Trisomie 21 : le Service de Santé publique au Royaume-Uni revoit sa copie

 Imprimer

Thématique : Maladies et handicaps / Trisomie 21

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 05/12/2019

Auteur / Source : dailymail.co.uk

« Personne ne peut vous dire comment sera la vie de votre enfant. Tout comme pour les enfants qui n'ont pas le syndrome de Down. » Depuis quelques semaines, cette phrase figure sur le site du Service de Santé publique au Royaume-Uni (NHS) sous la rubrique « Syndrome de Down ». La page internet, qui auparavant ne laissait voir qu'une liste alarmante de problèmes de santé liés à la trisomie 21, a subi une véritable refonte au profit de l'accueil des personnes porteuses de ce handicap.

Ce changement de regard sur les personnes trisomiques est le fruit d'un appel lancé par plusieurs mamans d'enfants trisomiques. En collaboration avec l'Association Syndrome de Down, la NSH a souhaité faire place aux informations nuancées et aux échos du terrain sur ce handicap.

Sans occulter les difficultés qui y sont liées, pour l'enfant et pour sa famille, le site insiste sur le fait que ces enfants, ont, comme les autres personnes, « toute une série de capacités », « leur propre personnalité, des choses qu'ils aiment et qu'ils n'aiment pas, qui font d'eux qui ils sont. » Il met en avant les aides disponibles et des conseils concrets tant au niveau relationnel, qu'éducationnel ou médical.

Grâce à la collaboration avec l'Association Syndrome de Down, le NHS est allé à la rencontre de personnes porteuses du syndrome de Down et de leurs familles, pour produire des informations plus nuancées et précises sur la maladie, en tâchant de saisir au mieux leur vécu. L'association est d'ailleurs référencée sur le site comme point d'accueil et d'entraide autour des personnes trisomiques.

D'autres changements significatifs concernent le test prénatal et l'annonce du handicap chez l'enfant à naître. A l'heure où bon nombre de parents se sentent sous pression pour effectuer ce test, et parfois-même pour avorter lorsqu'il s'avère positif, un encadré jaune affiche « Important : C'est votre choix de faire le test ou non. » De plus, le site ajoute que suite à l'annonce d'un diagnostic positif, les parents peuvent demander à rencontrer un professionnel de la santé qui travaille auprès d'enfants atteints de trisomie 21.

L'actrice Sally Philips est l'une des mamans qui se sont mobilisées. Elle témoigne que lorsqu'on lui a appris le handicap de son fils Olly, il lui semblait que “la conception populaire du syndrome de Down était une maladie terrible, que c'était mieux pour lui qu'il ne naisse pas ». Depuis la naissance d'Olly, elle fait un travail de sensibilisation sur ce syndrome. En 2016, elle a ainsi réalisé un documentaire « Un monde sans le syndrome de Down ? », pour démystifier la vie aux côtés de personnes trisomiques. « C'est plus dur, et c'est une vie différente, mais il y a aussi de grandes récompenses. »

Pour rappel, 95,5% des cas de diagnostic positif de trisomie 21 pendant la période prénatale conduisent à un avortement. (Voir Bulletin de l'IEB)

 


Articles similaires

Trisomie 21 : on en parle au Parlement européen

Trisomie 21 : on en parle au Parlement européen

- Trisomie 21

A l'occasion de la Journée mondiale de la trisomie 21, un événement aura lieu au Parlement européen à Bruxelles avec comme objectif de se pencher sur les questions suivantes : comment réduire le handicap et améliorer l'autonomie et l'inclusion ? Des jeunes porteurs de trisomie 21, des médecins, des députés européens et des membres de la Commission européenne y ont été conviés à prendre la parole.

En Belgique, 95,5% des cas de diagnostic positif de trisomie 21 pendant la période prénatale cond...

Lire la suite

Trisomie 21 : des chercheurs appellent l’UE à financer la recherche sur des traitements prometteurs

Trisomie 21 : des chercheurs appellent l’UE à financer la recherche sur des traitements prometteurs

- Trisomie 21

A l'occasion de la Journée mondiale de la trisomie 21, le 21 mars dernier, des chercheurs travaillant sur ce handicap affirment être potentiellement en mesure de « mettre au point un traitement améliorant, voire normalisant, les fonctions intellectuelles des personnes porteuses de trisomie 21 » pour les rendre plus autonomes. Issus de différentes universités, instituts ou centres de génétique, ces scientifiques demandent au Parlement européen d'en faire une priorité politique de la recherche e...

Lire la suite

Royaume-Uni : la Cour suprême se penchera sur la loi autorisant l’avortement des bébés handicapés

Royaume-Uni : la Cour suprême se penchera sur la loi autorisant l’avortement des bébés handicapés

- Trisomie 21



Heidi Crowter est une jeune femme trisomique de 24 ans, au Royaume-Uni. Avec Maire Lea-Wilson, maman d'un petit Aidan également porteur de trisomie 21, elle a décidé d'attaquer la loi britannique sur l'avortement. Cette loi qui autorise, jusqu'à la naissance, l'avortement de foetus porteurs d'handicap, les deux femmes l'estiment profondément discriminatoire envers les personnes atteintes de trisomie 21. Lundi dernier, la Cour suprême du Royaume-Uni a accepté de se prononcer sur le recours. C...

Lire la suite