Affaire Maric c. Croatie /Dépouille de l'enfant mort-né et déchets hospitaliers

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Non classés

Textes de jurisprudence

Publié le : 13/06/2014

Affaire Maric c. Croatie du 12 juin 2014, Req. n° 50132/12

Monsieur MARIC est un ressortissant croate dont l'épouse donna naissance dans un hôpital public croate, au cours du neuvième mois de sa grossesse, à un enfant mort-né. Monsieur et Madame MARIC laissèrent le soin à l'hôpital de procéder à l'enterrement de l'enfant. Quelques mois plus tard, cherchant à obtenir des informations quant au lieu où reposait la dépouille, Monsieur et Madame MARIC apprirent que celle-ci fut incinérée ensemble avec des « déchets hospitaliers » ; ce par application de la procédure prévue pour l'élimination des déchets hospitaliers.

Devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme, Monsieur et Madame MARIC soutenaient que le traitement réservé à la dépouille de leur enfant par l'hôpital contrevenait au respect de leur vie privée et familiale (article 8 de la Convention), et que c'est à tort que leurs actions devant les juridictions croates furent déclarées non fondées.

Après avoir rappelée qu'il convient de faire preuve d'une prudence et d'une diligence particulière dans la gestion de situations impliquant le décès d'un proche, la Cour estime que la façon dont il fut procédé en l'espèce constitua à plus d'un égard une ingérence de la part de l'hôpital public dans le droit au respect de la vie privée des parents.

La Cour considère ensuite que cette ingérence fut illégitime, relevant notamment que la loi applicable n'autorisait pas l'hôpital à assimiler la dépouille de l'enfant à un « déchet hospitalier » ; la loi croate ne permettant cela que lorsqu'il s'agit d'un foetus âgé de 22 semaines au plus. La Cour fait également mention de l'inadéquation du droit croate quant à cette question.

La Cour conclut donc qu'il y a eu violation de l'article 8 de la Convention, et octroie une indemnisation aux parents.

  • embryon
  • indisponibilité du corps
  • enfant mort-né
  • vie privée et familiale

Articles similaires

Affaire Parillo c/ Italie recherche sur embryons

- Début de vie

Dans un arrêt de Grande Chambre « Parrillo contre Italie », la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a admis ce 27 août 2015 que l'Etat italien refuse à une femme de donner ses embryons issus d'une Fécondation In Vitro (FIV), à la recherche scientifique.
L'affaire concerne une femme italienne, qui dans le cadre d'une Procréation Médicalement Assistée (PMA), conçu avec son compagnon, cinq embryons par FIV en 2002. Son compagnon, père génétique de ces embryons, est décédé en 2003, avant ...

Lire la suite

Arrêt dans l'affaire C-364/13 / brevetabilité ovule humain/ embryon cyte

- Recherche biomédicale

La Cour de Justice de l'Union Européenne a rendu ce 18 décembre 2014 un arrêt dans un litige opposant une société commerciale d'exploitation de cellules souches à l'Office britannique des brevets.
Dans cet arrêt, la Cour a été amenée à se prononcer sur la notion d' « embryon humain ». D'après la Cour, pour être qualifié comme tel, « un ovule humain non fécondé doit nécessairement disposer de la capacité intrinsèque de se développer en un être humain ».
Et la Cour de préciser : « Par conséquen...

Lire la suite

Affaire Oliver Brüstle c. Greenpeace eV / Recherche sur embryon

- Recherche biomédicale

Arrêt Oliver Brüstle c. Greenpeace eV du 18 octobre 2011, C‑34/10

 

Doit être exclu de la brevetabilité un procédé qui, en utilisant le prélèvement de cellules souches obtenues à partir d'un embryon humain au stade du blastocyste, entraîne la destruction de l'embryon.

 

La validité d'un brevet Allemand avait été contestée en justice parce qu'il était basé sur la destruction d'embryons humains en vue de dériver des cellules souches.

 

La Cour fédérale de justice (Allemagne) a saisi la Cou...

Lire la suite