Portugal : retour au Tribunal constitutionnel pour la loi sur l’euthanasie

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Une nouvelle fois, le texte adopté par le Parlement portugais concernant la dépénalisation de l’euthanasie est soumis au contrôle du Tribunal constitutionnel par le président Marcelo Rebelo de Sousa. Ce dernier doute de la constitutionnalité du texte voté en décembre dernier et veut s’assurer qu’il est conforme aux exigences formulées par le Tribunal en 2021.

La première version de la loi de janvier 2021 (voy. IEB 27/01/21) avait été jugée inconstitutionnelle par les juges suprêmes (voy. IEB 18/03/21) en raison d’imprécisions concernant les conditions relatives à l’état de santé du patient. Après le vote d’une seconde version de la loi quelques mois plus tard, le président avait alors usé de son pouvoir de veto car il estimait que le flou juridique persistait (voy. IEB 14/01/22).

Pour le président, cette troisième version ne répond toujours pas à la demande de délimitation des situations dans lesquelles l’euthanasie peut être pratiquée, comme l'exige le Tribunal constitutionnel.

Dans le nouveau texte adopté fin 2022 par le parlement, le caractère « intolérable » de la souffrance n’est plus requis chez le patient ; seule suffirait désormais une souffrance « de grande intensité ». Cette condition n’est, du reste, pas requise dans le cas d’un “préjudice permanent d’extrême gravité”. Par ailleurs, le terme de “maladie mortelle” est supprimé au profit de “maladies graves et incurables”, positionnant ainsi l’acte d’euthanasie comme un moyen de provoquer la mort et non de l'accélérer.

Plus largement, la loi portugaise soulève en tant que telle des inquiétudes sérieuses sur le plan éthique, car elle entraine, pour reprendre les mots de Marcelo Rebelo de Sousa, un « changement considérable du point de vue de l’équilibre entre la valeur de la vie et le droit à l’auto-détermination », en autorisant l’euthanasie même quand le patient n’est pas en fin de vie.

Comme le relève le collectif Stop Eutanasia, cette légalisation dépriorise les soins de santé primaires, financés par un Service National de Santé en situation budgétaire chaotique, au bénéfice de l’euthanasie. Le collectif reproche au gouvernement de ne pas répondre aux besoins réels de la population en proposant “la mort pour solution”.

L’application extensive des lois autorisant l’euthanasie en Belgique, aux Pays-Bas, au Canada et ailleurs, montre qu’il est difficile voire impossible de fixer des balises claires dans la loi, à partir du moment où l’interdit de tuer est levé. Les conditions établies par l’ensemble de ces lois reposent en effet sur des notions forcément subjectives, comme celle de l’intensité de la souffrance. L’assouplissement progressif des projets de loi portugais sur l’euthanasie, en l’espace de moins de deux ans, atteste du même dysfonctionnement.


Articles similaires

Vidéo : appel à refuser l'euthanasie

Vidéo : appel à refuser l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La légalisation de l'euthanasie dans l'Etat du Québec  pourrait être adopté avant la fin de la session parlementaire, le 13 juin prochain. Le projet de loi 52 ne fait pas l'unanimité. Récemment critiqué par Ottawa et fait l'objet de critiques dans la société civile et le milieu médical. Ainsi, l'association Vivre Dans la Dignité, en partenariat avec le Collectif des Médecins contre l'euthanasie, a publié une vidéo pour interpeller les députés. Cette vidéo fait intervenir notamment le Dr Beauc...

Lire la suite

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

- Euthanasie et suicide assisté

Des membres de la Douma, le parlement russe, ont demandé au ministère des Affaires étrangères d'étudier la loi belge élargissant l'euthanasie aux mineurs, votée la semaine passée, en vue d'interdire l'adoption d'enfants russes par des Belges, écrit lundi Russia Today. L'initiative émane du député Roman Choedjakov, membre du parti nationaliste de droite LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie). Selon le député, la majorité des groupes défendant les droits des enfants  soutiennent une telle inte...

Lire la suite

Enquête pour euthanasies illégales en Belgique

Enquête pour euthanasies illégales en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Le parquet de Louvain mène actuellement une information judiciaire au sujet d'une dizaine d'euthanasies suspectées d'avoir été réalisées de manière illégale.

Bien que l'enquête soit ouverte depuis maintenant plus d'un an, une lettre anonyme récemment transmise au quotidien flamand De Standaard vient seulement de dévoiler l'existence de celle-ci. Ce courrier est rédigé par les membres de la famille d'une personne dont l'euthanasie, réalisée il y a deux ans, est considérée comme suspecte aux ye...

Lire la suite