FR NL EN

One of us / euthanasie institutions

ImprimerRecommander
[Français] 22 mars 2013

Samenvatting

  •   One of us : une initiative paneuropéenne d’envergure pour la protection de l’embryon
  •   Normaliser et rendre obligatoire la pratique de l’euthanasie quelle que soit l’institution ?
  • One of us : une initiative paneuropéenne d’envergure pour la protection de l’embryon

    19/03/2013 - Begin van het leven

     

    En signant ce document, chaque citoyen européen peut montrer son souci de protéger l’embryon humain. Nombreuses sont les associations qui de par l’Europe en appellent à leurs membres. Objectif : 1.000.000 de signatures de par 7 différents pays.

    Pourquoi exiger de la Commission de protéger l’embryon humain ? C’est pour que soient repectées la dignité et de l’intégrité de l'embryon humain, tout comme cela a été établi par l'arrêt Brüstle contre Greenpeace de la CJUE qui définit l'embryon humain comme le commencement du processus de développement d’un être humain. Afin d’être cohérente dans l’exercice de ses compétences, l'UE devrait interdire et mettre fin au financement des activités qui impliquent la destruction d'embryons humains, en particulier dans les domaines de la recherche, de l’aide au développement et de la santé publique.

    En cliquant sur le lien suivant  le bouton « Je signe en ligne » ,vous allez être redirigé vers le site protégé de l’Union Européenne.

    Normaliser et rendre obligatoire la pratique de l’euthanasie quelle que soit l’institution ?

    21/03/2013 - Einde van het leven

    Réagissant à la déclaration des évêques de Belgique, certaines associations partenaires de la Mutualité socialiste parmi lesquelles Espace Seniors, Latitude Jeunes et l’Association socialiste de la personne handicapée (ASPH), regrettent que "les évêques continuent à présenter les soins palliatifs comme une alternative à l’euthanasie".
    De plus, elles jugent "inadmissible" qu’une personne en fin de vie doive parfois être transférée d’une institution vers une autre pour bénéficier de l’euthanasie. Elles proposent que chaque institution (hôpitaux, maisons de repos, etc.) mette en place une procédure écrite de la façon dont l’établissement traitera les demandes d’euthanasie, procédure qui devrait être communiquée à chaque patient. "A terme, la normalisation de la pratique de l’euthanasie à la demande du patient dans les institutions devrait être encouragée, voire rendue obligatoire par les pouvoirs publics", estiment ces associations.

    Source : La Libre 08/03/2013

Doneren aan het EIB