L'usage des mots en bioéthique

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Embryons Dossiers Temps de lecture : 36 min.

 Imprimer

Choisir les bons mots lorsqu'on parle de sujets aussi délicats que la vie naissante, la mort, une grossesse imprévue, la découverte d'un handicap, les soins en fin de vie ou l'euthanasie, constitue un défi perpétuel. Comment tendre vers les mots justes tout en prenant soin du dialogue ?

 

"Mal nommer les choses, disait Albert Camus, c'est ajouter au malheur du monde." Si nous voulons bâtir un monde plus accueillant pour la personne et la vie humaines, aussi fragiles soient-elle, la question du choix des mots est essentielle.

 

Le choix des mots en bioéthique : c'est ce que propose Xavier Dijon, professeur em. de philosophie du droit à l'UNamur dans ce nouveau dossier de l'IEB.

Temps de lecture : 36 min. Télécharger


Articles similaires

DOSSIER - Chimères animal-homme : état des lieux et enjeux bioéthiques

DOSSIER - Chimères animal-homme : état des lieux et enjeux bioéthiques

- Recherche médicale

Temps de lecture : 25 min

Lire la suite

Etendre l'avortement au-delà de 3 mois de grossesse : enjeux médicaux, psychologiques et éthiques

Etendre l'avortement au-delà de 3 mois de grossesse : enjeux médicaux, psychologiques et éthiques

- Avortement

Depuis 2016, plusieurs propositions de loi ont été déposées au Parlement belge pour élargir le délai légal d'un avortement au-delà de 12 semaines de grossesse.

En juillet 2019, un collectif de gynécologues, psychologues, médecins généralistes, et autres professionnels de la santé (au total plus de 2600) publiait une carte blanche exprimant ses préoccupations quant à l'extension de l'avortement sans raison médicale au-delà du premier trimestre de la grossesse : « Au-delà de 3 mois de grossess...

Lire la suite

Accouchement sous "X"

Accouchement sous "X"

- Grossesse

Le droit de savoir d'où je viens : problématique de l'accouchement sous X 

1. Situation en Belgique 

En Belgique, s'il n'a jamais été explicitement interdit, l'accouchement sous X n'a jamais non plus été légalement autorisé : selon l'article 55 du Code civil, l'officier de l'état civil est tenu d'inscrire le nom de la mère dans le registre de la population de la commune dans laquelle l'enfant est né, inscription qui établit de plein droit la filiation maternelle selon la règle « mater semper...

Lire la suite