Affaire Nicklinson et Lamb c. Royaume-Uni / suicide assisté et euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Textes de jurisprudence - Royaume-Uni

Publié le : 11/08/2015

Interdiction du suicide assisté et de l'euthanasie volontaire au Royaume-Uni : requêtes déclarées irrecevables

Dans sa décision en l'affaire Nicklinson et Lamb c. Royaume-Uni (requêtes n 2478/15 et 1787/15), la Cour européenne des droits de l'homme déclare, à l'unanimité, les requêtes irrecevables. Cette décision est définitive.
L'affaire concernait l'interdiction du suicide assisté et de l'euthanasie volontaire au Royaume-Uni.
Le suicide assisté est interdit par l'article 2 § 1 de la loi de 1961 sur le suicide, et l'euthanasie volontaire est considérée comme un meurtre. Mme  Nicklinson est l'épouse de feu Tony Nicklinson, qui était atteint du locked-in syndrome et souhaitait mettre fin à ses jours. Elle soutenait que les juridictions britanniques avaient manqué à apprécier la compatibilité du droit relatif au suicide assisté au Royaume-Uni avec son droit et celui de son époux au respect de la vie privée et familiale. La Cour déclare cette requête irrecevable pour défaut manifeste de fondement, jugeant que l'article 8 n'impose aucune obligation procédurale qui commanderait aux juridictions internes d'examiner le bien-fondé d'un grief relatif à la législation primaire tel que celui de Mme Nicklinson. Elle estime par ailleurs qu'en toute hypothèse, la majorité de la Cour suprême a bel et bien examiné le fond du grief de Mme  Nicklinson.
M. Lamb est paralysé et souhaite également mettre fin à ses jours. Dans sa requête, il se plaignait de ne pas avoir eu la possibilité d'obtenir la permission d'un juge d'autoriser un volontaire à lui administrer, avec son consentement, un médicament létal. La Cour déclare sa requête irrecevable pour non-épuisement des voies de recours internes.
 

  • suicide assisté
  • euthanasie

Articles similaires

Affaire Pretty c. Royaume-Uni / Suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Arrêt Pretty c. Royaume-Uni du 29 avril 2002, Req. n° 2346/02

 

Mme Pretty, qui est paralysée et souffre d'une maladie dégénérative incurable, alléguait dans sa requête que le refus par le Director of Public Prosecutions d'accorder une immunité de poursuites à son mari s'il l'aidait à se suicider et la prohibition de l'aide au suicide édictée par le droit britannique enfreignaient à son égard les droits garantis par les articles 2, 3, 8, 9 et 14 de la Convention.

Lire la suite

Demande de suspension / loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Cour d'arbitrage, Arrêt n° 43/2003 du 9 avril 2003 (demande de suspension de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie)

Lire la suite

Cour européenne des droits de l’homme & euthanasie et suicide assisté

Cour européenne des droits de l’homme & euthanasie et suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Un droit à mourir ?

Dans l'affaire Pretty c. Royaume-Uni, la Cour précise que le « droit à la vie » garanti par l'article 2 de la Convention ne comporte pas un aspect négatif, c'est-à-dire qu'il ne confère pas un droit à mourir. Elle souligne qu'« il ne saurait davantage créer un droit à l'autodétermination en ce sens qu'il donnerait à tout individu le droit de choisir la mort plutôt que la vie ».

De plus, la Cour met en évidence le fait qu'il y a aucune obligation positive pour un Etat de...

Lire la suite