Ordonnance sur l’analyse génétique humaine

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Non classés

Textes législatifs - Suisse Suisse

Publié le : 14/12/2012

Le Conseil fédéral suisse,


vu les art. 8, al. 2 et 3, let. b, 12, al. 4, et 35, al. 1, de la loi fédérale du 8 octobre 2004 sur l'analyse génétique humaine (LAGH)1,


arrête:


Chapitre 1 Dispositions générales
Art. 1 Objet
1 La présente ordonnance règle:


a. les conditions et la procédure d'octroi de l'autorisation d'effectuer des analyses
cytogénétiques et moléculaires humaines;


b. les conditions et la procédure d'octroi de l'autorisation d'effectuer des dépistages;


c. la composition et l'organisation de la Commission d'experts pour l'analyse


Articles similaires

Loi sur l’analyse génétique humaine (DPN)

- Début de vie

Loi fédérale sur l'analyse génétique humaine (LAGH) du 8 octobre 2004 (Etat le 1er avril 2007)

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

vu les art. 98, al. 3, 110, al. 1, 113, al. 1, 117, al. 1, 119, al. 2, let. f, 122, al. 1, et 123, al. 1, de la Constitution1, vu le message du Conseil fédéral du 11 septembre 2002,

arrête:

Section 1 Champ d'application, but et définitions

Art. 1 Champ d'application

1 La présente loi règle les conditions auxquelles des analyses génétiques humaine...

Lire la suite

Loi relative aux expérimentations sur personne humaine

- Recherche biomédicale

7 mai 2004 - publication au Moniteur Belge le 18 mai 2004 Loi du 7 mai 2014 : ICI

Version (avril 2007) consolidée d'après les modifications introduites par : Loi 27 décembre 2004 ( M.B. 31 décembre 2004);

Loi 20 juillet 2005 (M.B. 29 juillet 2005);

Arrêt Cour Arbitrage 26 novembre 2005 (M.B. 24 novembre 2005);

Loi 27 décembre 2005 (M.B. 30 décembre 2005);

Loi-programme 13 décembre 2006 - (M.B. 22 décembre 2006) 

Lire la suite

Ordonnance recherche sur les cellules souches embryonnaires

- Procréation médicalement assistée

Vu l'art. 17 de la loi du 19 décembre 2003 relative à la recherche sur les cellules souches,

arrête:

Section 1

Information et consentement du couple concerné

Art. 1 Existence d'un embryon surnuméraire

Si un embryon ne peut être utilisé pour induire une grossesse, le médecin explique au couple qu'il traite dans le cadre d'une procédure de procréation médicalement assistée:

a. que ledit embryon est surnuméraire;

b. pourquoi il l'est, et

c. qu'il devra être détruit s'il n'est pas utilisé...

Lire la suite