L’État néerlandais assurera le remboursement de la PMA hors des cas d’infertilité

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 03/07/2019

Depuis des années aux Pays-Bas, l'insémination artificielle de femmes seules ou de couples de femmes est remboursée en violation de la loi. Le ministre de la santé Bruno Bruins a annoncé qu'il régulariserait la situation dès le 1er janvier 2020. Pour l'année 2019, il permet que les remboursements continuent sur base de l'assurance santé.
Les assureurs santé ont pris l'habitude de rembourser l'insémination artificielle chez les femmes seules ou les couples de femmes, alors que la loi (Zorgverzekeringswet) n'autorise que le remboursement de traitements s'il y a une indication médicale. Or, a rappelé le ministre, la raison de ces inséminations artificielles est purement et simplement l'absence de partenaire masculin, ce qui ne constitue pas une indication médicale. Dans une lettre du 13 mars 2019 au Président de la Chambre, il note que la situation actuelle « crée le risque qu'un plus large éventail de traitements sans indications médicales ne doive être remboursé à partir des fonds destinés aux soins de santé ». Cela nuirait à la solidarité, dit-il, qui fait cotiser citoyens pour les soins de santé.

Si cette catégorie de procréations artificielles n'entre pas dans le champ du remboursement des soins de santé, ce n'est pas pour autant qu'elle ne sera plus remboursée à l'avenir : le ministre a annoncé le 20 juin dernier qu'il mettrait en place, dès le 1er janvier 2020, un remboursement équivalent au moyen de subsides alloués par le ministère de la santé, du bien-être et du sport. Et pour cause : il serait injuste, selon lui, d'entraver soudainement l'accès des femmes seules et les couples de femmes à l'insémination artificielle alors qu'elles ont jusqu'à présent pu bénéficier d'un remboursement (fut-ce illégalement). Sans en dire davantage sur ses motivations, le ministre prétend discerner une volonté politique et sociétale de « garder les inséminations artificielles accessibles ».
On peut se demander quelle différence il y a, pour le citoyen, entre un financement de ces pratiques au moyen de ses cotisations à l'assurance santé d'une part, et au moyen de subsides issus de ses contributions d'autre part...
Notons que le ministre a déjà indiqué réfléchir à la question « comparable » du remboursement de la gestation au profit des couples d'hommes.


Articles similaires

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

- Procréation médicalement assistée

Entre la mi-avril 2017 et la mi-janvier 2018, 303 patients atteints d'un cancer ont fait congeler leur matériel génétique destiné à la reproduction (ovules et sperme). Parmi eux, 209 hommes et 94 femmes. 30 personnes avaient moins de 16 ans.

Cette technique de l' « oncofreezing »  est principalement appliquée chez les jeunes patients devant subir un traitement lourd qui pourrait affecter leur fertilité, tel que la chimiothérapie, explique le cabinet de la ministre de la Santé. "Grâce à cette ...

Lire la suite

Effets secondaires des traitements de l’infertilité

Effets secondaires des traitements de l’infertilité

- Procréation médicalement assistée

Le milieu scientifique en Belgique est demandeur d'une plus grande transparence dans les traitements de l'infertilité, pour pouvoir mieux évaluer l'efficacité réelle des traitements et les effets secondaires psychiques. En effet, seul un cycle FIV/ICSI sur cinq aboutit à une grossesse. En outre, l'Instituut voor Samenleving en Technologie (IST) a démontré qu'il faut en moyenne deux ans de traitement de l'infertilité pour aboutir à une naissance.

Par ailleurs, étant donné la forte pression psy...

Lire la suite

Lien entre l'accroissement pondéral et l'infertilité

Lien entre l'accroissement pondéral et l'infertilité

- Procréation médicalement assistée

 

Dans un article paru dans le Journal du Médecin (13 avril 2012), et intitulé « Homme, femme, épigénétique et fertilité », le Dr Jean-Michel Debry, de l'Institut de Pathologie et de Génétique (IPG) à Loverval,  souligne le rôle de l'épigénétique (domaine qui étudie comment l'environnement et l'histoire individuelle influent sur l'expression des gènes, et plus précisément l'ensemble des modifications transmissibles d'une génération à l'autre. Ndlr) et de facteurs exogènes dans la sphère repro...

Lire la suite