France: nouvelle clause de conscience

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Études

Publié le : 06/03/2012

Auteur / Source : P-O. Arduin

Jusqu'ici, le droit de la santé ne prévoyait que deux clauses de conscience concernant l'avortement et la stérilisation. Depuis l'adoption par le Parlement de la loi du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique, la France est devenue l'un des rares pays européens à s'être doté d'une clause de conscience en matière de recherche scientifique. Explications.


Articles similaires

La loi contre la conscience : réflexions autour de l’objection de conscience

- Clauses de conscience

La conscience à laquelle fait référence l'objection de conscience s'entend dans son acception morale. Il ne s'agit pas de la conscience comprise comme connaissance immédiate des états intérieurs ou des choses extérieures, ni la faculté qu'a l'homme de percevoir qu'il existe, pense ou éprouve des sensations. Elle n'est pas un savoir spéculatif, ni une puissance, mais l'intelligence elle-même en sa fonction de guide au plan de l'agir. Encore importe-t-il de préciser que la conscience ne se confo...

Lire la suite

La France au péril d’un retour de l’eugénisme?

- Diagnostics prénataux

L'exemple du diagnostic prénatal de la trisomie 21

Résumé :
Le concept d'eugénisme opère un retour remarqué dans les débats bioéthiques actuels. Exemple emblématique de cette inquiétude morale, la trisomie 21 dont le diagnostic prénatal, de plus en plus précoce et performant, fait craindre une éradication systématique des enfants qui sont frappés par cette anomalie chromosomique.

Après avoir décrit la politique de santé publique de la France, son système de dépistage et les présupposés qui ...

Lire la suite

France : interruptions volontaires de grossesse en 2010

France : interruptions volontaires de grossesse en 2010

- Avortement

225 000 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été réalisées en France en 2010, dont 212 000 en métropole. Après une dizaine d'années de hausse, leur nombre est pratiquement stable depuis 2006. Le taux de recours à l'IVG est de 14,7 IVG en métropole pour 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans. Il demeure le plus élevé parmi les femmes de 20 à 24 ans.
Le nombre de femmes mineures ou de moins de 20 ans concernées par une IVG est stable depuis quelques années. Les écarts régionaux perdurent,...

Lire la suite