FR NL EN

Fin de vie / Euthanasie / Mourir à la maison

ImprimerRecommander
[Français] 11 juillet 2013

Samenvatting

  •   Les nouvelles propositions de loi en matière d'euthanasie
  •   Nieuwe wetvoorstellen euthanasie in Belgïe
  •   Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State
  •   Euthanasie en duo
  •   Vooral Vlaamse vrouwen laten wilsverklaring registreren
  •   Fin de vie : trop souvent à l'hôpital
  •   Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.
  • Les nouvelles propositions de loi en matière d'euthanasie

    10/07/2013 - Einde van het leven

    5 - 2170/1 (26/06/2013) :
    Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie en vue de l'étendre aux mineurs.
    (Déposée par les MM. Philippe Mahoux, Jean-Jacques De Gucht, Mme Christine Defraigne et M. Guy Swennen)

    5 -2171/1 (26/06/2013) :
    Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie visant à supprimer la validité limitée à cinq ans de la déclaration anticipée et laissant le patient la déterminer lui-même.
    (Déposée par Mmes Christine Defraigne et Leona Detiège et MM. Philippe Mahoux et Jean-Jacques de Gucht)


    5 -2172/1 (26/06/2013) :
    Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie, en vue de fixer un délai à respecter par le médecin, d'une part, pour répondre à la demande d'euthanasie du patient et, d'autre part, pour transmettre le dossier médical du patient à une commission au cas où il refuserait d'accéder à la demande de celui-ci.
    (Déposée par MM. Jean-Jacques De Gucht, Jacques Brotchi, Bert Anciaux et Philippe Mahoux)

    5 -2173/1 (26/06/2013) :
    Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie et la loi coordonnée du 10 juillet 2008 relative aux hôpitaux et à d'autres établissements de soins, en vue de garantir le respect de la clause de conscience.
    (Déposée par MM. Guy Swennen, Jacques Brotchi, Philippe Mahoux et Jean-Jacques De Gucht)

    5 - 2184/1 (03/07/2013) :
    Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie en vue de l'étendre aux personnes atteintes d'une affection cérébrale incurable à un stade avancé et irréversible et qui ont exprimé leurs volontés dans une déclaration anticipée d'euthanasie.
    (Déposée par M. Jacques Brotchi et consorts)

     

    Nieuwe wetvoorstellen euthanasie in Belgïe

    10/07/2013 - Einde van het leven

    5 - 2170/1 (26/06/2013):
    Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie teneinde euthanasie voor minderjarigen mogelijk te maken.
    (Ingediend door de heren Philippe Mahoux en Jean-Jacques De Gucht, mevrouw Christine Defraigne en de heer Guy Swennen)

    5 -2171/1 (26/06/2013):
    Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie om de tot vijf jaar beperkte geldigheid van de wilsverklaring te schrappen en deze door de patiënt zelf te laten bepalen
    (Ingediend door de dames Christine Defraigne en Leona Detiège en de heren Philippe Mahoux en Jean-Jacques de Gucht)


    5 -2172/1 (26/06/2013):
    Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie teneinde een termijn vast te leggen voor de arts, enerzijds om gevolg te geven aan het verzoek om euthanasie van de patiënt en anderzijds om diens medisch dossier over te dragen aan een commissie indien hij weigert om dit verzoek in te willigen
    (Ingediend door de heren Jean-Jacques De Gucht, Jacques Brotchi, Bert Anciaux en Philippe Mahoux)

    5 -2173/1 (26/06/2013):
    Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie en van de gecoördineerde wet van 10 juli 2008 op de ziekenhuizen en andere verzorgingsinrichtingen teneinde de gewetensclausule te garanderen
    (Ingediend door de heren Guy Swennen, Jacques Brotchi, Philippe Mahoux en Jean-Jacques De Gucht)

    5 - 2184/1 (03/07/2013):
     Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie met de bedoeling deze uit te breiden tot personen die getroffen zijn door een ongeneeslijke en onomkeerbare hersenaandoening, en die hun wil te kennen hebben gegeven in een vooraf opgemaakte wilsverklaring inzake euthanasie
    (Ingediend door de heer Jacques Brotchi c.s.)


     

    Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State

    29/06/2013 - Einde van het leven

    De Euthanasiewet voorziet dat de arts die de euthanasie uitvoert het advies moet inwinnen van een tweede arts. Het KB van 17 maart 2013 werkte voor de vergoeding van deze “tweede” arts een regeling uit. De vergoeding gebeurt echter niet rechtstreeks. De zogenaamde “tweede” artsen moeten toetreden tot een vereniging, die hen bepaalde voorwaarden oplegt. Vier artsen gingen hiertegen in beroep bij de Raad van State. Zij zijn van oordeel dat het KB discriminerend is voor artsen die niet wensen toe te treden tot die vereniging. Zorgnet Vlaanderen steunt hun klacht.
    MEER
    ZorgnetVlaanderen , 25/06/2013

     

     

     


     

    Euthanasie en duo

    29/06/2013 - Einde van het leven

    Après une première euthanasie de jumeaux, la Belgique a enregistré une euthanasie matrimoniale. Leopold Dauwe, 90 ans, et son épouse depuis 64 ans, Paula Raman, 89 ans, ont dit « au revoir » à leurs enfants et petits-enfants, avant de partir ensemble, de peur que l’un ne survive à l’autre – et alors que, pour l’un comme pour l’autre, la mort était attendue dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus. Tous deux grabataires, ils craignaient de vivre l’aggravation de leur agonie. « Ils ont choisi de prendre cela de vitesse », a déclaré leur gendre.

     


     

    Vooral Vlaamse vrouwen laten wilsverklaring registreren

    29/06/2013 - Einde van het leven

    48.976 Belgen hadden eind vorig jaar in het gemeentehuis een wilsverklaring voor euthanasie laten registreren. Dat kan sinds 2008. Opvallend is dat veel meer vrouwen (30.488) dan mannen (18.488) het doen.
    36.747 van die wilsverklaringen zijn in Vlaanderen vastgelegd, dat dus het leeuwendeel voor zijn rekening neemt. In de rest van het land ligt het aantal registraties veel lager: 9.491 in Wallonië en 2.738 in Brussel.
    114 mensen die in 2011 euthanasie kregen, zouden zonder die ingreep niét binnen afzienbare tijd overleden zijn. Dat aantal zit in de lift, want in 2002 ging het nog maar om 3 gevallen. Ter vergelijking: in 2011 ondergingen 1.019 Belgen euthanasie die wél hoe dan ook binnen afzienbare tijd gestorven zouden zijn.
    Bron: Federale Controle- en Evaluatiecommissie Euthanasie en Het Laatste Nieuws
    Zie didactische Fiche Wilsverkalring

     

    Fin de vie : trop souvent à l'hôpital

    29/06/2013 - Einde van het leven

    L'Agence intermutualiste (AIM) et la Fondation registre du Cancer ont analysé les données de 25.000 patients cancéreux diagnostiqués entre 2006 et 2009 (dont les chances de survie sur 5 ans étaient limitées à 50%) et décédés avant 2010.
    Il ressort de cette étude qu'environ la moitié d'entre eux avaient été admis à l'hôpital au cours du dernier mois de leur existence sans pour autant que soit pratiquée une intervention importante, une chimiothérapie ou une radiothérapie.
    L'étude montre ainsi clairement que l'on hospitalise plus souvent là où l'on dispose le plus de lits hospitaliers, et beaucoup moins là où les infirmiers à domicile, les généralistes et les équipes d'accompagnement multidisciplinaires sont plus nombreux.
    L'étude montre ainsi clairement l'impact de l'offre de soins sur la qualité de fin de vie. Or, la très grande majorité des personnes souhaite mourir à leur domicile. C'est pourquoi le Dr Peltier recommande clairement aux décideurs de renforcer les soins palliatifs à domicile ainsi que dans les maisons de repos. D'autant plus que, comme l'avait déjà démontré les Mutualités chrétiennes, les soins pour les personnes qui décèdent à l'hôpital coûtent quatre fois plus chers lors du dernier mois que pour les personnes qui décèdent chez elle ou en maison de repos.

    Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.

    29/06/2013 - Einde van het leven

    Plusieurs éléments intéresants dans, l’étude de Gommaar Truyens « De Complexiteit van het thuis sterven »
    Et tout d’abord ce paradoxe : la majorité des patients veulent mourir à la maison (70%), or, la majorité meurent à l’hôpital ou en Maison de Repos et de Soins (MRS) (51% en hôpital, 23% en MRS). De plus, même si le prendre soin à domicile revient beaucoup moins cher à la société, cela coûte plus cher au patient.
    L’étude montre également que le lieu de la mort suite à une maladie ou en fin de vie est lié au niveau d’éducation et surtout au manque de support familial; ces éléments feront que la personne mourra à l’hôpital et non chez elle, comme elle l’aurait souhaité.
    Gommaar Truyens identifie donc 5 raisons et explique pourquoi il est plus difficile de mourir à domicile : la charge de l’accompagnement et du prendre soin pour les proches, le manque de moyens financiers, le coût pour certains patients du soin à domicile explose dans certains cas, des situations d’angoisses difficilement gérables à domicile, le coût de la garde de nuit à domicile. D'autre part, l’étude confirme une nouvelle fois que la population en Flandre connaît très peu la portée et le contenu des soins palliatifs, ce qui explique que les personnes en fin de vie ou malades font relativement peu appel aux services des soins palliatifs.
    Il y est rappelé qu’au plus tôt le patient en fin de vie fait appel aux soins palliatifs, au mieux la douleur peut être gérée. La qualité de vie du malade s’en trouve donc améliorée. Gommaar Truyens souligne aussi le fait que les équipes de soins palliatifs à domicile sont « depuis de nombreuses années confrontées à des difficultés financières croissantes »
     

Doneren aan het EIB