Toutes les actualités (Pays-Bas)

 Supprimer le filtre "Pays-Bas"

Produire ovocytes, spermatozoïdes à partir de cellules souches embryonnaires et de cellules de peau

Pays-Bas - Produire ovocytes, spermatozoïdes à partir de cellules souches embryonnaires et de cellules de peau

- Gamètes

Des chercheurs britanniques et israéliens ont produit des cellules de sperme et des cellules précurseurs d'ovocytes humains à partir de cellules souches embryonnaires et de cellules de peau, transformées en cellules souches pluripotentes induites humaines (ipS), avec des taux de 25 à 40% d'efficacité. Ils espèrent les voir évoluer en ovules et en spermatozoïdes, et aboutir ainsi à un embryon viable par fécondation.
Pour vérifier cette hypothèse, les scientifiques envisagent d'injecter les cellules humaines qu'ils ont obtenues dans une souris. Ils verront alors si elles se développent comme prévu grâce à l'influence des hormones sexuelles naturellement présentes chez les souris. Une fois cette étape réussie, les tests pourraient être étendus aux primates, avant d'éventuels essais chez l'homme.
Il reste plusieurs difficultés a toutefois précisé Azim Surani, l'auteur principal de l'étude. Ainsi, par exemple, contrairement aux cellules de la peau des hommes, celles des femmes ne possèden...

Lire la suite 


Pays-Bas : la clinique de fin de vie montrée du doigt

Pays-Bas - Pays-Bas : la clinique de fin de vie montrée du doigt

- Euthanasie et suicide assisté

Pour la troisième fois en un an, la clinique de fin de vie, aux Pays-Bas, qui s'est donné pour mission de répondre aux demandes d'euthanasie des personnes répondant aux conditions prévues par la loi mais dont le médecin refuse de poser le geste, est montrée du doigt par la commission régionale de contrôle, pour négligence en matière d'euthanasie.
L'année dernière, cette clinique avait administré l'euthanasie à Gaby Olthuis, une femme de 47 ans souffrant d'acouphènes aigus. Pour la commission de contrôle, la clinique n'a pas suffisamment évalué la possibilité de mettre en place des traitements alternatifs. Concrètement, il lui est reproché de ne pas avoir d'abord soumis la patiente à un examen psychiatrique, compte tenu de son passé médical.
La clinique de fin de vie s'étonne de ces allégations et réfute toute négligence dans le traitement de ce cas.
Le dossier est désormais entre les mains du ministère public et des services d'inspection médicale, qui devront établir si des poursuite...

Lire la suite 


Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

Pays-Bas - Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

- Don d'organes et euthanasie

Des responsables d'hôpitaux universitaires aux Pays-Bas (Erasmus MC de Rotterdam et l'hôpital académique de Maastricht) viennent d'établir un protocole de don d'organes après euthanasie. Ces directives nationales n'attendent plus que l'accord de la Fondation néerlandaise de la transplantation pour être imposées à l'ensemble des médecins et hôpitaux des Pays-Bas. Si la Belgique fait figure de pionnière en matière de combinaison entre euthanasie et don d'organes, cette pratique est exceptionnelle aux Pays-Bas. Les patients concernés seraient surtout les victimes de sclérose en plaque, de la maladie de Charcot et d'autres malades neurologiques, dont les organes sont en bon état de marche.

Loin de poser les véritables questions éthiques qu'une telle pratique suscite, le protocole s'attache à élaborer le « comment » du prélèvement après l'euthanasie, en vue de dépasser les nombreux obstacles qui se présentent.

Le principal obstacle tient au fait que l'euthanasie est en règle générale pr...

Lire la suite 


Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

Pays-Bas - Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

- Euthanasie et suicide assisté

NEW ! L'Institut Européen de Bioéthique sur Twitter !

L'Institut Européen de Bioéthique est désormais présent sur Twitter.
Lanceur d'alertes, Diffusion d'informations, Dernières nouvelles, événements planifiés...

Suivez-nous sur http://twitter.com/iebioethique

 

 

Pour la cinquième année consécutive, l'euthanasie a poursuivi sa progression aux Pays-Bas, avec 4.829 cas déclarés en 2013, contre 2.636 cas en 2009. Les commissions régionales d'évaluation, qui contrôlent la conformité de l'acte d'euthanasie avec les conditions strictes de la loi, ont relevé des irrégularités dans 5 cas.
 Le rapport souligne l'explosion du recours à l'euthanasie, et en attribue la cause au fait que l'euthanasie est de plus en plus perçue dans la société comme acceptable, et qu'elle est surtout de plus en plus acceptée par les médecins qui la mettent en oeuvre : ceux-ci connaissent de mieux en mieux la loi et passent donc plus aisément à l'acte.
La plupart des cas répertoriés en 2013 concernait des ma...

Lire la suite 


Nederland: meer en meer euthanasie bij psychiatrische patiënten

Pays-Bas - Nederland: meer en meer euthanasie bij psychiatrische patiënten

- Euthanasie et suicide assisté

Jaarverslag 2013 Regionale Toetsingscommissies Euthanasie

De regionale toetsingscommissies euthanasie in Nederland hebben gisteren hun jaarverslag voor 2013 gepubliceerd.
Ten opzichte van 2012 zijn er 15% meer meldingen van zowel 'levensbeëindiging op verzoek' als hulp bij zelfdoding.
De meest zorgwekkende ontwikkeling is de verdubbeling van levensbeëindiging bij dementen en de verdriedubbeling bij psychiatrische patiënten.

Dementie
In 2012 werden 42 meldingen gemaakt van euthanasie bij dementen, in 2013 gaat het over 97 meldingen. De toetsingscommissie schrijft hierover "in de meeste gevallen ging het om patiënten die zich in de beginfase van het proces van dementering bevonden, dat wil zeggen de fase waarin ze nog inzicht hadden in hun ziekte en in de symptomen zoals verlies van oriëntatie en persoonlijkheid. Zij werden wilsbekwaam geacht ten aanzien van hun verzoek omdat ze de gevolgen van hun verzoek (nog) goed konden overzien."

Psychiatrische patiënten
In 2013, 42 meldingen, ...

Lire la suite 


Euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda

Pays-Bas - Euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda

- Euthanasie et suicide assisté

Dr Eduard Verhagen, kinderarts van het UMC Groningen en de vader van het Groningen-protocol, zette euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda. In Nederland worden kinderen vanaf 12 jaar als wilsbekwaam geacht, in de euthanasiewetgeving, al is tot 16 jaar ook instemming van de ouders vereist.
Het KNMG* (artsenvereniging die 75% van de artsen vertegenwoordigd) liet via haar woordvoerder weten dat: "Als de arts met grote behoedzaamheid handelt, is levensbeëindiging door artsen bij ernstig zieke minderjarigen die dat willen nu al mogelijk." Ze gaan in op de juridische redenering zeggende "Omdat een kind jonger dan 12 jaar geen rechtsgeldig verzoek om levensbeëindiging mag doen, wordt dit geen euthanasie genoemd, maar levensbeëindiging zonder verzoek. De arts kan volgens de KNMG een beroep doen op artikel 40 van het Wetboek van Strafrecht, waarin letterlijk staat: 'Niet strafbaar is hij die een feit begaat waartoe hij door overmacht is gedrongen.' 'Overmacht' geldt hier in de ...

Lire la suite 


Pays-Bas - Nederland: toetsing euthanasie aan herziening toe

- Euthanasie et suicide assisté

De Regionale toetsingscommissies euthanasie (RTE's) moeten worden aangevuld met een centrale toetsingscommissie waarin onder meer een psychiater zitting heeft. Dat is nodig omdat artsen steeds vaker euthanasie verlenen aan psychiatrische patiënten, zegt hoogleraar gezondheidsrecht Martin Buijsen deze week in Medisch Contact.

Bron: Artsennet

Lire la suite 


Pays-Bas : ne plus rembourser certains soins médicaux liés aux choix du patient.

Pays-Bas - Pays-Bas : ne plus rembourser certains soins médicaux liés aux choix du patient.

- Liberté des institutions de soin

Traitements de fécondation in vitro (FIV), conseils de diététique,  programmes d'arrêt du tabagisme, complications éventuelles survenant après une intervention superflue peuvent être entièrement retirés de la couverture de l'assurance maladie, estiment un panel de citoyens aux Pays-Bas interrogés par le Nivel, l'Institut néerlandais d'étude des soins de santé.
Donnant de plus en plus la parole aux citoyens, le Nivel a interrogé les membres du Panel d'assurés (Verzekerdenpanel) afin qu'ils puissent donner leur avis sur la couverture et le programme d'économies du paquet de base et selon eux, l'assurance maladie ne devrait  pas couvrir les soins médicaux qui découlent des propres choix des patients aux Pays-Bas.
 

Lire la suite 


Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

Pays-Bas - Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le docteur Eduard Verhagen, pédiatre à l'UMC de Groningen et auteur du Protocol de Groningen (qui fixe le processus d'euthanasie des nouveaux-nés porteurs d'un handicap - voir dossier IEB), reparle de l'euthanasie des enfants au Pays-Bas.
Actuellement la loi néerlandaise autorise l'euthanasie des enfants de plus de 12 ans ayant la capacité de discernement. L'accord de leurs parents est requis jusqu'à leur 16 ans. La KNMG* qui regroupe 75% des médecins aux Pays-Bas, s'est exprimée  en disant que "Si un médecin agit avec la plus grande prudence, il peut mettre fin à la vie d'un enfant de moins de 12 ans qui aurait exprimé ce désir. Cela se fait déjà actuellement. Toutefois, comme cette demande de l'enfant ne s'inscrit pas dans le cadre légal actuel, on en peut appeler cela « euthanasie », mais "fin de vie sans demande", selon la KNMG.
L'argument utilisé fait référence à l'article 40 du Code pénal, selon lequel on ne peut condamner celui qui agit dans un cas de force majeure. Dans le ca...

Lire la suite 


Pays-Bas : des pharmaciens refusent de fournir les produits euthanasiants aux médecins.

Pays-Bas - Pays-Bas : des pharmaciens refusent de fournir les produits euthanasiants aux médecins.

- Euthanasie et suicide assisté

Un certain nombre de médecins appartenant à la Levenseindekliniek aux Pays-Bas (clinique de fin de vie) s'irritent du fait que des pharmaciens leur auraient déjà refusé la vente des produits servant à euthanasier un patient.
Certains pharmaciens l'ont fait par conviction, d'autres parce qu'ils estimaient ne pas être en accord avec certains actes d'euthanasie notamment chez des personnes atteintes de démence, ou qui exprimaient tout simplement leur « fatigue de vivre ». Il arrive également qu'un médecin appelle le pharmacien alors que ce dernier ne connaît pas du tout le praticien, ni le patient. « Il ne faut pas transformer les compétences des pharmaciens en de simple boutiquier » affirme l'un d'eux. La ministre de la Santé ayant été interpellée, rappelle que ni le médecin ni le pharmacien ne sont jamais obligés de participer à une euthanasie, et qu'il convient qu'un dialogue puisse s'instaurer entre eux pour le bien du patient. Ces réactions étaient le thème du programme Altijd Wat ...

Lire la suite