Avis n° 59: aspects éthiques loi du 28 mai 2002 relative à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Non classés

Rapports et avis - Belgique

Publié le : 05/01/2016

Auteur / Source : Comité de Bioéthique de Belgique

Avis n° 59 du 27 janvier 2014 relatif aux aspects éthiques de l'application de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie

I. Cadre juridique

La loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie

1. Définition de l'euthanasie et principes fondateurs

2.Conditions essentielles (article 3, § 1er)

3.Conditions de forme et de procédure (article 3, § 2)

4.Déclaration anticipée d'euthanasie (article 4)

5. Le contrôle sociétal de la loi : procédure et composition de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation (CFCE)

6. Rôle des pharmaciens (article 3 bis )

7. Liberté de conscience (article 14)

8. Mort naturelle

II. Réflexions éthiques et juridiques

A. A propos des politiques éthiques institutionnelles en rapport avec la fin de vie et l'euthanasie, telle qu'elle est définie par la loi

A.1. Première position : arguments opposables aux politiques institutionnelles

a. L'objectif et le contenu de la loi du 28 mai 2002

b. La clause de conscience en droit (bio)médical Comparaison, de ce point de vue, entre les lois relatives à l'euthanasie, à l'interruption de grossesse et à la procréation médicalement assistée

c. La liberté thérapeutique reconnue et garantie par le droit

d. La liberté thérapeutique comme condition de l'éthique

e. Un devoir de transfert ?

f. La nature et le sens profonds d'une demande d'euthanasie, et le traitement à lui
réserver

g. Conclusion de la première position

A.2. Seconde position : arguments favorables aux politiques institutionnelles

a. L'éthique, la loi et la conscience

b. Les bonnes pratiques médicales, la culture de soins et l'éthique institutionnelle

c. La solidarité humaine comme soutien de l'autonomie du patient

d. Quelle est l'opinion de ces membres vis - à - vis du devoir de transfert?

e. Conclusion de la seconde position

B. A propos des « cliniques de fin de vie », structures spécialisées dans ou en dehors des institutions


III. Conclusions et recommandations

A.Points de convergence

A.1.Le respect du patient

A.2.Le respect dû à la loi du 28 mai 2002

A.3.Le respect de l'autonomie professionnelle du médecin

A.4.Le devoir de référer

A.5.La continuité des soins

A.6.Les «cliniques» de fin de vie

B.Points de divergence

B.1.Sur la première question

B.2.Sur la seconde question

Annexe 1

  • clause de conscience
  • Institutions
  • euthanasie

Articles similaires

Rapport de la Commission Evaluation Euthanasie

- Fin de vie

Commission Nationale de Contrôle et d'Evaluation de la loi du 16 mars 2009 sur l'euthanasie et l'assistance au suicide

Premier rapport à l'attention de la Chambre des Députés

(Années 2009 et 2010)

Lire la suite

Rapport de la Commission d’évaluation euthanasie 2010

- Fin de vie

2010 - Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie

Quatrième Rapport aux Chambres Législatives (Années 2008 et 2009)

Selon les rapports de la commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, le nombre d'euthanasies déclarées s'est élevé à :

- 2002 : 24 (4ème trimestre)
- 2003 : 235
- 2004 : 349
- 2005 : 393
- 2006 : 429
- 2007 : 495
- 2008 : 705

Lire la suite

Avis : euthanasie d’un patient français par son médecin en Belgique

- Fin de vie

Dans un avis par lettre du 22 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement a...

Lire la suite