En Nouvelle-Zélande, l’avortement deviendra-t-il un soin de santé ?

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

La Nouvelle-Zélande veut retirer toute restriction légale à l'avortement jusqu'à 5 mois (20 semaines) de grossesse. En août 2019, le Parlement néozélandais a voté en première lecture un projet de loi actuellement en débat pour libéraliser l'avortement. Deux lectures sont encore nécessaires pour promulguer la loi.

La loi néozélandaise considère aujourd'hui l'avortement comme un crime, dépénalisé sous certaines conditions (sur cette question, voir le Flash expert IEB "Faut-il dépénaliser l'avortement ?"). En effet, il est possible de le pratiquer jusqu'à 5 mois de grossesse à condition que deux médecins dont un gynécologue ou obstétricien constatent un danger pour la santé mentale ou physique de la mère ou un handicap chez l'enfant à naître. Au-delà de ces 5 mois, si deux médecins affirment que la poursuite de la grossesse met en danger la vie de la mère ou entrainerait des séquelles graves et irréversibles, la femme peut avorter.

La semaine dernière, le Comité de Législation sur l'Avortement a rendu un rapport sur ce projet de loi qui supprimerait toute contrainte à l'avortement jusque 20 semaines de grossesse. L'appréciation serait ainsi laissée à la femme et son médecin. Au-delà de 20 semaines, deux médecins devraient affirmer qu'un tel avortement est « cliniquement approprié » au regard de la santé mentale, physique et générale de la mère, un critère bien subjectif.

La dernière limite à l'avortement contre laquelle beaucoup militent, est l'objection de conscience, que les médecins peuvent encore faire valoir sans devoir se justifier.

En proposant un « avortement sur commande », ce projet de loi dénie toute reconnaissance à l'enfant à naître pendant les 5 premiers mois de sa croissance. Dans un tel contexte, on peut se demander quel espace de dialogue il restera pour éviter que les femmes ne subissent seules les pressions sociétale, familiale et économique propres à une découverte de grossesse non désirée.

De plus, à partir de 11-12 semaines de grossesse, on peut découvrir le sexe du bébé, ou des défauts sans gravité qui génèrent toutefois angoisses et inquiétudes chez la femme. Si plus aucune condition ne peut interférer dans la décision d'avorter, voilà des raisons qui pourraient motiver un avortement. Si du point de vue juridique mais aussi culturel l'avortement devient un "soin de santé", le danger est qu'il se présente souvent comme la première solution.


Articles similaires

Maroc : élargissement de la loi sur l’avortement

Maroc : élargissement de la loi sur l’avortement

- Avortement


Jusqu'à présent, au Maroc, la pratique de l'avortement n'était dépénalisée que dans le cas où la santé de la femme était en danger. Depuis plusieurs mois, cependant, certaines associations ont accentué la pression sur l'opinion publique et le monde  politique pour réclamer un élargissement des conditions d'accès à l'avortement en vue de lutter contre « l'avortement clandestin et non médicalisé ». C'est ainsi que le 15 mai dernier, un communiqué annonçait que l'avortement pourrait dans un aven...

Lire la suite

Pays-Bas : scandale touchant des centres d’avortement

Pays-Bas : scandale touchant des centres d’avortement

- Avortement

La Ministre de la Santé, Edith Schippers, se dit préoccupée à propos de la situation financière de la Fondation Casa qui regroupe sept des quinze cliniques d'avortement aux Pays-Bas.   L'enquête en cours révèle une fraude à grande échelle autour de subsides qui aurtaient été indûment versés en 2015 à cette fondation. Le Nederlands Dagblad a découvert que la fraude, en cours depuis plusieurs années, consistait à facturer le prix de produits anesthésiants utilisés lors des 52.000 avortements dan...

Lire la suite

Rapport 2008-2009 de la Commission d’évaluation avortement.

Rapport 2008-2009 de la Commission d’évaluation avortement.

- Avortement

Ci-dessous les chiffres officiels révélés dans le quatrième rapport de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'interruption de grossesse. 

On constate qu'il y a eu 2.646 avortements de plus en 2009 qu'en 2004, et ce malgré la politique gouvernementale en matière de contraception (60% des femmes utilisaient une méthode contraceptive).

Comme chaque année, la Commission se dit totalement tributaire des chiffres fournis par les centres d'avortement et les hôpitaux, n'ayant pas les mo...

Lire la suite