Affaire Costa et Pavan c. Italie / IVG - diagnostic prénatal

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Textes de jurisprudence - Italie

Publié le : 12/12/2012

Arrêt Costa et Pavan c. Italie du 28 août 2012, Req. n° 54270/10

  Mme Rosetta Costa et M. Walter Pavan sont tous les deux porteurs sains de la mucoviscidose.  Ils ont une fille atteinte de la mucoviscidose, et ont effectué une interruption médicale de grossesse lorsqu'ils ont appris que leur deuxième enfant allait également être atteint de cette maladie.   La législation italienne ne permet pas aux requérants d'accéder au diagnostic génétique préimplantatoire pour sélectionner un embryon sain, car cette technique n'est accessible qu'aux couples stériles ou infertiles et aux couples dont l'homme est affecté par des maladies virales transmissibles sexuellement. La seule solution des requérants pour avoir des enfants qui ne soient pas affectés par la mucoviscidose est celle d'entamer une grossesse par les voies naturelles et de procéder à une I.M.G. à chaque fois qu'un diagnostic prénatal montre que le foetus est atteint.   La Cour dit que le désir de procréer un enfant qui ne soit pas atteint par la mucoviscidose, et de recourir pour ce faire à la procréation médicalement assistée et au D.P.I. relève de la protection de la vie privée et familiale prévue à l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme. L'interdiction de l'accès au DPI constitue donc une ingérence dans le droit des requérants au respect de leur vie privée et familiale. Cependant, cette ingérence poursuit un but légitime de protection de la morale et des droits et libertés d'autrui. Mais la Cour ne voit pas comment la protection de ces intérêts se concilie avec la possibilité ouverte aux requérants de procéder à un avortement thérapeutique lorsqu'il s'avère que le foetus est malade, compte tenu des conséquences que cela comporte tant pour le foetus, dont le développement est plus avancé que celui d'un embryon, que pour le couple de parents.   La Cour dit que le système législatif italien manque de cohérence car il interdit l'implantation qui se limite aux seuls embryons non affectés par la mucoviscidose, mais il autorise d'avorter un foetus affecté par cette même pathologie. Compte tenu de l'incohérence du système législatif italien en matière de D.P.I., l'ingérence dans le droit des requérants au respect de leur vie privée et familiale est disproportionnée.
  • embryon
  • diagnostic prénatal
  • FIV
  • interruption de grossesse
  • vie privée et familiale
  • dépistage
  • maladie héréditaire

Articles similaires

Affaire A.K. c. Lettonie / Diagnostic prénatal et vie privée

- Diagnostics prénataux

Affaire A.K. c. Lettonie du 14 juin 2014 - Req. 33011/08

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down - ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » - ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.

Madame A.K. estima notamment qu'il incombait ...

Lire la suite

Affaires Draon c. France et Maurice c. France / Diagnostic prénatal

- Diagnostics prénataux

Affaires Draon c. France et Maurice c. France du 6 octobre 2005, Reqs. n° 1513/03 et 11810/03

Les deux affaires ont trait à deux situations quasiment identiques. Les arrêts sont rendus le même jour et tranchent les litiges de la même manière.

L'Assemblée Nationale adopta le 4 mars 2002 une loi mettant fin à la jurisprudence dite «Perruche» de la Cour de cassation française. L'article premier de cette loi dispose que «Nul ne peut se prévaloir d'un préjudice du seul fait de sa naissance».

A l...

Lire la suite

Affaire Reeve c. Royaume-Uni / Diagnostic prénatal

- Diagnostics prénataux

Décision sur la recevabilité Reeve c. Royaume-Uni du 30 novembre 1994, Req. n° 24844/94

En raison de négligences médicales commises au cours de la grossesse, les parents de Mégan Reeve ne savaient pas, avant la naissance, que leur enfant était atteint d'une forme de spina bifida (malformation congénitale de la moelle épinière). Les parents, agissant en leur propre nom, et aussi pour le compte de l'enfant, demandent réparation du dommage découlant de cette naissance. Ils estiment notamment qu'...

Lire la suite