L’euthanasie, toujours plus loin…

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 08/11/2019

Auteur / Source : De Standaard, De Morgen, VRT, De Specialist.

L'euthanasie pour « fatigue de vivre » revient sur la scène politique et médiatique, suite aux déclarations de la présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten. Le parti avait déjà lancé l'idée en août 2017. Tout comme il y a deux ans, l'appel à autoriser l'euthanasie pour fatigue de vivre a suscité de vives réactions, tant parmi la population que du côté politique ou médical.

L'écrivain Arne De Winde a mal vécu l'euthanasie de son père l'an dernier, et dans une opinion publiée par De Standaard, il s'offusque d'une telle exaltation du droit à l'autodétermination :  pour lui, proposer l'euthanasie aux personnes fatiguées de vivre, c'est « fermer les yeux sur la relation de chaque individu avec son entourage. (….) Qui est là pour soutenir les proches et les accompagner ? Ou doivent-ils se débrouiller tout seul ? »

La députée NV-A Valérie Van Peel ne conçoit pas l'euthanasie comme une solution au sentiment d'inutilité que peuvent expérimenter les personnes âgées. Une position que partage le député Raf Terwingen (CD&V) : « nous devons plutôt investir dans leur prise en charge, que de faire une croix sur ces personnes ».

De son côté, la psychiatre An Haekens, confrontée à des suicides de personnes âgées, se demande si « abaisser le seuil » pour l'euthanasie sur base d'une simple fatigue de vivre, ne contribuerait pas à augmenter le nombre de suicides dans cette catégorie de la population. Elle déplore la tendance qu'ont les médias de présenter la mort choisie comme une forme d'héroïsme. (De Specialist)

Pour rappel, dans son Avis n° 73 (septembre 2017), le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) s'est exprimé en défaveur de l'élargissement de l'euthanasie aux situations de « fatigue de vivre » ou de « vie accomplie ». Le Comité y insistait sur le fait que les souffrances résultant de l'indifférence sociale, qui mène à l'isolement et aux sentiments de solitude, d'abandon et d'inutilité demandent de toute urgence une réponse sociale et politique, et non une réponse médicale sous la forme d'une euthanasie : « notre impuissance actuelle à apporter une réponse à ces problèmes ne doit pas servir d'arguments pour faciliter l'euthanasie de ces personnes ». (p. 58)

 

Pour aller plus loin, voir :

Les Dossier de l'IEB « « Fatigue de vivre » et euthanasie où en est la réflexion en Belgique ? »

Et « Euthanasie et “vie accomplie” aux Pays-Bas »

Synthèse de l'Avis n. 73 du CCBB « L'euthanasie dans les cas de patients hors phase terminale, de souffrance psychique et d'affections psychiatriques »


Articles similaires

Belgique : euthanasie des mineurs

Belgique : euthanasie des mineurs

- Euthanasie et suicide assisté

Les mêmes auteurs ont également déposé le 28 octobre 2010 une proposition de loi relative à l'euthanasie des mineurs.

Ils proposent que tout mineur ayant la faculté de discernement (12 ans) puisse demander l'euthanasie dans les mêmes conditions qu'une personne majeure. La décision serait prise en accord avec les parents et une équipe médicale composée au moins du médecin traitant, de l'infirmier traitant, d'un pédopsychologue ou d'un psychiatre et d'un assistant social.

 Si le mineur n'a pas...

Lire la suite

Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

- Euthanasie et suicide assisté

NEW ! L'Institut Européen de Bioéthique sur Twitter !

L'Institut Européen de Bioéthique est désormais présent sur Twitter.
Lanceur d'alertes, Diffusion d'informations, Dernières nouvelles, événements planifiés...

Suivez-nous sur http://twitter.com/iebioethique

 

 

Pour la cinquième année consécutive, l'euthanasie a poursuivi sa progression aux Pays-Bas, avec 4.829 cas déclarés en 2013, contre 2.636 cas en 2009. Les commissions régionales d'évaluation, qui contrôlent la conformité de l'ac...

Lire la suite

Canada : dépénalisation du suicide assisté et de l’euthanasie

Canada : dépénalisation du suicide assisté et de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le mardi 7 juin 2016, l'euthanasie et le suicide assisté, désignés sous l'expression générique « aide médicale à mourir » ont été dépénalisés au Canada par le biais d'un jugement de la Cour suprême. L'arrêt Carter, rendu par cette haute instance le 6 février 2015 (cf. Bulletin de l'IEB) estimait inconstitutionnel l'article du Code criminel qui interdisait l'aide médicale à mourir dans des circonstances bien précises et enjoignait le législateur de promulguer une  loi modifiant le code criminel...

Lire la suite