Affaire H. c. Norvège / IVG

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Non classés

Textes de jurisprudence - Norvège Norvège

Publié le : 02/11/2011

Décision sur la recevabilitéde lH. c. Norvège du 12 mai 1992, Req. n° 17004/90

Monsieur H, ressortissant norvégien, apprend que sa partenaire, avec qui il vit sans être marié, est enceinte de lui. Ils décident ensemble de garder l'enfant. Cependant, après quelques temps, sa partenaire se ravise et souhaite recourir à l'avortement. Le foetus a déjà plus de douze semaines lorsqu'elle introduit sa demande. En pareil cas, selon la loi norvégienne, l'avortement ne peut être pratiqué que si la mère peut justifier de circonstances particulières. Après avoir entendu la mère, un collège de médecins fait droit à la demande. Lorsque l'avortement est pratiqué, l'enfant à naître a quatorze semaines. Monsieur H, s'étant opposé à l'avortement auprès de sa partenaire, ne fut ni consulté, ni entendu par les médecins. Par ailleurs, aucune suite ne fut donnée à sa demande de pouvoir enterrer  les restes du foetus. Ayant saisi la justice norvégienne en urgence, celle-ci refusa de rendre une injonction interdisant l'avortement en question.

Devant la Commission, Monsieur H se plaint notamment d'une violation des articles 2 (droit à la vie) et 8 (droit au respect de la vie privée et familiale) de la Convention européenne des droits de l'homme. Il estime que la législation norvégienne sur l'avortement et l'application de celle-ci à son cas ne garantissent pas une protection suffisante de l'enfant à naître, et ne respectent pas sa vie familiale, en ce qu'il se voit dépourvu d'un minimum de droits sur l'enfant dont l'avortement est envisagé.

La Commission ne se prononce pas sur la question consistant à déterminer si le foetus doit bénéficier d'une protection au titre du droit à la vie, mais elle n'exclut pas que cela puisse être le cas. Elle constate une divergence entre les législations nationales et estime que l'avortement est une question délicate devant être laissée à la discrétion des états. Dans la mesure où la loi norvégienne sur l'avortement, accordant une place prépondérante à l'autodétermination de la femme, a vu le jour suite à un processus législatif démocratique, elle estime que l'Etat norvégien n'a pas dépassé son pouvoir discrétionnaire, en cherchant un compromis entre l'intérêt de l'enfant à naître et d'autres intérêts.

La Commission est par ailleurs d'avis que l'interruption de la grossesse est une question qui concerne essentiellement la femme. La protection des droits de celle-ci justifie l'ingérence dans le droit au respect de la vie familiale du père de l'enfant.

La requête est déclarée irrecevable.


 

  • IVG
  • avortement
  • Norvège

Articles similaires

Affaire Brüggemann et Scheuten c. République Fédérale d’Allemagne / IVG

- Début de vie

Décision sur la recevabilité Brüggemann et Scheuten c. République Fédérale d'Allemagne du 19 mai 1976, Req. n° 6959/75

Décision du Comité des Ministres du 17 mars 1978 (sur le fond).

Deux ressortissantes de nationalité allemande se plaignent que le Code pénal allemand, tel qu'interprété par la Cour constitutionnelle de ce pays, restreint leur liberté de recourir à l'avortement en cas de grossesse non désirée. Elles estiment que cette législation est contraire à l'article 8 de la Convention e...

Lire la suite

Affaire A.B.C. c. Irlande / IVG

Affaire A.B.C. c. Irlande / IVG

- Début de vie

Arrêt A.B.C. c. Irlande du 16 décembre 2010 , Req. n° 25579/05

En Irlande, trois femmes décident de se rendre en Angleterre afin d'y subir un avortement, la première pour des raisons de santé et de bien être (risque de dépression, alcoolisme, problème de garde d'enfant), la seconde pour des raisons de bien-être et la troisième parce qu'elle craignait que sa grossesse ne mit sa vie en danger (récente rémission d'un cancer)  et que son enfant ait souffert des divers contrôles médicaux qu'elle a...

Lire la suite

Affaire Open Door et Dublin Well Woman c. Irlande / IVG

- Début de vie

Arrêt Open Door et Dublin Well Woman c. Irlande du 29 octobre 1992, Req. n° 14234/88; 14235/88

« Dublin Well Woman » et « Open Door » sont deux associations implantées en Irlande. Leur action consiste à fournir aux femmes enceintes, dans le cadre de consultations, des renseignements sur les possibilités d'avortement en dehors du territroire irlandais, où la loi pénale interdit l'avortement. Faisant application de diverses dispositions légales, les juridictions irlandaises interdisent à ces as...

Lire la suite