Utérus artificiel : état des lieux et réflexions éthiques

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Transhumanisme

Dossiers

Publié le : 15/10/2019

Auteur / Source : C. Dénecé etDoriane de Lestrange

La grossesse peut-elle devenir optionnelle pour avoir des enfants ? Peut-on imaginer voir un jour des femmes choisir de vivre une grossesse par « loisir », et d'autres préférer faire se développer leurs enfants dans un incubateur?

Le 8 octobre 2019, l'Université d'Eindhoven aux Pays-Bas annonçait avoir reçu une subvention de 2,9 millions d'euros du programme européen Horizon 2020, pour mettre au point un prototype d'utérus artificiel destiné aux bébés prématurés. L'équipe de chercheurs espère avoir un prototype fonctionnel d'ici cinq ans.

Avant même Le Meilleur des mondes de Aldous Huxley et ses « Centres d'Incubation et de Conditionnement », le généticien John B.S. Haldane avait inventé le terme « ectogenèse » en 1923, dans un texte intitulé Dédale ou la science de l'avenir. Il désignait par-là la possibilité de faire croître un être humain depuis la fécondation des gamètes jusqu'au terme de la gestation : une grossesse complètement hors du corps de la femme. Cette idée qui relève presque de la science-fiction n'est peut-être plus si fantasmatique que cela.

Des couveuses de plus en plus perfectionnées permettent de sauver des bébés de plus en plus prématurés. Les avancées de la science permettent déjà de développer des animaux in vitro pendant plusieurs semaines. Bientôt, cela pourrait être le cas pour les humains également. Mais ce que la science permet, faut-il nécessairement l'appliquer?

Sans immédiatement envisager les perspectives alarmantes d'ectogenèse, non encore techniquement réalisables et largement contestées à ce stade, le recours aux utérus artificiels pourrait ne pas être si lointain qu'on le croit et voir le jour « bientôt ». Ces technologies dont l'objectif déclaré est de permettre de mener à terme des grossesses interrompues inopinément, vont nécessairement continuer de se développer, induire des situations nouvelles et éthiquement très complexes, et créer des risques de dérives.

Face à la concrétisation progressive de l'utérus artificiel, il convient d'anticiper cette réalité. Ce dossier a pour but de présenter les avancées de la science, le fonctionnement d'un pareil projet, ses multiples implications éthiques et ses potentielles dérives.


Articles similaires

Les enjeux éthiques des tests génétiques

Les enjeux éthiques des tests génétiques

- Génétique

Les tests génétiques n'ont cessé de se développer jusqu'à prendre aujourd'hui une place importante dans notre société. D'abord dans le domaine médical, mais aussi dans le domaine légal : en criminologie ou pour établir la filiation (test de paternité). Ces tests peuvent être aussi utilisés de façon « récréative ». Ils répondent alors à la volonté d'en savoir plus sur ses origines et son identité génétique.

Au-delà des avantages que peuvent présenter ces tests et qui ne sont certainement pas à...

Lire la suite

Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques

Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques

- Euthanasie et suicide assisté

Les situations de vieillesse et de vie finissante sont complexes, parfois douloureuses. Elles suscitent des questions délicates qui ne s'accommodent pas de réponses simplistes. Elles mettent au défi notre sens de la solidarité et notre ingéniosité à trouver les voies et moyens d'exprimer par des gestes dignes l'authentique compassion.  

De façon synthétique, sous forme de questions-réponses, ce dossier se propose d'éclairer certaines distinctions conceptuelles capitales et de fournir quelques...

Lire la suite

Le don d’organes : donner pour sauver

Le don d’organes : donner pour sauver

- Don d'organes, de tissus et de sang

Donner pour sauver ou se vendre pour vivre ? 

Se donner en sauvant une vie

1.1.        Prélèvement en cas de décès

 

Qui ne dit mot consent

La loi belge est très favorable au don d'organe. Ainsi, la loi du 13 juin 1986 se fonde sur le principe « qui ne dit mot consent ». L'hypothèse est que chacun désire céder des organes après le décès, dans un esprit de solidarité humaine. Cependant, si la personne décédée s'y est opposée, ou qu'un des membres de la famille proche manifeste son oppositi...

Lire la suite