Affaire Sayan c.Turquie/droit à la vie de la mère et de l’enfant à naitre

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Non classés

Textes de jurisprudence

Publié le : 25/10/2016

Auteur / Source : CEDH

Affaire Sayan c.Turquie du 11 octobre 2016 (requête n°81277/12)

Leyla Karatas, ressortissante turque enceinte de 9 mois décède aux urgences suite à des difficultés respiratoires. Une césarienne est effectuée d'urgence, mais l'enfant, vivant lors d'un contrôle médical quelques heures auparavant, est mort-né.
Après diverses procédures devant les instances nationales, Monsieur Davut Sayan, son mari, ainsi que ses trois filles, saisissent la Cour Européenne des Droits de l'Homme en affirmant que l'Etat turc n'a pas satisfait à son obligation positive de protéger le droit à la vie tant de la femme que de l'enfant à naître (article 2 de la Convention.)

La Cour rappelle et réitère la jurisprudence de son arrêt Vo c. France §82), « la Grande Chambre a considéré que, en l'absence d'un consensus européen sur la définition scientifique et juridique des débuts de la vie, le point de départ du droit à la vie relevait de la marge d'appréciation que la Cour estime généralement devoir être reconnue aux États dans ce domaine. La Grande Chambre a ainsi estimé qu'il n'est ni souhaitable, ni même possible actuellement de répondre dans l'abstrait à la question de savoir si l'enfant à naître est une « personne » au sens de l'article 2 de la Convention (idem, § 85). ».   

Elle estime ensuite que « la vie du foetus en question était intimement liée à celle de Mme Leyla Karataş et dépendait des soins prodigués à celle-ci. Or cette circonstance a été examinée sous l'angle de l'atteinte au droit à la vie de cette dernière. Partant, la Cour estime que le grief des requérants à cet égard n'appelle pas un examen séparé ».

La Cour conclut ensuite à une violation du droit à la vie de la mère sous son volet procédural (les recherches au niveau médical et juridiques n'ont pas été suffisantes pour déterminer les circonstances du décès et les diverses responsabilités).

En liant le droit à la vie de la mère et le droit à la vie de l'enfant à naitre, la Cour se prononce donc sur le droit à la vie de l'enfant à naitre, en se prononçant sur le droit à la vie de la mère.

 

  • droit à la vie
  • avortement
  • mort
  • enceinte
  • foetus
  • embryon

Articles similaires

Affaire Parillo c/ Italie recherche sur embryons

- Début de vie

Dans un arrêt de Grande Chambre « Parrillo contre Italie », la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a admis ce 27 août 2015 que l'Etat italien refuse à une femme de donner ses embryons issus d'une Fécondation In Vitro (FIV), à la recherche scientifique.
L'affaire concerne une femme italienne, qui dans le cadre d'une Procréation Médicalement Assistée (PMA), conçu avec son compagnon, cinq embryons par FIV en 2002. Son compagnon, père génétique de ces embryons, est décédé en 2003, avant ...

Lire la suite

Affaire Oliver Brüstle c. Greenpeace eV / Recherche sur embryon

- Recherche biomédicale

Arrêt Oliver Brüstle c. Greenpeace eV du 18 octobre 2011, C‑34/10

 

Doit être exclu de la brevetabilité un procédé qui, en utilisant le prélèvement de cellules souches obtenues à partir d'un embryon humain au stade du blastocyste, entraîne la destruction de l'embryon.

 

La validité d'un brevet Allemand avait été contestée en justice parce qu'il était basé sur la destruction d'embryons humains en vue de dériver des cellules souches.

 

La Cour fédérale de justice (Allemagne) a saisi la Cou...

Lire la suite

Arrêt dans l'affaire C-364/13 / brevetabilité ovule humain/ embryon cyte

- Recherche biomédicale

La Cour de Justice de l'Union Européenne a rendu ce 18 décembre 2014 un arrêt dans un litige opposant une société commerciale d'exploitation de cellules souches à l'Office britannique des brevets.
Dans cet arrêt, la Cour a été amenée à se prononcer sur la notion d' « embryon humain ». D'après la Cour, pour être qualifié comme tel, « un ovule humain non fécondé doit nécessairement disposer de la capacité intrinsèque de se développer en un être humain ».
Et la Cour de préciser : « Par conséquen...

Lire la suite