Les personnes en état végétatif

 Imprimer

Thématique : Maladies et handicaps / Coma et état végétatif

Dossiers

Publié le : 18/10/2006

Auteur / Source : © IEB

Les personnes en état végétatif persistant sont-elles des "légumes" ?

Qu'est-ce que le coma végétatif? 

Jouer au tennis dans sa tête

Le cas qui a manifestement le plus contribué à médiatiser la problématique des personnes en état végétatif persistant (EVP) est celui de Terri Schiavo. Sans être neuve dans l'histoire médicale, cette réalité reste relativement récente (début des années 70). Les progrès techniques de la réanimation durant les années 60 ont en effet permis la survie de patients présentant une altération grave du fonctionnement cérébral.

Tout récemment (1), deux équipes – l'une dirigée par le neuropsychologue Adrian Owen (Université de Cambridge), l'autre par Steven Laureys, neurologue (Centre de recherches du cyclotron, Université de Liège) – ont établi que l'activité cérébrale d'une patiente en EVP (une Anglaise de 23ans) indiquait qu'elle avait conscience d'elle-même et de son entourage.  

L'expérience a consisté à donner des commandes orales à la jeune femme tandis qu'un scanner à résonance magnétique fonctionnelle mesurait son activité cérébrale.

Les scientifiques lui ont demandé de s'imaginer qu'elle était en train de jouer au tennis et de se balader dans sa maison.

Les aires cérébrales commandant les fonctions spatio-visuelles et motrices ont manifesté une activité identique à celle de dizaines de volontaires sains soumis aux mêmes instructions. Les chercheurs en ont conclu que cette patiente, quoique rencontrant tous les critères cliniques de l'état végétatif persistant, conservait la capacité de comprendre des indications orales et d'y répondre par une activité cérébrale, à défaut de paroles ou de gestes. Cette expérience interpelle les acteurs du monde scientifique, médical et soignant confronté à la dure réalité des personnes vivant en EVP.

 Plonger et sortir du coma

De nos jours, de nombreuses personnes – parmi lesquelles des jeunes – sont victimes d'accidents ou de pathologies entraînant des lésions cérébrales graves et aiguës avec une période de coma, plus ou moins longue. La sortie d'un état de coma se caractérise par l'ouverture des yeux. Ce "réveil" ne signifie pas pour autant la reprise d'une communication du patient avec son environnement.

Certains patients, sortis du coma, se trouvent dans un état qualifié de "neurovégétatif" ou de "paucirelationnel". …


Articles similaires

Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques

Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques

- Euthanasie et suicide assisté

Les situations de vieillesse et de vie finissante sont complexes, parfois douloureuses. Elles suscitent des questions délicates qui ne s'accommodent pas de réponses simplistes. Elles mettent au défi notre sens de la solidarité et notre ingéniosité à trouver les voies et moyens d'exprimer par des gestes dignes l'authentique compassion.  

De façon synthétique, sous forme de questions-réponses, ce dossier se propose d'éclairer certaines distinctions conceptuelles capitales et de fournir quelques...

Lire la suite

Apaiser la douleur en fin de vie

Apaiser la douleur en fin de vie

- Soins palliatifs

Chaque année, 52 millions de personnes meurent dans le monde et l'on estime qu'environ un décès sur dix est dû au cancer. Alors que 95% des douleurs pourraient être soulagées, plus de 65% de patients cancéreux meurent, encore aujourd'hui, dans un contexte douloureux. C'est dire combien le combat des soins palliatifs est loin d'être gagné et qu'une formation spécifique, dans le domaine de l'algologie et de l'antalgie, s'impose comme une urgence.
En Belgique, entre 35.000 et 40.000 nouveaux cas...

Lire la suite

La liberté des institutions de soins eu égard à la pratique de l'euthanasie

La liberté des institutions de soins eu égard à la pratique de l'euthanasie

- Liberté des institutions de soin

Des voix s'élèvent régulièrement pour proclamer que « la loi sur l'euthanasie doit être appliquée partout en Belgique » ou que « les institutions refusant cette pratique en leurs murs bafouent la loi ».

Il est certain que partout où l'euthanasie est pratiquée, il y a lieu de se conformer aux conditions de fond et de procédure prévues par la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie. C'est seulement si ces conditions sont rigoureusement respectées que l'acte d'euthanasie perd son caractère in...

Lire la suite