Les thérapies régénératrices par cellules souches

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Non classés

Dossiers

Publié le : 30/11/2006

Auteur / Source : © IEB

Aspects scientifiques et enjeux bioéthiques

Le 7ème Programme cadre de recherche et développement de l'Union européenne 2007-2013

La thérapie régénératrice est sans conteste l'un des concepts les plus passionnants de la biomédecine contemporaine. Son principe repose sur l'utilisation des cellules souches, mères de tous les types cellulaires de l'organisme. Correctement cultivées, elles peuvent en effet se différencier en cellules hautement spécialisées et réparer les tissus devenus défaillants du fait de l'âge ou de diverses pathologies, ouvrant la voie à une médecine réparatrice extrêmement séduisante au plan biologique.

Il est donc tout à fait pertinent que ce chapitre soit promu par l'Union européenne et discuté dans l'élaboration du 7ème Programme cadre de recherche qui est un instrument essentiel pour soutenir la recherche et l'innovation à l'échelle de l'Union.

A n'en pas douter, la thérapie régénératrice est source d'espoir pour des millions de personnes souffrant de maladies dégénératives (Parkinson, Alzheimer, …). La réparation des organes et des tissus endommagés en utilisant les cellules souches pourrait théoriquement répondre aux besoins de ces patients, embrassant la plupart des principales causes de décès au sein de l'Union européenne.

Or, jusqu'à présent, le débat sur les plans politique, médiatique et scientifique s'est orienté principalement vers une seule source d'extraction  : les embryons humains. Ces derniers sont instrumentalisés afin d'en récolter les cellules souches dites embryonnaires. Celles-ci sont entourées d'un mythe d'eldorado thérapeutique qui ne reflète pas les connaissances scientifiques actuelles (voir ci-après). D'autre part, l'instrumentalisation des embryons humains constitue une transgression éthique majeure puisqu'il s'agit de la destruction d'êtres humains au commencement de leur vie comme le reconnaissent plusieurs Etats membres.

Alors même que le potentiel thérapeutique des cellules souches embryonnaires apparaît de plus en plus incertain en raison d'insurmontables obstacles biologiques, les cellules souches adultes, pendant ce temps, commencent à montrer des capacités étonnantes dans la réparation des tissus malades, à la fois dans les modèles animaux et dans les premiers essais cliniques. Jusqu'à récemment, ces cellules semblaient frappées d'interdit tant elles remettent en cause notre compréhension de la biologie de l'organisme humain. Aujourd'hui, il n'est plus possible d'en ignorer les résultats. Il est donc impératif d'en présenter quelques-uns pour éclairer un débat bien souvent passionnel.


Articles similaires

Les cellules souches du cordon ombilical

- Recherche biomédicale

Perspectives en matière de médecine régénérative
 

 I.   Au commencement était la cellule souche 

Les cellules qui sont à la base d'autres cellules différenciées sont appelées cellules souches.

C'est en étudiant certains tissus adultes comme le sang ou la peau que le concept de cellules souches a été avancé dès les années 1950-1960. Les cellules souches sont des cellules non spécialisées, c'est-à-dire indifférenciées, capables de se multiplier à l'identique. Elles peuvent aussi se transfor...

Lire la suite

CRIPR-CAS9 : quand l'Arlésienne refait surface ou le retour de la thérapie génique

CRIPR-CAS9 : quand l'Arlésienne refait surface ou le retour de la thérapie génique

- Recherche biomédicale

Elle a été portée dès le début des années '80 par les premiers triomphes de la biologie moléculaire, attendue comme la solution nette et définitive par tous deux qui devaient leur pathologie à une mutation unique, par tous ceux dont le cancer semblait devoir son existence au dérapage d'un proto- ou d'un anti-oncogène ; et par extension, par tous ceux qui pensaient qu'on allait enfin se montrer maître d'un génome hérité sans choix de ses père et mère.

  Quelques essais fondateurs ont tourné co...

Lire la suite

Apaiser la douleur en fin de vie

- Soins palliatifs

Chaque année, 52 millions de personnes meurent dans le monde et l'on estime qu'environ un décès sur dix est dû au cancer. Alors que 95% des douleurs pourraient être soulagées, plus de 65% de patients cancéreux meurent, encore aujourd'hui, dans un contexte douloureux. C'est dire combien le combat des soins palliatifs est loin d'être gagné et qu'une formation spécifique, dans le domaine de l'algologie et de l'antalgie, s'impose comme une urgence.
En Belgique, entre 35.000 et 40.000 nouveaux cas...

Lire la suite