Affaire Dickson c. Royaume-Uni / PMA

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Textes de jurisprudence - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 02/11/2011

Arrêt Dickson c. Royaume-Uni du 4 décembre 2007, Req. n° 44362/04

Lorraine et Kirk Dickson, ressortissants du Royaume-Uni, sont mariés depuis 2001. Alors que le mari  purge encore une peine de prison, le couple souhaite avoir un enfant. Dès lors que les visites conjugales en prison leurs sont interdites, le couple exprime au ministre son désir d'avoir recours à la procréation artificielle. Le ministre rejette la demande, en se fondant principalement sur trois considérations ayant trait à la relation de couple, à l'environnement dont bénéficierait l'enfant et à l'effet répressif de la  peine de prison. Les juridictions du Royaume-Uni ne remettent pas en cause cette décision.

Les requérants (époux Dickson) y voient une atteinte portée au droit au respect de leur vie privée et familiale (art. 8 de la Convention européenne des droits de l'homme) ainsi qu'à leur droit de fonder une famille (art. 12 de la Convention).

Après avoir rappelé que l'article 8 inclut le droit au respect de la décision de devenir parent génétique, la Cour conclut à la violation de cet article, dans la mesure où la politique menée, bien qu'elle ne puisse être qualifiée d'interdiction globale, fait indûment peser sur les épaules des requérants une charge probatoire qualifiée d' « exorbitante », en raison du fait que, pour démontrer le bien-fondé d'une demande de procréation artificielle faite au ministre, ils sont amenés systématiquement à devoir établir et justifier  le « caractère exceptionnel » de leur cas.
 
Dans une opinion dissidente commune, cinq juges indiquent que cette jurisprudence semble consacrer implicitement le droit pour les détenus d'avoir recours à l'insémination artificielle. Ils  estiment par ailleurs que certains éléments pertinents n'ont pas été pris en considération dans les débats, tel l'argument ayant trait aux chances très minces de réussite des opérations de fécondation in vitro pour les femmes de quarante-cinq ans.


 

  • vie privée
  • médecine de la reproduction
  • PMA
  • AMP
  • FIV

Articles similaires

Affaire A.K. c. Lettonie / Diagnostic prénatal et vie privée

- Diagnostics prénataux

Affaire A.K. c. Lettonie du 14 juin 2014 - Req. 33011/08

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down - ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » - ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.

Madame A.K. estima notamment qu'il incombait ...

Lire la suite

Affaire S.H. et autres c. Autriche / Fécondation in vitro

- Procréation médicalement assistée

Arrêt S.H. et autres c. Autriche du 3 novembre 2011, Req. n° 57813/00

L'interdiction de la fécondation in vitro avec donneur ne viole pas le droit à la vie privée et familiale

Deux couples vivant en Autriche ont des difficultés à concevoir un enfant. Dans le premier couple, le mari est stérile, tandis que dans le second, la femme est atteinte d'une pathologie qui empêche l'ovulation. Le premier couple souhaite obtenir un don de sperme tandis que le second souhaite bénéficier d'une fécondatio...

Lire la suite

Affaire Labassee c. France / GPA

- Procréation médicalement assistée

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a rendu le 26 juin 2014 deux arrêts condamnant la France pour son refus de transcrire dans l'état civil français les actes de naissance d'enfants nés aux Etats-Unis d'un gestation par autrui (GPA), au motif que cette disposition porte atteinte à l'identité des enfants. Ces décisions n'obligent pas la France à légaliser la GPA, mais lui demandent de reconnaître les conséquences de cet acte réalisé à l'étranger sur le plan de la filiation et de l'é...

Lire la suite