Congélation, implantation, adoption d’embryons

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Études

Publié le : 01/07/2009

Auteur / Source : Alain Mattheeuws

Est-il normal et acceptable de congeler des embryons humains ?

C'est pour augmenter l'efficacité des diverses techniques de reproduction médicalement assistée que l'on a commencé à congeler des embryons humains. Cela permet de ne pas « obliger » les femmes à subir des prélèvement répétés d'ovocytes, au cas où la première implantation n'aurait pas réussi ou lorsqu'elles désirent une nouvelle fécondation.

Si l'on ne considère ces cellules embryonnaires que comme un matériau biologique, un embryon potentiel, la congélation ne pose que des problèmes techniques ou juridiques (à qui appartiennent ces embryons confiés à la clinique, abandonnés ou oubliés dans un hôpital ?).
Par contre, si l'on considère qu'il faut respecter l'être humain dès sa conception, la congélation d'embryon est inacceptable. Elle est moralement illicite. En effet, de quel droit plonger l'enfant embryonnaire dans une « prison de froid » ?


Articles similaires

L’impossible adoption des bébés Thalys

- Procréation médicalement assistée

Un enfant conçu par PMA réalisée à l'étranger est-il adoptable par la conjointe de sa mère biologique ? Un TGI vient de répondre par la négative. Les juges ont considéré que priver délibérément un enfant de son père pour le rendre adoptable, réalise un détournement de l'institution de l'adoption. Et ont rejeté cette adoption sur le fondement de la fraude à la loi.

Retour sur cette décision d'espèce.
TGI Versailles, 29 avril 2014

Lire la suite

ICSI : Des enfants comme les autres, vraiment ?

ICSI : Des enfants comme les autres, vraiment ?

- Procréation médicalement assistée

Réflexion sur la pratique de l'ICSI 

Si elles soufflent en 2008 leurs trente bougies, les procréations médicalement assistées - pour autant que l'on situe leur origine historique à la naissance d'un premier « bébé-éprouvette » - ont connu un développement hors du commun. Numérique d'abord, avec une multiplication de centres qui ont permis à une majorité de couples hypofertiles ou stériles un accès plus proximal - dans les pays occidentaux en tout cas - à ces méthodes, dans des conditions fina...

Lire la suite

Le désir d’enfant contrarié par la mort masculine : la procréation post mortem

- Procréation médicalement assistée

Le décès du conjoint peut contrarier l'aboutissement d'un projet parental. Faut-il alors envisager la légalisation du transfert post mortem d'embryons ? 

Aux États-Unis, un juge new-yorkais a autorisé en 2009 une femme à faire prélever le sperme de son concubin défunt (Daily News, 18 avr. 2009), juste après qu'un juge texan (Travis County) ait autorisé une mère à conserver le sperme de son fils mort dans une bagarre de rue. La mère espérait trouver une mère porteuse et élever un jour son peti...

Lire la suite