L’Espagne s’engage-t-elle sur la voie de la légalisation de l’euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Espagne

Publié le : 13/02/2020

Auteur / Source : congresso portal.es

Ce mardi 11 janvier, les députés espagnols ont décidé d'examiner une proposition de loi réglementant l'euthanasie. Cette loi autoriserait l'euthanasie d'une personne souffrant d'une maladie grave invalidante ou incurable. Concrètement, le patient devrait en faire la demande écrite et la répéter quinze jours plus tard. Cette demande doit être acceptée par deux médecins puis examinée par une commission. Les soignants pourraient refuser de pratiquer une euthanasie en vertu de leur clause de conscience.

Les arguments avancés en faveur de cette loi reposent sur le respect de l'autonomie de la volonté du patient (voir actualité IEB sur cette question). A l'opposé, les partis de droite, tel le Parti populaire, soutiennent qu'il n'y a nul besoin d'une loi « euthenasie » car, selon eux, les soins palliatifs répondent à l'exigence de prendre soin des patients gravement malades et que pour eux, provoquer la mort n'est pas une solution envisageable.

On se souviendra que déjà, en 2018, les socialistes avaient présenté à deux reprises un texte visant à légaliser l'euthanasie. Le Congrès avait été dissous avant que la procédure n'aboutisse. Aujourd'hui, de retour au pouvoir avec la gauche radicale (Podemos), le thème de l'euthanasie semble être beaucoup plus facile à défendre que celui de mesures économiques.

Actuellement, la loi espagnole interdit l'euthanasie mais le malade a le droit de refuser un traitement qu'il jugerait trop lourd ou inutile.

C'est donc très prochainement que les députés débattront en commission de possibles amendements qui seront ensuite éventuellement votés en assemblée plénière.


Articles similaires

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

- Euthanasie et suicide assisté

C'est en décembre 2013 que la sénatrice Elke Sleurs (N-VA) a posé plusieurs questions à la Ministre de la santé à propos du contrôle des déclarations anticipées d'euthanasie, selon lesquelles, et d'après la loi du 28 mai 2002 concernant l'euthanasie, il est possible d'exprimer sa volonté d'être euthanasié le jour où l'on ne serait plus en état de le faire. Quel contrôle y a-t-il pour ces cas de majeurs « incapables », dont il existe plusieurs catégories. En effet, on peut être frappé d'incapac...

Lire la suite

Certains pharmaciens belges aident inconsciemment les Néerlandais à s'euthanasier

Certains pharmaciens belges aident inconsciemment les Néerlandais à s'euthanasier

- Euthanasie et suicide assisté

Début février 2012, un documentaire néerlandais intitulé Medeleven a révélé qu' "une organisation néerlandaise, qui a pour objectif d'informer les gens qui veulent mourir sur la manière d'y parvenir, leur conseille d'aller acheter des pilules dans les pharmacies en Belgique". Le 3 février 2012 le quotidien belge De Morgen écrivait en effet qu'il semblerait que les pharmaciens belges soient "plus enclins à fournir les pilules nécessaires, sans prescription médicale".
Le documentaire suit un cas...

Lire la suite

“Ma mère a été euthanasiée et je n’en ai rien su!”

“Ma mère a été euthanasiée et je n’en ai rien su!”

- Euthanasie et suicide assisté

Tom Mortier a 36 ans. Il est professeur de chimie à la Katholieke Hogeschool Leuven.
C'est un cri de révolte qu'il adresse à l'équipe Ulteam de l'UZ Brussel à Jette. « Oui, ma mère était dépressive et avait des crises d'hystérie qui nécessitaient une médication.» Lieve De Troyer, sa maman, a été euthanasiée à 64 ans. Les médecins ont jugé, qu'elle faisait cela en toute liberté, qu'elle souffrait d'une souffrance psychique inapaisable et qu'ils avaient à respecter sa volonté de ne pas vouloir e...

Lire la suite