FR NL EN

Un projet pilote Alzheimer/ Pilules accidents

ImprimerRecommander
[Français] 25 avril 2013

Samenvatting

  •   Un projet pilote Alzheimer cherche un avenir financier
  •   Wij helpen zelfs mensen die bij de Levenseindekliniek werden afgewezen
  •   Pilules de 3e et 4e générations : l'Agence européenne du médicament est interpellée
  • Un projet pilote Alzheimer cherche un avenir financier

    16/04/2013 - Einde van het leven

    Le Service d'aide familiale de la Province de Namur est l'un des trois lauréats du prix d'innovation social décerné par I'UNIPSO (Union des entreprises à profit social). Ce service se voit récompensé dans le cadre de son projet de garde Alzheimer lancé en mars 2011. Ce projet rencontre plusieurs objectifs, notamment celui de répondre au manque de soutien aux personnes malades : soulager les conjoints aidants, les familles et retarder le placement d'un parent dans un établissement de soins. Il s'agit également de concentrer la fonction des gardes à domicile sur la maladie d'Alzheimer ou encore de permettre aux gardes à domicile diplômées comme aides familiales, de suivre des formations Alzheimer. À l'heure actuelle, ce projet couvre l'ensemble territoire des communes de la Province de Namur. C'est un projet unique en Wallonie.

    Source : Le Journal du Médecin n° 2296 - mardi 5 février 2013 - p. 24

     

     


     

    Wij helpen zelfs mensen die bij de Levenseindekliniek werden afgewezen

    16/04/2013 - Einde van het leven

    Belgische artsen interpreteren de wet beter en breder dan de Nederlandse. Daardoor is er hier de facto minder nood aan zoiets als de Levenseindekliniek, vertelt oncoloog Wim Distelmans. Hij is voorzitter van de Federale Commissie Euthanasie en medeoprichter van ULteam, het Uitklaring Levenseindevragen-team, bedoeld voor patiënten (en hun familie) met vragen rond het levenseinde.
    De Nederlandse wetgeving laat meer toe, zoals euthanasie bij wilsonbekwame demente patiënten en minderjarigen, maar artsen zijn huiverig om het uit te voeren.
    Volgens Distelmans worden er door de begeleiding van de artsen in België relatief meer mensen met psychische problemen geholpen, maar artsen staan er ook bij ons heel huiverachtig tegenover. Distelmans zegt dat de formele procedures van de Levenseindekliniek ervoor zorgen dat veel patiënten met een doodswens toch nog tussen de mazen van het net vallen.
    Bron : Knack 03/04/2013, p.35

     



     

    Pilules de 3e et 4e générations : l'Agence européenne du médicament est interpellée

    16/04/2013 - Begin van het leven

    À l'occasion d'une réunion de la Commission Environnement et Santé du Parlement européen, la députée européenne, vice - présidente  du groupe des verts, a interpellé notamment l'Agence européenne du médicament" [EMA] à propos des pilules de 3e et 4e générations, et indiqué: "Nous ne voyons aujourd'hui que le sommet de l'iceberg d'un scandale d'ampleur à venir."

    Récemment, précise-t-elle, l'Agence nationale française du médicament a publié un rapport dans lequel elle annonce qu'entre 2000 et 2011, la pilule contraceptive a provoqué chaque année plus de 2500 accidents veineux et 20 décès (dont 14 attribuables aux pilules de 3e et 4e générations).

    Il a fallu que la France saisisse l'EMA pour que l'Europe s'intéresse enfin à la question. Pour la députée européenne, "si les plaintes ont été peu nombreuses jusqu'à présent en Europe, c'est avant tout parce qu'il n'y a pas eu suffisamment de remontées des effets secondaires de ces médicaments par les médecins, les gynécologues et par les patientes elles-mêmes qui ignorent qu'elles peuvent signaler ces effets à la base Eudravigilances. Ce sont des laboratoires pharmaceutiques qui occupent tout le terrain pour l'évaluation des risques. Or, en tant que juges et parties, ces laboratoires ne font pas remonter à l'EMA les informations les plus pertinentes".
    Ainsi, elle s'interroge: "Les pharmacies européennes délivrent régulièrement des pilules contraceptives sans ordonnances. Comment connaître alors le véritable chiffre des victimes par AVC ou de malades si aucun médecin n'a pu suivre ces femmes et si les accidents n'ont pas fait l'objet de remontées d'informations à l'EMA ?"

     Source: Le Quotidien du Médecin.fr (Dr Lydia Archimède) 28/03/2013

Doneren aan het EIB