GPA : des espoirs nationaux confortés par la Conférence de La Haye

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités - Allemagne Allemagne

Publié le : 21/08/2019

Auteur / Source : thelocal.de, gènéthique.org, La Croix, Le Figaro Vox

C'est une loi en vigueur depuis 30 ans que la députée allemande Katrin Helling Plahr (FDP) a l'intention de faire évoluer pour lever l'interdit du don d'ovules et de la gestation pour autrui dans son pays.[1] « Tout ceux qui veulent prendre la responsabilité d'avoir un enfant méritent qu'on soutienne leur désir d'en avoir », a-t-elle affirmé, appelant à ne plus distinguer la structure familiale traditionnelle des autres « modèles familiaux » dans l'accueil d'un enfant. Cela impliquerait, si l'on suit la députée, d'accepter qu'il y ait jusqu'à quatre parents légaux pour un enfant.

Des propos qui n'ont pas tardé de suscité de vives réactions, comme celle de l'association "Spenderkinder" (enfants issus de dons) : sa porte-parole Anne Meier-Credner a rappelé qu'il n'y avait pas « de droit à l'enfant ou de droit de devenir parent », ajoutant qu'il existait un consensus parmi les psychologues pour dire que « séparer arbitrairement le nouveau-né de sa personne de confiance la plus proche (ndlr. la femme qui l'a porté), qu'il peut distinguer de toutes les autres par l'odeur et la voix, est extrêmement stressant pour lui. » Avec Anne Meier-Credner, on peut se demander s'il faut soumettre un nouveau-né à ce stress pour satisfaire le désir des adultes.

A l'heure où la légitimité de la gestation pour autrui s'installe petit à petit dans les mentalités européennes (par ex. aux Pays-Bas, en Belgique, en France), rappelons que le sujet fait l'objet d'une concertation internationale dans le cadre de la Conférence de La Haye[2] depuis 2011. Le groupe d'experts chargés de la question s'attache à élaborer « un mécanisme permettant de répondre de manière pratique aux filiations bancales résultant de conventions de maternité de substitution à caractère international » Dans son dernier rapport de mars 2019, le Groupe annonce un protocole qui établira un cadre « pour la reconnaissance de la filiation établie dans le cas des GPA », dans le respect des « diverses approches de la maternité de substitution au niveau mondial »… tout en se défendant d' « approuver » d'une quelconque manière la gestation pour autrui…

Or, le règlement la maternité de substitution ne suppose-t-il pas d'en approuver implicitement le principe ? C'est l'avis de la philosophe Sophia Kuby, qui s'est exprimée dans une tribune du Figaro Vox : « Si elle veut respecter la haute vision des droits de l'homme dont l'Occident se vante d'être le gardien, une convention internationale doit protéger les êtres humains vulnérables afin qu'ils ne soient pas l'objet de contrats ou le produit d'une transaction commerciale, plutôt que d'essayer d'apporter des solutions techniques aux conflits résultant de contrats transnationaux illégaux. »

 


[1] La Loi allemande sur la Protection de l'Embryon sanctionne pénalement tout médecin qui « opère une insémination artificielle ou un transfert d'embryon humain chez une femme disposée à laisser son enfant de façon permanente à une tierce personne après la naissance ».

[2] La Conférence de La Haye travaille à l'harmonisation des règles de droit international privé. Elle rassemble 82 États et l'Union européenne.


Articles similaires

Pays-Bas : conférence bisannuelle sur l'euthanasie de la NVVE

Pays-Bas : conférence bisannuelle sur l'euthanasie de la NVVE

- Euthanasie et suicide assisté

Du 11 au 14 mai 2016, à l'initiative de la NVVE (correspondante néerlandaise de l'ADMD), plus de 400 personnes se sont réunies à Amsterdam, à l'occasion de la « Biennale mondiale sur l'euthanasie ». L'objectif en était de mener une réflexion sur la pratique de l'euthanasie dans les pays où elle est légalisée, de faire le point sur sa promotion au niveau mondial. Des participants du monde entier ont ainsi fait le déplacement pour assister aux différents exposés et participer aux ateliers propos...

Lire la suite

Conférence IEB: Handicap du nouveau-né : faire vivre ou laisser mourir ? / 18 février 2014 à 20h

- Grossesse

L'Institut Européen de Bioéthique vous invite le

Mardi 18 février à 20h à la conférence :

Handicap du nouveau-né : faire vivre, laisser mourir ?

par Laurence HENRY, Infirmière anesthésiste, Doctorante en Philosophie (Paris-Est Marne-la-Vallée),
auteur de l'essai « On ne peut imposer cela à personne » (Ed. Salvator, 2013)
Un drink sera offert à l'issue de la conférence.

Lieu : Hôtel THON, rue de la loi 75, Bruxelles (Parking rue de Trèves)

PAF : 5 euros à payer à l'entrée.
Inscription co...

Lire la suite

Conseil de l'Europe : GPA rejet définitif du Rapport De Sutter

Conseil de l'Europe : GPA rejet définitif du Rapport De Sutter

- Gestation pour autrui

L'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, qui regroupe 47 pays, a rejeté ce mardi 11 octobre la proposition de la gynécologue (Université de Gand) et sénatrice belge Petra De Sutter qui recommandait de légaliser et d'encadrer la pratique des mères porteuses.
Ce texte  avait pour objectif déclaré de protéger les enfants des conséquences de la maternité de substitution mais ne condamnait pas cette pratique.
La sénatrice belge Petra De Sutter, dont le premier rapport avait été rejeté au p...

Lire la suite