Affaire Koch c. Allemagne / Suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Textes de jurisprudence - Allemagne

Publié le : 08/12/2012

Arrêt Koch contre Allemagne du 19 juillet 2012,  Req. n° 497/09

L'épouse de monsieur KOCH souffrait d'une tétraplégie complète sur le plan moteur suite à un accident. Elle exprima le souhait de mettre un terme à ce qui était, à ses yeux, une vie indigne, et ce en se donnant la mort avec l'aide de son époux. Les autorités administratives allemandes refusèrent cependant de lui donner accès à la dose de médicaments requise (15 grammes de pentobarbital sodique) pour mettre fin à ses jours. Un mois plus tard, après avoir été transportée en Suisse, où l'accès à la dose létale de médicaments est légalement garanti sous certaines conditions, l'épouse de monsieur KOCH se suicida.

Devant la Cour, monsieur KOCH alléguait notamment que le refus d'autoriser sa défunte épouse à se procurer une dose létale de médicaments pour lui permettre de mettre fin à ses jours, avait porté atteinte au droit de celle-ci, ainsi qu'à son propre droit, au respect de sa vie privée et familiale (art. 8 de la Convention).

La première question qui se posa était de savoir si monsieur KOCH disposait de la qualité requise pour agir, n'étant pas lui-même directement affecté par le refus d'accéder aux médicaments letaux. La Cour répond par l'affirmative. Se pose alors la seconde question: l'impossibilité d'accéder aux médicaments en question est-elle constitutive d'une violation de l'article 8 de la Convention?

Après avoir constaté que la majorité des Etats signataires de la Convention n'autorisent aucune forme d'assistance au suicide, la Cour énonce que les Etats bénéficient en la matière d'une large marge d'appréciation.

En se limitant au volet procédural de la question, la Cour conclut néanmoins à la violation de l'article 8, en raison du fait que les juridictions allemandes avaient refusé d'examiner au fond les recours introduit par monsieur KOCH.

  • euthanasie
  • suicide assisté
  • fin de vie
  • vie privée

Articles similaires

Affaire Pretty c. Royaume-Uni / Suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Arrêt Pretty c. Royaume-Uni du 29 avril 2002, Req. n° 2346/02

 

Mme Pretty, qui est paralysée et souffre d'une maladie dégénérative incurable, alléguait dans sa requête que le refus par le Director of Public Prosecutions d'accorder une immunité de poursuites à son mari s'il l'aidait à se suicider et la prohibition de l'aide au suicide édictée par le droit britannique enfreignaient à son égard les droits garantis par les articles 2, 3, 8, 9 et 14 de la Convention.

Lire la suite

Affaire Hass c. Suisse / Suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Arrêt Hass c. Suisse du 20 janvier 2011, Req. n° 31322/07

En Suisse, un homme souffrant d'une maladie psychique souhaite se suicider en ayant recours à une substance soumise à prescription médicale et essaie en vain de s'en procurer sans prescription.

Il saisit alors la Cour européenne des droits de l'homme le 18 juillet 2007, alléguant la violation de l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme qui consacre le droit au respect de la vie privée. Selon lui, l'Etat a l'obliga...

Lire la suite

Cour européenne des droits de l’homme & euthanasie et suicide assisté

Cour européenne des droits de l’homme & euthanasie et suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Un droit à mourir ?

Dans l'affaire Pretty c. Royaume-Uni, la Cour précise que le « droit à la vie » garanti par l'article 2 de la Convention ne comporte pas un aspect négatif, c'est-à-dire qu'il ne confère pas un droit à mourir. Elle souligne qu'« il ne saurait davantage créer un droit à l'autodétermination en ce sens qu'il donnerait à tout individu le droit de choisir la mort plutôt que la vie ».

De plus, la Cour met en évidence le fait qu'il y a aucune obligation positive pour un Etat de...

Lire la suite