Recherche biomédicale (Etats-Unis) > Recherche médicale

 Supprimer le filtre "Etats-Unis"

Première greffe d’un coeur de porc chez l’humain : état des lieux et regard éthique

Etats-Unis - Première greffe d’un coeur de porc chez l’humain : état des lieux et regard éthique

Pour la première fois au monde, un patient a été greffé d'un coeur de porc génétiquement modifié. Opéré le 7 janvier dernier au Centre Médical de l'Université de Maryland (Baltimore, États-Unis), David Bennett se remet petit à petit de son opération. Son nouveau coeur bat correctement et semble pour le moment ne pas faire l'objet d'un rejet par le système immunitaire du patient.

 

La xénotransplantation (transplantation d'organe d'une espèce à une autre) se présentait comme la seule option possible pour sauver la vie de David, qui souffrait d'arythmie cardiaque. Peu enclin à suivre les recommandations des médecins, ce patient n'aurait pas survécu à une greffe de coeur humain, qui requiert une discipline de santé sévère pour éviter tout rejet. L'expérience n'a pas fait l'objet d'un essai clinique autorisé, mais l'équipe médicale a obtenu en urgence l'autorisation de la Food and Drug Administration des États-Unis pour réaliser la transplantation, étant donné l'état critique du patien...

Lire la suite 


Utiliser des foetus avortés pour trouver un vaccin contre le Covid-19 ?

Etats-Unis - Utiliser des foetus avortés pour trouver un vaccin contre le Covid-19 ?

Un chercheur américain renommé, Kim Hasenkrug, a sollicité le mois dernier l'autorisation de mener des expériences sur des souris « humanisées » pour trouver un vaccin contre le Covid-19. L'année dernière, aux Etats-Unis, ces souris ont été transplantées avec des tissus provenant de foetus humains avortés. Elles ont désormais des poumons de même structure que les nôtres, ce qui les rend susceptibles d'être infectées par des coronavirus semblables au Covid-19. Ce sont donc des cobayes idéaux pour tester des traitements contre ce virus. Or, en juin dernier, le gouvernement américain a interdit toute recherche utilisant des foetus avortés dans les Instituts Nationaux pour la Santé et soumis toute recherche "externe" impliquant des foetus avortés à l'approbation d'un conseil d'éthique (voir actualité IEB : A propos de l'utilisation de foetus avortés pour la recherche).

Des scientifiques de l'Université de Caroline du Nord ont proposé à Kim Hasenkrug, immunologiste aux laboratoires Rock...

Lire la suite 


Etats-Unis - Etats-Unis : amputé des deux bras, il contrôle ses deux prothèses par son cerveau

Dans le cadre d'une expérience menée par l'Applied Physics Laboratory de la Johns Hopkins University, dans le Maryland, Les Baugh, un américain du Colorado, amputé des deux bras suite à un accident de travail, peut aujourd'hui se servir de deux prothèses ajustées au niveau des épaules.
Fait remarquable, c'est par la pensée, décryptée par un logiciel informatique et un mécanisme reliant son cerveau aux prothèses, que Les Baugh peut saisir des objets et ré-apprendre peu à peu les gestes de la vie courante.
Auparavant, l'homme a dû subir une opération  qui consistait à remplacer des nerfs. Il a aussi dû s'entraîner à faire fonctionner ses muscles d'une autre façon. Il peut maintenant prendre une tasse dans sa main-prothèse et l'élever jusqu'à la bouche pour boire.
Source : The Telegraph, 19/12/2014  
VIDEO : ICI

Lire la suite 


Un premier poumon artificiel humain créé en laboratoire

Etats-Unis - Un premier poumon artificiel humain créé en laboratoire

Une équipe américaine de l'University of Texas vient de fabriquer en laboratoire un poumon humain artificiel. Un travail qui pourrait révolutionner la médecine régénérative et ce d'autant que cet organe est un des plus complexes à reconstituer, notamment parce qu'il est composé de plusieurs types cellulaires différents.
Le Dr Joaquim Cortiella et son équipe ont d'abord prélevé les poumons de deux adolescents décédés à la suite d'un accident. Ils ont ensuite détaché les cellules d'un de ces poumons en appliquant une technique identique à celle qui leur avait déjà permis, en 2010, de créer cet organe à partir de cellules souches embryonnaires de souris. A l'époque, ils avaient détruit les cellules d'un poumon de rat par plusieurs cycles de congélation-décongélation avant d'utiliser la carcasse pulmonaire comme support pour faire croître de nouvelles cellules.
Une fois obtenu un premier squelette pulmonaire, composé principalement d'élastine et de collagène, ils ont placé dessus des cel...

Lire la suite