L'usage des mots en bioéthique

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Dossiers

Publié le : 06/05/2021

Auteur / Source : Pr. Xavier Dijon

Choisir les bons mots lorsqu'on parle de sujets aussi délicats que la vie naissante, la mort, une grossesse imprévue, la découverte d'un handicap, les soins en fin de vie ou l'euthanasie, constitue un défi perpétuel. Comment tendre vers les mots justes tout en prenant soin du dialogue ?

 

"Mal nommer les choses, disait Albert Camus, c'est ajouter au malheur du monde." Si nous voulons bâtir un monde plus accueillant pour la personne et la vie humaines, aussi fragiles soient-elle, la question du choix des mots est essentielle.

 

Le choix des mots en bioéthique : c'est ce que propose Xavier Dijon, professeur em. de philosophie du droit à l'UNamur dans ce nouveau dossier de l'IEB.


Articles similaires

Y a-t-il un "bon" et un "mauvais" eugénisme ?

Y a-t-il un "bon" et un "mauvais" eugénisme ?

- Eugénisme

Dans un avis récent relatif aux modifications géniques somatiques et germinales, le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique n'oppose pas d'objection à la pratique d'un « eugénisme privé de sélection lié à l'utilisation des techniques de dépistage prénatal (DPN) ou préimplantatoire(DPI) ». De fait, comme le déplorait déjà Jacques Testart en 1994 dans son livre " Le désir du gène", l'eugénisme contemporain se pratique au stade embryonnaire. Le chapitre II de l'avis du Comité tente de dissip...

Lire la suite

Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

La fatigue de vivre bouscule et interroge de plus en plus le corps médical et l'opinion publique quant à ses causes et ses conséquences.

En août 2017, désirant ouvrir un débat officiel sur la question, le député Jean-Jacques De Gucht (Open-VLD) a proposé d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie à toute personne qui exprime éprouver une « fatigue de vivre » (« levensmoeheid »), sans pour autant être atteinte par une affection ou maladie quelconque. Le député travaille depuis lors sur une pro...

Lire la suite

Accouchement sous "X"

Accouchement sous "X"

- Grossesse

Le droit de savoir d'où je viens : problématique de l'accouchement sous X 

1. Situation en Belgique 

En Belgique, s'il n'a jamais été explicitement interdit, l'accouchement sous X n'a jamais non plus été légalement autorisé : selon l'article 55 du Code civil, l'officier de l'état civil est tenu d'inscrire le nom de la mère dans le registre de la population de la commune dans laquelle l'enfant est né, inscription qui établit de plein droit la filiation maternelle selon la règle « mater semper...

Lire la suite