Coût et bénéfice de l'eugénisme en Belgique

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Eugénisme

Actualités

Publié le : 28/12/2017

La Belgique est le premier Etat à généraliser l'accès au "DPNI” ( Dépistage Prénatal Non Invasif ). Ce test génétique a même été élu “Produit de l'année 2017” par les lecteurs du Journal « De Standaard », devançant la « Fondation contre le cancer » et le « Bitcoin ».

Jusqu'à 26 millions d'euros seront déboursés annuellement par l'INAMI pour permettre à 100.000 femmes belges enceintes chaque année de faire le test.

Promu par la Ministre de la Santé (voir Bulletin IEB), parce que "cela permettra  aux femmes qui le souhaitent d'avorter et ainsi de faire baisser le nombre de naissances d'enfants porteurs du syndrome de Down en Belgique d'une cinquantaine à quelques-uns seulement."

"Ce test se remboursera de lui-même, assure le généticien Patrick Willems, directeur du réseau de laboratoires GENDIA, car sur le long terme, une affection génétique telle que le syndrome de Down coûte bien plus cher à la société."

La réaction dans la presse en Flandre de parents, n'a pas tardé.

Cet argument économique renvoie sans cesse des enfants aux oubliettes. « Ils n'auraient pas de place dans ce monde, parce qu'ils sont plus cher à garder qu'à éliminer », affirment Eline Zenner et Allard Claessens, eux-mêmes parents d'un enfant trisomique, et membres de « Downsyndroom Vlaanderen ». La chute libre des naissances d'enfants atteints du syndrome de Down en Flandre est la conséquence directe de l'offre de ce test prénatal non-intrusif.

Le test, introduit en Belgique en 2013 pour 850 €, n'y coûte aujourd'hui plus que 260 €. Il doit sa démocratisation importante à la Ministre de la Santé, qui a ouvert le marché aux laboratoires privés pour faire jouer la concurrence.

Il est totalement remboursé par la sécurité sociale depuis juillet 2017.

En 2016, on compte 31 naissances d'enfants porteurs de trisomie 21 en Flandre, contre 45 en 2015, et 58 en 2013, soit une diminution de près de 50 % en 3 ans. Le syndrome de Down est constaté en moyenne pour une grossesse sur 800. Si aucune grossesse n'était interrompue, il y aurait à peu près 80 naissances en Flandre chaque année. "Ce que Willems propose, est un futur sans eux. Quel sera le prix à payer d'une telle affirmation ?, interrogent Zenner et Claessens, que nous coûtera-t-elle en solidarité et en liberté de choix ?"

Ce prix à payer, certes non économique, est négligé selon eux. La promotion du test n'a laissé aucune place à la parole et aux équipes multidisciplinaires de soutien et de conseils, aux bio-éthiciens, aux parents d'enfants atteints de trisomie 21. La société n'a-t-elle rien d'autre à proposer ?

  Source : De Standaard


Articles similaires

Belgique : eugénisme et progrès de la médecine reproductive

Belgique : eugénisme et progrès de la médecine reproductive

- Eugénisme

La Belgique est connue pour son expérience dans le domaine de la génétique reproductive, et en particulier dans le diagnostic pré-implantatoire (DPI) et le diagnostic génétique prénatal. Unissant leurs compétences, le pôle « Hôpital Erasme - UZ Brussel » dit vouloir se positionner comme le plus expérimenté au monde en la matière.

On y compte 2.600 naissances de bébés qui, après avoir été sélectionnés par les généticien grâce au DPI, n'ont pas hérité de la maladie génétique portée par leur(s) ...

Lire la suite

Plus de 20.000 embryons détruits en Belgique chaque année sur base de leur « aspect »

Plus de 20.000 embryons détruits en Belgique chaque année sur base de leur « aspect »

- Eugénisme

Plusieurs scientifiques (1) remettent en question la destruction systématique d'embryons sur base de leur aspect. Jean-Michel Debry, écrivait déjà dans un article paru dans « Le Généraliste » du 14 janvier 2010 que « la morphologie des embryons n'est pas, dans une large mesure, indicatrice des aptitudes implantatoires. Les biologistes de PMA ont déjà une idée de cette réalité dans la mesure où lorsqu'ils ont l'occasion de prolonger la culture in vitro jusqu'au 5ème ou au 6ème jour, ils peuvent...

Lire la suite

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que vient de s'ouvrir le dossier de l'infirmier de Wevelgem soupçonné d'avoir tué plus de 40 personnes qui se trouvaient en fin de vie, voilà qu'en France vient d'être prononcé l'acquittement du médecin-anesthésiste Nicolas Bonnemaison, qui "par compassion" a empoisonné 7 personnes.
Lors de son procès, des personnalités belges avaient été appelées à la barre. Elles avaient même affirmé que s'il fallait en Belgique juger des cas semblables à ceux de Nicolas Bonnemaison, les tribunaux belg...

Lire la suite