Affaire A.K. c. Lettonie / Diagnostic prénatal et vie privée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Textes de jurisprudence

Publié le : 24/06/2014

Affaire A.K. c. Lettonie du 14 juin 2014 - Req. 33011/08

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down – ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » – ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.

Madame A.K. estima notamment qu'il incombait au médecin de tout mettre en oeuvre afin qu'elle soit informée de l'état de santé de l'enfant à naître, et que le fait que le test de dépistage ne lui ait pas été proposé l'avait privée de la possibilité de ne pas mettre au monde un enfant atteint d'une anomalie génétique.

Les Cours et Tribunaux de Lettonie rejetèrent la plainte de madame A.K., estimant, d'une part, qu'il lui avait bien été proposé de passer ledit test mais qu'elle ne s'était jamais présentée au rendez-vous, et d'autre part, qu'elle était elle-même fautive pour n'avoir pas fourni au médecin une information complète quant à certains facteurs de risques (consommation d'alcool de son mari, antécédents de maladie génétiques dans la famille, etc.). Les juridictions indiquèrent également que, du seul fait de son âge, madame A.K. n'appartenait pas à une catégorie à risque rendant obligatoire ledit test suivant la réglementation médicale applicable.

Devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme, madame A.K. s'est ensuite plaint d'une violation du droit au respect de sa vie privée (article 8 de la Convention), en raison notamment de l'absence d'information relative à l'anomalie génétique du foetus, qui ne permit pas à madame A.K. « de choisir s'il convenait de poursuivre la grossesse ».

La Cour Européenne des Droits de l'Homme rappelle tout d'abord que la décision de poursuivre ou non une grossesse fait partie de la « vie privée » protégée au titre de l'article 8. Analysant le cas de madame A.K., la Cour estime ensuite que la plainte de madame A.K. ne concerne pas tant la question de la proposition d'un test prénatal en vue de la poursuite ou non de la grossesse, mais bien le traitement et la suite que les Cours et Tribunaux de Lettonie ont réservés à la plainte originelle de madame A.K.

En limitant ainsi l'examen de la cause à ce volet « procédural », la Cour estime qu'il y a eu violation de l'article 8 en l'espèce, en ce que les juridictions lettones n'ont pas examiné de manière suffisamment approfondie si, quant aux faits dont elle se plaignit, madame A.K. bénéficia ou non d'une protection adéquate de sa vie privée au regard de la réglementation médicale applicable.

 

La Cour accorde à madame A.K. une indemnisation forfaitaire de 5.000,00 EUR à titre de dommage moral.

  • diagnostic prénatal
  • interruption de grossesse
  • vie privée
  • naissance handicapée
  • maladie génétique
  • responsabilité médicale

Articles similaires

Affaire Costa et Pavan c. Italie / IVG - diagnostic prénatal

- Diagnostics prénataux

Arrêt Costa et Pavan c. Italie du 28 août 2012, Req. n° 54270/10

 

Mme Rosetta Costa et M. Walter Pavan sont tous les deux porteurs sains de la mucoviscidose.  Ils ont une fille atteinte de la mucoviscidose, et ont effectué une interruption médicale de grossesse lorsqu'ils ont appris que leur deuxième enfant allait également être atteint de cette maladie.

 

La législation italienne ne permet pas aux requérants d'accéder au diagnostic génétique préimplantatoire pour sélectionner un embryon ...

Lire la suite

Affaires Draon c. France et Maurice c. France / Diagnostic prénatal

- Diagnostics prénataux

Affaires Draon c. France et Maurice c. France du 6 octobre 2005, Reqs. n° 1513/03 et 11810/03

Les deux affaires ont trait à deux situations quasiment identiques. Les arrêts sont rendus le même jour et tranchent les litiges de la même manière.

L'Assemblée Nationale adopta le 4 mars 2002 une loi mettant fin à la jurisprudence dite «Perruche» de la Cour de cassation française. L'article premier de cette loi dispose que «Nul ne peut se prévaloir d'un préjudice du seul fait de sa naissance».

A l...

Lire la suite

Affaire Reeve c. Royaume-Uni / Diagnostic prénatal

- Début de vie

Décision sur la recevabilité Reeve c. Royaume-Uni du 30 novembre 1994, Req. n° 24844/94

En raison de négligences médicales commises au cours de la grossesse, les parents de Mégan Reeve ne savaient pas, avant la naissance, que leur enfant était atteint d'une forme de spina bifida (malformation congénitale de la moelle épinière). Les parents, agissant en leur propre nom, et aussi pour le compte de l'enfant, demandent réparation du dommage découlant de cette naissance. Ils estiment notamment qu'...

Lire la suite