L’Espagne se prépare à l’euthanasie par omission

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 24/01/2019

« Tous les professionnels de la santé impliqués dans le soin des patients ont l'obligation de respecter la volonté, les valeurs, croyances et préférences de ceux-ci dans la prise de décisions médicales.(…) Ils doivent s'abstenir d'imposer des critères d'action basés sur leurs propres croyances ou convictions personnelles », stipule la proposition de loi sur la « mort digne » (muerte digna), adoptée le 21 décembre 2018 par le Congrès des députés en Espagne.

Pour garantir une fin de vie « digne », ce texte érige l'autonomie et le respect de la volonté du patient en principe absolu, disqualifiant ainsi la lex artis ou bonne pratique médicale (au lieu de concilier les deux principes) et ne laissant aucune place à la personne du soignant doté, lui aussi, de conscience. Les institutions de soins, aussi bien publiques que privées, auraient quant à elles la responsabilité de s'assurer que la volonté des patients ne soit pas contrariée par l'agir de leurs équipes soignantes.

Ceci est d'autant plus problématique que le texte ouvre la porte à l'euthanasie par omission de soins de base : selon la proposition, le patient a le droit de refuser tout « traitement, intervention ou procédure proposées par les professionnels de la santé, en ce compris les moyens de support vital (…) ce qui impliquera nécessairement l'interruption du ladite intervention, même si cela peut mettre en péril sa vie ». Ici, le texte ne fait pas la distinction entre le retrait d'alimentation et d'hydratation si elles sont disproportionnées, ou si elles sont proportionnées. Or, dans le dernier cas, il s'agit bien d'une euthanasie par omission (de soins de base). La proposition se conforme ainsi aux deux cas d'euthanasie par retrait d'alimentation proportionnée de Ramona Estevez en Andalousie et d'Andrea Lago en Galice. (Lire la suite)


Articles similaires

Abrogation de la peine de mort et euthanasie de prisonniers : quelle cohérence ?

Abrogation de la peine de mort et euthanasie de prisonniers : quelle cohérence ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a accepté l'invitation du président de la Commission internationale contre la peine de mort (ICDP), Federico Mayor Zaragoza, d'adhérer à ce groupe de pression qui milite en faveur de l'abrogation de la peine capitale.
La Belgique joue un effet depuis plusieurs années un rôle important dans la campagne internationale visant à abolir la peine de mort. Elle l'a abolie en 1996, inscrivant même l'abolition dans une modification de sa const...

Lire la suite

Le Parlement italien divisé quant à l’euthanasie

Le Parlement italien divisé quant à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le Parlement italien ne parvient toujours pas à s'accorder sur une nouvelle loi en matière de fin de vie. Ce lundi 24 juin, il a reporté les discussions de trois semaines. Il ne lui restera que deux mois pour légiférer dans le délai que la Cour constitutionnelle lui a donné pour repenser l'actuelle pénalisation du suicide assisté. (Voir Bulletin de l'IEB sur l'ordonnance de la Cour constitutionnelle).

Les deux partis au pouvoir, La Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S), ont déposé des proposi...

Lire la suite

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le Parlement de la Tasmanie (Etat d'Australie) vient  de rejeter le projet de loi qui visait à dépénaliser l'euthanasie dans cet Etat. Il était proposé que les malades en phase terminale puissent mettre fin à leur vie 10 jours après avoir réitéré pour la troisième fois une demande d'euthanasie à leur médecin. Dans le Territoire du Nord, autre Etat d'Australie, l'euthanasie avait été dépénalisée, pour la première fois dans le monde, en 1995. Neuf mois après l'entrée en vigueur de cette loi, le ...

Lire la suite