Fin de vie (Etats-Unis)

 Supprimer le filtre "Etats-Unis"

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

Etats-Unis - Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

L'Oregon fut le premier État américain à adopter en 1997, une loi sur l'aide au suicide. Dans les débats autour de la loi, le délai de 15 jours de réflexion était présenté comme un garde-fou essentiel pour garantir le caractère volontaire et réfléchi de la demande de suicide. 22 ans plus tard, il n'est plus question de cette balise pour les patients dont le pronostic vital ne dépasse pas 15 jours. En pratique, ces patients pourraient soumettre le même jour les deux demandes orales et la demandes écrite exigées, et se voir prescrire la substance létale dès qu'un deuxième médecin a confirmé le diagnostic. C'est ce que vient de décider le gouverneur Kate Brown  en modifiant la « Loi sur la mort digne » le 23 juillet dernier. Les raisons invoquées par les auteurs de la loi sont de « réduire la bureaucratie et de soulager les personnes gravement malades », qu'il ne faudrait pas faire souffrir « inutilement », précise le sénateur Floyd Prozanski. Faut-il en déduire que les derniers jours d...

Lire la suite 


Démence et fin de vie : le Hastings Center lance des recherches

Etats-Unis - Démence et fin de vie : le Hastings Center lance des recherches

Les Etats-Unis n'échappent pas au vieillissement de leur population et parallèlement, à l'augmentation des cas de démence. Les personnes atteintes de démence sont confrontées à la dégradation de leurs fonctions cognitives, notamment la mémoire, la résolution de problèmes et le langage. Il n'existe pas encore de traitement curatif pour la démence ni aucun moyen d'arrêter sa progression. Arrivé à un stade avancé de démence, le patient a besoin d'une assistance quotidienne et parfois de soins complets. La perte de sa capacité décisionnelle provoque aussi des discussions sur sa fin de vie. C'est précisément ce point qui fera l'objet de recherches par le Hastings Center, basé à Garrison (New York).

Aux États-Unis, chacune a le droit de refuser un traitement. Dans la plupart des cas, la personne doit néanmoins être capable de prendre la décision elle-même. Des personnes chez qui on a diagnostiqué une forme de démence et qui s'attendent à perdre leur capacité décisionnelle, peuvent refuser...

Lire la suite 


L’Association Médicale Américaine réaffirme son opposition à l’euthanasie

Etats-Unis - L’Association Médicale Américaine réaffirme son opposition à l’euthanasie

C'est la fin d'un long débat : ce mardi 11 juin, les délégués de la prestigieuse Association Médicale Américaine (AMA) ont voté pour réaffirmer la position de l'organisation sur l'euthanasie et le suicide assistée, selon laquelle « l'euthanasie est fondamentalement incompatible avec le rôle du médecin en tant que soignant, serait difficile, voire impossible à contrôler, et poserait de sérieux risques sociétaux ». Cette position a été maintenue à une majorité écrasante, de 392 voix contre 162 (soit un rapport de 65%-35% du total), plus du double.

Le vote faisait suite à un rapport du Conseil des affaires éthiques et juridiques (CETA) de l'association, qui avait été saisi de la question à trois reprises depuis 2016, dans le but de faire évoluer la position de l'AMA sur l'euthanasie et le suicide-assisté, ainsi que sa terminologie. Toutefois, le Conseil avait recommandé à chaque fois le maintien de la position et de la terminologie actuelle, précisant que « malgré ses connotations néga...

Lire la suite 


Oregon : suicides assistés

Etats-Unis - Oregon : suicides assistés

Le rapport 2013 relatif au suicide assisté dans l'Etat d'Oregon aux Etats-Unis, vient d'être publié. 71 personnes en 2013 se sont suicidées dans le cadre de cette loi. La raison invoquée pour mettre fin à leurs jours, était de pouvoir contrôler leur mort.
Il faut rappeler que le suicide assisté se distingue de l'acte d'euthanasie puisque c'est le patient lui-même qui provoque sa propre mort, par des produits que lui a laissés le médecin. Celui-ci est présent pour veiller à ce que la mort survienne comme planifiée. En Belgique, le législateur s'est refusé à dépénaliser le suicide assisté comme l'attestent les travaux préparatoires de la loi de 2002 dépénalisant l'euthanasie. (voir Dossier IEB p. 8)

 

Oregon Health Authority :

122   Received a prescription  63    Died after ingestion of prescription in 2013
 8      Died after ingestion of prescriptions from 2011 & 2012  28    Died of other causes - did not use prescription  7      Died, but status unknown:  - no follow up yet on use...

Lire la suite