Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Dossiers - Belgique Belgique

Publié le : 22/06/2018

La fatigue de vivre bouscule et interroge de plus en plus le corps médical et l'opinion publique quant à ses causes et ses conséquences.

En août 2017, désirant ouvrir un débat officiel sur la question, le député Jean-Jacques De Gucht (Open-VLD) a proposé d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie à toute personne qui exprime éprouver une « fatigue de vivre » (« levensmoeheid »), sans pour autant être atteinte par une affection ou maladie quelconque. Le député travaille depuis lors sur une proposition d'extension de la loi euthanasie, qui « n'inclura pas les personnes souffrant de dépression, de solitude ou d'un état de dépendance », précise-t-il.

 Pour apprécier la justesse de la proposition, il convient de cerner ce que recouvre le concept de « fatigue de vivre » et de se demander s'il est réellement possible d'en exclure les causes de dépression, de solitude ou de dépendance, comme le suggère Jean-Jacques De Gucht. A ce jour, aucune statistique fiable ne permet par ailleurs de mesurer l'ampleur du phénomène.

Dans son Avis n° 73 sur « l'euthanasie dans les cas de patients hors phase terminale, de souffrance psychique et d'affections psychiatriques », le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) aborde la problématique de la fatigue de vivre de nos aînés du point de vue éthique.

Le présent document tentera de retracer l'essentiel de la réflexion critique émise par divers acteurs politiques et de terrain, néerlandais et belges, qui ont inspiré le Comité Consultatif dans sa réflexion, afin de mieux comprendre les raisons qui l'ont poussé à encourager prudence et retenue sur la question.

 La « fatigue de vivre » peut-elle constituer à elle seule une affection médicale inapaisable qui, causant une souffrance insupportable, justifie l'euthanasie de la personne ?

  • euthanasie
  • fatigue de vivre
  • solitude
  • accompagnement

Articles similaires

Euthanasie pour souffrance psychique : synthèse de l'Avis 73 du CCBB

Euthanasie pour souffrance psychique : synthèse de l'Avis 73 du CCBB

- Euthanasie et suicide assisté

Le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique a publié en décembre 2017 un avis sur l'euthanasie de patients hors phase terminale, affectés d'une souffrance psychique avec ou sans affection médicale (psychiatrique ou autre) sous-jacente.

Dans cet avis, le Comité répond en 75 pages aux questions posées en 2011 par Madame Laurette Onckelinkx, à l'époque Ministre de la Santé publique.

L'avis rendu 6 ans plus tard, reprend les points de consensus, mais également les dissensions divisant encor...

Lire la suite

Euthanasie : 10 ans de dépénalisation en Belgique

Euthanasie : 10 ans de dépénalisation en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Le 28 mai 2012, cela fera 10 ans que la Belgique a dépénalisé l'euthanasie, emboîtant le pas aux Pays-Bas qui s'étaient dotés d'une telle législation un an auparavant.

Le Luxembourg s'inspira de ces législations en 2009.

À ce jour, ces trois pays du Benelux sont les seuls à avoir dépénalisé le fait de donner intentionnellement la mort à une personne qui en fait la demande. À l'heure où la dépénalisation de l'euthanasie est en débat dans plusieurs États, notamment en France, il semble util...

Lire la suite

L’euthanasie des enfants mineurs en Belgique

L’euthanasie des enfants mineurs en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Le 28 février 2014 était promulguée la loi  « modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie, en vue de l'étendre aux mineurs ». La Belgique devenait ainsi le premier et seul pays au monde à autoriser l'euthanasie de mineurs sans qu'aucune condition relative à l'âge de ceux-ci ne doive être rencontrée.
Certains s'en sont félicités, rappelant le rôle « pionnier » joué par la Belgique dans la mise en place d'un cadre légal pour l'euthanasie, présentée comme ultime « acte d'humanité » do...

Lire la suite