Toutes les études

À propos de la maternité pour autrui

- Gestation pour autrui

Maître de conférences en droit privé à l'université d'Évry Val d'Essonne,
Centre Léon Duguit, codirectrice du Master 2 Droit des biotechnologies.  Que faire des enfants nés de mères de substitution ? L'intérêt des enfants en cause est parfois invoqué pour réclamer du législateur qu'il intervienne pour autoriser et réglementer cette pratique. Pourtant, on se permettra, dans ces quelques lignes, de proposer une autre perception des choses. 

 

Le cadre dans lequel cette réflexion intervient contraint à se prononcer contre la maternité pour autrui. Ce n'est en rien une fin en soi mais, plutôt, un moyen de préférer pour les femmes une société plus respectueuse de leur féminité et, pour les enfants, une façon de venir au monde plus conforme à leur dignité d'êtres humains.

 

 

 Fichier PDF  Lire la suite 


Dignité de la personne et statut du corps humain

- Statut du corps humain

Professeur de philosophie
au Centre Madeleine Daniélou de Rueil-Malmaison, France.
 

Une approche philosophique pour un repérage éthique.

Le corps est aujourd'hui le lieu de débats bioéthiques majeurs, tels ceux sur l'avortement, l'euthanasie ou encore la sexualité pour n'en nommer que quelques-uns. Statuer sur le sort que l'on peut techniquement ou médicalement réserver au corps représente un enjeu éthique fondamental, puisque ce qui est en cause c'est le sens même de la personne humaine.  

En effet, le corps humain n'est pas simplement un objet matériel parmi d'autres, mais il est le signe de notre humanité et de notre subjectivité, d'où l'intérêt de réfléchir sur celui-ci notamment lorsqu'on cherche à comprendre ce qu'est l'homme.
Ainsi, à la question en apparence très simple de savoir de quoi le corps est-il signe, nous pouvons répondre : « D'une présence humaine », dans la mesure où « c'est dans et avec son corps que chacun de nous est né, vit et meurt ; c'est dans et par s...

 Fichier PDF  Lire la suite 


Vers un commerce du corps humain ?

- Statut du corps humain



  (paru dans le Journal des Tribunaux, 9 septembre 2006, n° 6233, pp. 501-504)
 
 

La vague bioéthique amène de nos jours sur les rivages de la morale et du droit la remise en cause du principe de non-commercialisation du corps humain. La pénurie actuelle d'organes et de gamètes incite en effet certains médecins et scientifiques à encourager par la promesse d'une rémunération la cession, par un sujet, d'un organe ou d'un tissu venu de son corps.

Le raisonnement semble imparable : puisque le niveau de l'offre de tissus/organes n'atteint pas celui de la demande, il faut augmenter l'offre en la payant. Une telle suggestion contredit sans doute à la fois la sensibilité commune ainsi que le principe de non-patrimonialisation du corps humain, mais de puissants courants sont à l'oeuvre pour la soutenir.

Il vaut donc la peine de reprendre l'examen de ce dossier, d'abord en précisant les termes du statut juridique du corps, ensuite en discutant la question de fond relative à la dignité ...

 Fichier PDF  Lire la suite 


L’intention morale au cœur du questionnement éthique

- Euthanasie et suicide assisté

Doctorant en Éthique, Science, Santé et Société,
Université de la Méditerranée, Aix-Marseille II,
Faculté de Médecine et Espace éthique méditerranéen.

...concernant les pratiques médicales en fin de vie

Résumé: Le propos consiste à montrer que ce qui fonde la distinction éthique entre différents actes ou omissions posés par des soignants dans le cadre de l'accompagnement de la fin de vie réside dans l'intention de l'agent qui anime de l'intérieur ces pratiques. Protéger la droiture de l'intention en explicitant de manière juste les mots en débat, en développant une théorie du double effet authentique, en définissant précisément ce que recouvre l'euthanasie, nous permet de sortir de l'utilitarisme contemporain, lequel récuse toute intériorisation de la moralité. Véritable démarche éthique, ce travail de clarification sémantique est aussi la première forme de respect que nous devons aux personnes en fin de vie.

On se souvient que la mission parlementaire d'information sur l'accompag...

 Fichier PDF  Lire la suite 


Quelle conscience durant le coma?

Quelle conscience durant le coma?

- Coma et état végétatif

Comment évaluer l'état de conscience d'une personne dans le coma?

Les méthodes d'imagerie aident les médecins à évaluer les divers degrés de conscience des personnes ayant subi une grave lésion cérébrale.

Parce que la médecine et, notamment, la réanimation et les soins intensifs ont progressé, le nombre de personnes qui survivent à une lésion cérébrale grave ne cesse d'augmenter.

Certaines d'entre elles sortent du coma en quelques jours ; pour d'autres, les mécanismes de réparation sont beaucoup plus longs, et ces personnes traversent différentes phases avant de récupérer, partiellement ou totalement, leur état de conscience. D'autres enfin perdent définitivement toute activité cérébrale : c'est la mort cérébrale. Les médecins réanimateurs savent combien il est difficile de reconnaître sans ambiguïté les signes d'une perception ou d'une action consciente chez les personnes plongées dans le coma, cette difficulté se traduisant par de fréquents diagnostics erronés.

On sait mal éval...

 Fichier PDF  Lire la suite 


Réflexions sur le clonage humain

Réflexions sur le clonage humain

- Recherche biomédicale

Dans une perspective éthico-juridique et de droit comparé.

La perspective du clonage humain soulève des questions importantes qui ne peuvent pas être ignorées par le droit.

D'une part, le «clonage reproductif» met  en cause l'intérêt des individus à venir à recevoir un patrimoine génétique non manipulé. Ce procédé pose aussi un problème en ce qui concerne notre vision de l'humain, du moment qu'il cherche à produire des personnes d'une manière asexuée, c'est-à-dire en évitant la complémentarité d'un père et d'une mère.

D'autre part, le «clonage thérapeutique» renouvelle le débat sur l'utilisation d'embryons humains pour la recherche. La considération des normes juridiques existantes, sur le plan tant national qu'international, montre que le droit a essayé, pour la première fois, de donner une réponse rapide aux nouveaux défis posés aux droits de la personne par les avancées biomédicales.

 Fichier PDF  Lire la suite 


L'euthanasie par confusion

- Euthanasie et suicide assisté

Professor in the Faculty of Medicine
Founding Director of the Faculty of Law's Centre for Medicine,
Ethics and Law at McGill University

Confusion de termes?

Est-elle voulue pour éventuellement promouvoir l'euthanasie dans certains cas?

 

 

"L'euthanasie par confusion", Revue association catholique canadienne de la santé, 1998; 26(1); 3-11

 Fichier PDF  Lire la suite