L’euthanasie, toujours plus loin…

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 08/11/2019

Auteur / Source : De Standaard, De Morgen, VRT, De Specialist.

L'euthanasie pour « fatigue de vivre » revient sur la scène politique et médiatique, suite aux déclarations de la présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten. Le parti avait déjà lancé l'idée en août 2017. Tout comme il y a deux ans, l'appel à autoriser l'euthanasie pour fatigue de vivre a suscité de vives réactions, tant parmi la population que du côté politique ou médical.

L'écrivain Arne De Winde a mal vécu l'euthanasie de son père l'an dernier, et dans une opinion publiée par De Standaard, il s'offusque d'une telle exaltation du droit à l'autodétermination :  pour lui, proposer l'euthanasie aux personnes fatiguées de vivre, c'est « fermer les yeux sur la relation de chaque individu avec son entourage. (….) Qui est là pour soutenir les proches et les accompagner ? Ou doivent-ils se débrouiller tout seul ? »

La députée NV-A Valérie Van Peel ne conçoit pas l'euthanasie comme une solution au sentiment d'inutilité que peuvent expérimenter les personnes âgées. Une position que partage le député Raf Terwingen (CD&V) : « nous devons plutôt investir dans leur prise en charge, que de faire une croix sur ces personnes ».

De son côté, la psychiatre An Haekens, confrontée à des suicides de personnes âgées, se demande si « abaisser le seuil » pour l'euthanasie sur base d'une simple fatigue de vivre, ne contribuerait pas à augmenter le nombre de suicides dans cette catégorie de la population. Elle déplore la tendance qu'ont les médias de présenter la mort choisie comme une forme d'héroïsme. (De Specialist)

Pour rappel, dans son Avis n° 73 (septembre 2017), le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) s'est exprimé en défaveur de l'élargissement de l'euthanasie aux situations de « fatigue de vivre » ou de « vie accomplie ». Le Comité y insistait sur le fait que les souffrances résultant de l'indifférence sociale, qui mène à l'isolement et aux sentiments de solitude, d'abandon et d'inutilité demandent de toute urgence une réponse sociale et politique, et non une réponse médicale sous la forme d'une euthanasie : « notre impuissance actuelle à apporter une réponse à ces problèmes ne doit pas servir d'arguments pour faciliter l'euthanasie de ces personnes ». (p. 58)

 

Pour aller plus loin, voir :

Les Dossier de l'IEB « « Fatigue de vivre » et euthanasie où en est la réflexion en Belgique ? »

Et « Euthanasie et “vie accomplie” aux Pays-Bas »

Synthèse de l'Avis n. 73 du CCBB « L'euthanasie dans les cas de patients hors phase terminale, de souffrance psychique et d'affections psychiatriques »


Articles similaires

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Nathan Verhelst, 44 ans, ne souffrait ni d'une maladie incurable, ni d'une maladie en phase terminale. Il vient d'être euthanasié. Nathan était né avec un sexe de femme et avait subi plusieurs opérations visant à le transformer en homme. Nathan se sentait toujours emprisonné dans un corps dont il ne voulait pas. L'euthanasie a été pratiquée sous la supervision du médecin Wim Distlemans de la VUB. Selon ce dernier, toutes les conditions étaient réunies pour y procéder. «On pouvait clairement pa...

Lire la suite

Le nouvel argument pour l’euthanasie des personnes démentes

Le nouvel argument pour l’euthanasie des personnes démentes

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite à une journée d'étude à Anvers en mars dernier, le consortium de médecins LEIF (LevensEinde InformatieForum) fait pression pour élargir l'accès à l'euthanasie aux patients qui sont à un stade avancé de démence.

L'argument est le suivant : puisque la loi exige que la personne soit encore capable de discernement au moment de son euthanasie (*), celle-ci n'est possible qu'au début du processus de démence. Selon LEIF, il en ressort que des patients sont euthanasiés « trop tôt », alo...

Lire la suite

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee

- Euthanasie et suicide assisté

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van een hersendode.

Het gebeurde in ons land nog maar zeven keer dat iemand die om euthanasie vroeg, ook voorstelde om orgaandonor te worden. Maar telkens viel het de chirurgen op dat de resultaten van die longtransplantaties zeer goed waren. 'Je kunt met het blote oog zien dat de longen gezonder zijn', zegt professor Dirk Van Raemdonck van het Universitair Ziekenhuis Leuven. Hij publiceerde recent...

Lire la suite