Fin de vie (Allemagne) > Euthanasie et suicide assisté

 Supprimer le filtre "Allemagne"

Allemagne : la Cour fédérale déforce l’obligation des médecins de protéger la vie de leurs patients

Allemagne - Allemagne : la Cour fédérale déforce l’obligation des médecins de protéger la vie de leurs patients

C'est la conclusion d'une affaire vieille de sept ans. La Cour Suprême Allemande s'est prononcée, mercredi 3 juillet, sur deux cas similaires : deux médecins, à Hambourg et Berlin, étaient inculpés pour avoir aidé des patientes désireuses de mettre fin à leurs jours, respectivement en 2012 et 2013. Elle a confirmé la relaxation des médecins, prononcée par les tribunaux locaux.

La décision est pour le moins confuse. Dans les deux cas, il était reproché aux médecins de ne pas avoir réanimé les mourantes qui avaient pris des substances létales. Cependant, il ressort des décisions en amont que, pour le cas Berlinois, le médecin accusé aurait également fourni une ordonnance pour l'obtention des substances mortelles à sa patiente, tandis qu'à Hambourg, celles-ci proviendraient d'une association militant pour l'aide au suicide. La question du rôle du médecin dans l'obtention des substances mortelles, cruciale pour qualifier les faits de suicide assisté, n'est cependant pas abordée par le...

Lire la suite 


Allemagne : débat autour du suicide assisté

Allemagne - Allemagne : débat autour du suicide assisté

Le jeudi 13 novembre, le siège du Bundestag, le parlement allemand, a été le cadre d'un débat particulièrement sensible autour de la fin de vie. Dans un pays marqué par son histoire, et profondément divisé sur la question, les parlementaires ont longuement discuté d'une éventuelle légalisation du suicide assisté. Alors qu'un large consensus existe en Allemagne sur le maintien de l'interdiction de l'euthanasie, la fourniture de médicaments visant à accélérer la fin de vie est dans les faits tolérée, mais reste illégale, et les médecins qui la pratiquent risquent de lourdes sanctions disciplinaires. Les réflexions entamées devraient aboutir à un vote sur d'éventuelles propositions de lois dans un délai d'un an.
Parmi les cinq textes proposés à la réflexion des parlementaires, un seul, présenté par la Verte Renate Künast, proposait une libéralisation totale des choix en fin de vie. Les quatre autres s'opposaient fermement tant à l'aide active à mourir qu'à l'autorisation d'associations ...

Lire la suite