il de préciser que la conscience ne se confo...

Lire la suite

Dignité de la personne et statut du corps humain

- Statut du corps humain

Professeur de philosophie
au Centre Madeleine Daniélou de Rueil-Malmaison, France.
 

Une approche philosophique pour un repérage éthique.

Le corps est aujourd'hui le lieu de débats bioéthiques majeurs, tels ceux sur l'avortement, l'euthanasie ou encore la sexualité pour n'en nommer que quelques-uns. Statuer sur le sort que l'on peut techniquement ou médicalement réserver au corps représente un enjeu éthique fondamental, puisque ce qui est en cause c'est le sens même de la personne humaine. ...

Lire la suite