L’euthanasie, toujours plus loin…

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

L'euthanasie pour « fatigue de vivre » revient sur la scène politique et médiatique, suite aux déclarations de la présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten. Le parti avait déjà lancé l'idée en août 2017. Tout comme il y a deux ans, l'appel à autoriser l'euthanasie pour fatigue de vivre a suscité de vives réactions, tant parmi la population que du côté politique ou médical.

L'écrivain Arne De Winde a mal vécu l'euthanasie de son père l'an dernier, et dans une opinion publiée par De Standaard, il s'offusque d'une telle exaltation du droit à l'autodétermination :  pour lui, proposer l'euthanasie aux personnes fatiguées de vivre, c'est « fermer les yeux sur la relation de chaque individu avec son entourage. (….) Qui est là pour soutenir les proches et les accompagner ? Ou doivent-ils se débrouiller tout seul ? »

La députée NV-A Valérie Van Peel ne conçoit pas l'euthanasie comme une solution au sentiment d'inutilité que peuvent expérimenter les personnes âgées. Une position que partage le député Raf Terwingen (CD&V) : « nous devons plutôt investir dans leur prise en charge, que de faire une croix sur ces personnes ».

De son côté, la psychiatre An Haekens, confrontée à des suicides de personnes âgées, se demande si « abaisser le seuil » pour l'euthanasie sur base d'une simple fatigue de vivre, ne contribuerait pas à augmenter le nombre de suicides dans cette catégorie de la population. Elle déplore la tendance qu'ont les médias de présenter la mort choisie comme une forme d'héroïsme. (De Specialist)

Pour rappel, dans son Avis n° 73 (septembre 2017), le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) s'est exprimé en défaveur de l'élargissement de l'euthanasie aux situations de « fatigue de vivre » ou de « vie accomplie ». Le Comité y insistait sur le fait que les souffrances résultant de l'indifférence sociale, qui mène à l'isolement et aux sentiments de solitude, d'abandon et d'inutilité demandent de toute urgence une réponse sociale et politique, et non une réponse médicale sous la forme d'une euthanasie : « notre impuissance actuelle à apporter une réponse à ces problèmes ne doit pas servir d'arguments pour faciliter l'euthanasie de ces personnes ». (p. 58)

 

Pour aller plus loin, voir :

Les Dossier de l'IEB « « Fatigue de vivre » et euthanasie où en est la réflexion en Belgique ? »

Et « Euthanasie et “vie accomplie” aux Pays-Bas »

Synthèse de l'Avis n. 73 du CCBB « L'euthanasie dans les cas de patients hors phase terminale, de souffrance psychique et d'affections psychiatriques »


Articles similaires

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite au constat qu'une partie de la loi belge relative à l'euthanasie n'avait pas été publiée (Bulletin de l'IEB) et n'était donc pas appliquée, la Ministre de la santé Maggie De Block avait promis de réparer cet oubli. Ce qui a été fait dans le Moniteur belge du 21 mars dernier.

Reste désormais à mettre en place le contrôle sur le terrain de la délivrance des substances euthanasiantes par les pharmaciens au médecin en personne, ainsi que du retour des produits non utilisés par celui...

Lire la suite

Vote euthanasie mineurs: première étape au Sénat

Vote euthanasie mineurs: première étape au Sénat

- Euthanasie et suicide assisté

Ordre du jour de la séance plénière du Sénat belge ce Jeudi 12 décembre 2013 à 10 heures:
Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie en vue de l'étendre aux mineurs (de M. Philippe Mahoux et consorts); Doc. 5-2170/1 et 2. (Amendements) Plenaire agenda van donderdag 12 december 2013 om 10 uur
Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie teneinde euthanasie voor minderjarigen mogelijk te maken (van de heer Philippe Mahoux c.s.); ...

Lire la suite

Euthanasie: des propositions de loi qui ne sont pas nouvelles...

Euthanasie: des propositions de loi qui ne sont pas nouvelles...

- Euthanasie et suicide assisté

A l'occasion d'un symposium organisé dernièrement à Bruxelles pour marquer le dixième anniversaire de l'euthanasie en Belgique, deux sénatrices socialistes flamandes, Myriam Vanlerberghe et Marleen Temmerman ont annoncé qu'elles déposeraient dans le courant du mois de mai des propositions de loi visant à étendre la possibilité de l'euthanasie aux mineurs et aux déments.
Cette nouvelle, reprise par les principaux médias belges n'en est pourtant pas une.
Rappelons ici que Myriam Vanlerberghe av...

Lire la suite