86% des personnes dans le monde n’ont pas accès à des soins palliatifs de qualité

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités

Publié le : 07/01/2020

Auteur / Source : gla.ac.uk

« Des millions de patients et de familles souffrent aujourd'hui inutilement du fait de la lenteur des progrès en matière de développement des soins palliatifs dans le monde ». Tel est le constat dégagé par le Dr. Stephen Connor, directeur de la Worldwide Hospice and Palliative Care Alliance, et collaborateur d'une récente étude de l'université de Glasgow relative à l'accessibilité des services de soins palliatifs à travers le monde.
Compte tenu des besoins grandissants en matière d'accompagnement spécifique des personnes en fin de vie, l'accès aux soins palliatifs constitue aujourd'hui plus que jamais une véritable nécessité à travers le monde.
Face à cette nécessité, l'étude dirigée par le Professeur David Clark montre pourtant que les services de soins palliatifs restent à l'heure actuelle un luxe inaccessible pour une grande majorité de la population mondiale. Plus précisément, 86 % de la population mondiale ne bénéficie pas de services de soins palliatifs leur permettant de « soulager leur souffrance ».
L'étude montre ainsi que 30 pays sur 198 possèdent aujourd'hui des services de soins palliatifs performants et intégrés au système de soins de santé.

Ce constat intervient alors qu'une hausse de 87% des cas de pathologie nécessitant une approche palliative est estimée à l'horizon 2060.
Si la Belgique n'est certes pas la plus à plaindre à l'échelle mondiale, le financement insuffisant des soins palliatifs reste une préoccupation importante, notamment du point de vue de la formation des soignants (voy. News IEB du 5 décembre 2018).

Au niveau européen, dans une résolution adoptée en novembre 2018, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe exprimait d'ailleurs sa préoccupation quant au fait que « des centaines de milliers de personnes en Europe n'aient toujours pas accès à des services de soins palliatifs adéquats » permettant de soulager la douleur. L'Assemblée invitait dès lors les Etats à prendre les mesures nécessaires afin de pouvoir « prodiguer ce type de soins à tous les niveaux de soins », y compris dans les services de santé de proximité et à domicile.

Voir aussi le Dossier de l'IEB : Structure et évolution des soins palliatifs en Belgique


Articles similaires

Après le scandale Orpea, une campagne pour l’accompagnement des personnes âgées

Après le scandale Orpea, une campagne pour l’accompagnement des personnes âgées

- Soins palliatifs

Le 29 janvier dernier, l'association française Alliance VITA a lancé une campagne en faveur de l'accompagnement des personnes âgées. Intitulée "Changeons nos regards, pour changer sa vie", celle-ci invite les pouvoirs publics et les Français à veiller à l'accueil de la vulnérabilité et à la solidarité envers nos ainés, et à faire en sorte que la vieillesse et la fin de vie ne soient pas des critères de marginalisation dans la société. 

Hasard du calendrier, la parution du livre "Les Fossoyeur...

Lire la suite

Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs

Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs

- Soins palliatifs

La formation de base des généralistes et les recyclages qu'ils suivent durant leur carrière ne sont pas suffisants pour les familiariser avec les soins palliatifs dans tous leurs aspects, conclut Peter Pype (Ugent/UAntwerpen) dans sa thèse de doctorat déposée cette semaine.
C'est surtout en travaillant avec des infirmiers membres d'équipes chargées de fournir des soins palliatifs à domicile que ces médecins développent leurs connaissances. On estime qu'environ 15.000 personnes ont besoin de so...

Lire la suite

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

- Soins palliatifs

La province de Luxembourg compte actuellement deux centres de soins palliatifs pour un total de 12 lits. C'est vraiment trop peu pour répondre à toutes les demandes, alors que la loi prévoit que chaque citoyen se trouvant confronté à une maladie grave a droit aux soins palliatifs.

"Très souvent, quand on leur annonce qu'il n'y a plus de traitement, les patients souhaitent rentrer chez eux. Or les familles n'ont pas toujours les moyens de s'en occuper", constate Marie-Bernadette Mossay, infir...

Lire la suite