En Nouvelle-Zélande, l’avortement deviendra-t-il un soin de santé ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 27/02/2020

Auteur / Source : New Zealand Legislation - CNA

La Nouvelle-Zélande veut retirer toute restriction légale à l'avortement jusqu'à 5 mois (20 semaines) de grossesse. En août 2019, le Parlement néozélandais a voté en première lecture un projet de loi actuellement en débat pour libéraliser l'avortement. Deux lectures sont encore nécessaires pour promulguer la loi.

La loi néozélandaise considère aujourd'hui l'avortement comme un crime, dépénalisé sous certaines conditions (sur cette question, voir le Flash expert IEB "Faut-il dépénaliser l'avortement ?"). En effet, il est possible de le pratiquer jusqu'à 5 mois de grossesse à condition que deux médecins dont un gynécologue ou obstétricien constatent un danger pour la santé mentale ou physique de la mère ou un handicap chez l'enfant à naître. Au-delà de ces 5 mois, si deux médecins affirment que la poursuite de la grossesse met en danger la vie de la mère ou entrainerait des séquelles graves et irréversibles, la femme peut avorter.

La semaine dernière, le Comité de Législation sur l'Avortement a rendu un rapport sur ce projet de loi qui supprimerait toute contrainte à l'avortement jusque 20 semaines de grossesse. L'appréciation serait ainsi laissée à la femme et son médecin. Au-delà de 20 semaines, deux médecins devraient affirmer qu'un tel avortement est « cliniquement approprié » au regard de la santé mentale, physique et générale de la mère, un critère bien subjectif.

La dernière limite à l'avortement contre laquelle beaucoup militent, est l'objection de conscience, que les médecins peuvent encore faire valoir sans devoir se justifier.

En proposant un « avortement sur commande », ce projet de loi dénie toute reconnaissance à l'enfant à naître pendant les 5 premiers mois de sa croissance. Dans un tel contexte, on peut se demander quel espace de dialogue il restera pour éviter que les femmes ne subissent seules les pressions sociétale, familiale et économique propres à une découverte de grossesse non désirée.

De plus, à partir de 11-12 semaines de grossesse, on peut découvrir le sexe du bébé, ou des défauts sans gravité qui génèrent toutefois angoisses et inquiétudes chez la femme. Si plus aucune condition ne peut interférer dans la décision d'avorter, voilà des raisons qui pourraient motiver un avortement. Si du point de vue juridique mais aussi culturel l'avortement devient un "soin de santé", le danger est qu'il se présente souvent comme la première solution.


Articles similaires

Deux pétitions pour s'opposer à la dépénalisation totale de l'avortement en Belgique

Deux pétitions pour s'opposer à la dépénalisation totale de l'avortement en Belgique

- Avortement

Alors que certains partis politiques poussent en direction d'un vote express pour une dépénalisation totale de l'avortement avant les vacances parlementaires du 21 juillet, alors que les partis ont auditionnés les "experts" qu'ils s'étaient choisis, voici que des citoyens prennent la plume et invitent leurs semblables à se joindre à eux par ces 2 pétitions : ils veulent ainsi faire entendre leurs voix à ceux qui, lors des élections prochaines,  demanderont leurs votes. La première Initiative e...

Lire la suite

L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

- Avortement

Il y a quelques mois, une étude finlandaise a montré des risques aggravés pour les grossesses survenant après un avortement tardif.

L'étude a porté sur les données du registre des naissances et du registre des avortements finlandais. Le panel était ainsi constitué de 418 690 femmes ayant accouché pour la première fois d'un enfant unique entre 1996 et 2013. La grande majorité d'entre elles (87%) n'avaient pas avorté auparavant. 11.1% de ces femmes avaient déjà subi un avortement précoce (avant...

Lire la suite

OMS : 56 millions d’avortements connus dans le monde en 2015

OMS : 56 millions d’avortements connus dans le monde en 2015

- Avortement

Bien que le nombre annuel d'avortements connus dans le monde ait baissé de 46 à 27 pour 1000 femmes en âge de procréer entre 1990 et 2014, les estimations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiées jeudi 12 mai 2016 dans le journal britannique The Lancet démontrent qu'une grossesse sur quatre débouche sur un avortement dans le monde.

Les études révèlent notamment que le taux d'avortements a considérablement baissé dans les pays développés, en particulier les pays européens. En reva...

Lire la suite