L’Espagne se prépare à l’euthanasie par omission

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 24/01/2019

« Tous les professionnels de la santé impliqués dans le soin des patients ont l'obligation de respecter la volonté, les valeurs, croyances et préférences de ceux-ci dans la prise de décisions médicales.(…) Ils doivent s'abstenir d'imposer des critères d'action basés sur leurs propres croyances ou convictions personnelles », stipule la proposition de loi sur la « mort digne » (muerte digna), adoptée le 21 décembre 2018 par le Congrès des députés en Espagne.

Pour garantir une fin de vie « digne », ce texte érige l'autonomie et le respect de la volonté du patient en principe absolu, disqualifiant ainsi la lex artis ou bonne pratique médicale (au lieu de concilier les deux principes) et ne laissant aucune place à la personne du soignant doté, lui aussi, de conscience. Les institutions de soins, aussi bien publiques que privées, auraient quant à elles la responsabilité de s'assurer que la volonté des patients ne soit pas contrariée par l'agir de leurs équipes soignantes.

Ceci est d'autant plus problématique que le texte ouvre la porte à l'euthanasie par omission de soins de base : selon la proposition, le patient a le droit de refuser tout « traitement, intervention ou procédure proposées par les professionnels de la santé, en ce compris les moyens de support vital (…) ce qui impliquera nécessairement l'interruption du ladite intervention, même si cela peut mettre en péril sa vie ». Ici, le texte ne fait pas la distinction entre le retrait d'alimentation et d'hydratation si elles sont disproportionnées, ou si elles sont proportionnées. Or, dans le dernier cas, il s'agit bien d'une euthanasie par omission (de soins de base). La proposition se conforme ainsi aux deux cas d'euthanasie par retrait d'alimentation proportionnée de Ramona Estevez en Andalousie et d'Andrea Lago en Galice. (Lire la suite)


Articles similaires

Canada : projet de loi en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté

Canada : projet de loi en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Jeudi 14 avril 2016, le gouvernement canadien a déposé un projet de loi en faveur de l'euthanasie et du suicide assisté, regroupés sous l'euphémisme d' « aide médicale à mourir ». Le projet  vise à modifier le Code criminel en établissant « des exemptions à l'égard des infractions d'homicide coupable, d'aide au suicide et d'administration d'une substance délétère, dans le but de permettre aux médecins et aux infirmiers praticiens de fournir l'aide médicale à mourir et aux pharmaciens ainsi qu'...

Lire la suite

Nederland: meer en meer euthanasie bij psychiatrische patiënten

Nederland: meer en meer euthanasie bij psychiatrische patiënten

- Euthanasie et suicide assisté

Jaarverslag 2013 Regionale Toetsingscommissies Euthanasie

De regionale toetsingscommissies euthanasie in Nederland hebben gisteren hun jaarverslag voor 2013 gepubliceerd.
Ten opzichte van 2012 zijn er 15% meer meldingen van zowel 'levensbeëindiging op verzoek' als hulp bij zelfdoding.
De meest zorgwekkende ontwikkeling is de verdubbeling van levensbeëindiging bij dementen en de verdriedubbeling bij psychiatrische patiënten.

Dementie
In 2012 werden 42 meldingen gemaakt van euthanasie bij de...

Lire la suite

Euthanasie en duo

Euthanasie en duo

- Euthanasie et suicide assisté

Après une première euthanasie de jumeaux, la Belgique a enregistré une euthanasie matrimoniale. Leopold Dauwe, 90 ans, et son épouse depuis 64 ans, Paula Raman, 89 ans, ont dit « au revoir » à leurs enfants et petits-enfants, avant de partir ensemble, de peur que l'un ne survive à l'autre - et alors que, pour l'un comme pour l'autre, la mort était attendue dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus. Tous deux grabataires, ils craignaient de vivre l'aggravation de leur agonie. « Ils ...

Lire la suite