Tous les dossiers

Diagnostic prénatal et diagnostic préimplantatoire

Belgique - Diagnostic prénatal et diagnostic préimplantatoire

- Diagnostics prénataux

Ce dossier fait le point en 8 pages:
Définitions
En génétique, l'anormalité est toujours la norme
Le spectre de l'eugénisme
La banalisation des diagnostics cytologiques ou moléculaires
Sus aux marqueurs génétiques : la chasse est ouverte !
Vie préjudiciable
Avortement ou politique de prévention ?
Déontologie professionnelle
Dispositions prévues par la loi
Deux mentalités : le "tout législatif" ou la "soft law"

 

 Fichier PDF  Lire la suite 


Brochure : Clauses de conscience

Brochure : Clauses de conscience

- Clauses de conscience

Un médecin peut-il refuser de pratiquer une euthanasie ? Une infirmière peut-elle refuser de participer à un avortement ? Un pharmacien peut-il refuser de délivrer certains produits ? La légitimité de ces attitudes est-elle consacrée en droit voire reconnue par la loi belge ?

De façon synthétique, sous la forme de questions-réponses, cette brochure tente de faire le point sur ces questions.

Si vous souhaitez recevoir cette brochure par la poste, il suffit de  cliquer ici. 

 Fichier PDF  Lire la suite 


Conséquences psychologiques de l’avortement

Conséquences psychologiques de l’avortement

- Avortement

Evoquer les conséquences psychologiques de l'avortement est complexe pour nos sociétés, car en parler conduit l'auditoire à penser que la démarche proposée revient à remettre en cause la dépénalisation de l'avortement, débat inconvenant pour les démocraties notamment belge et française.

L'INED affirme que 40% des femmes françaises auront recours à l'avortement dans leur vie.

Et malgré le fait que de nombreuses femmes sont concernées par cet acte, très peu témoignent de cette expérience douloureuse et sont capables d'en parler ouvertement : il est difficile d'évoquer cette souffrance, la culpabilité, le manque d'enfant et le besoin de faire le deuil de l'enfant avorté.

S'appuyant sur de nombreuses études scientifiques, l'auteure de ce Dossier, évoque et décrit les différents symptômes possibles suite à un avortement. 

 

PLAN:

I. Caractéristiques des conséquences psychologiques de l'avortement

Troubles psychologiques possibles de la mère ayant avorté
Le soulagement - Le Déni - L...

 Fichier PDF  Lire la suite 


Nanotechnologies : le point sur la question

Nanotechnologies : le point sur la question

- Recherche médicale

Selon les dernières estimations, près de mille produits actuellement sur le marché utiliseraient des nanomatériaux.  Des batteries aux textiles, en passant par des cadres de vélos et des vitamines, la liste ne cesse de s'allonger. Annoncées comme une véritable révolution scientifique, les technologies issues des nanosciences ont fait une entrée discrète dans la vie courante.

 Fichier PDF  Lire la suite 


La fécondation in vitro est–elle incontestable ?

La fécondation in vitro est–elle incontestable ?

- Procréation médicalement assistée

Un concert de louanges a accompagné l'attribution du prix Nobel de médecine au professeur Edwards, inventeur de la fécondation in vitro (FIV). Pourtant, les objections ne manquent pas... 

Déjà, en dissociant relation sexuelle et procréation, l'insémination artificielle appliquée à l'homme avait ouvert la voie, avec le don de sperme, à la dissociation délibérée entre paternité biologique et « paternité sociale ». De nouveaux secrets de famille étaient encouragés.
Avec la FIV, les embryons ne sont plus conçus sous la protection du corps d'une mère, mais en laboratoire. On peut aussi utiliser des ovocytes d'une « donneuse » et même transférer à un couple des embryons conçus par autre couple.
La FIV et la possibilité de congeler gamètes et embryons ont amplifié les bouleversements inaugurés par l'insémination et acté ou provoqué de nouvelles transgressions.

Au total 10 objections peuvent être énoncées.

 Fichier PDF  Lire la suite 


Faut-il légaliser la gestation pour autrui?

Faut-il légaliser la gestation pour autrui?

- Gestation pour autrui

La légalisation de la gestation pour autrui (GPA)  (mères porteuses) semble inscrite à l'agenda politique. En Belgique, plusieurs propositions de loi déposées au Parlement entendent autoriser et réglementer cette pratique. En France, une commission du Sénat a publié un substantiel rapport sur la question et il s'en est suivi un large débat public. Il y a fort à parier que d'autres pays ne seront pas en reste.

La pression se fait toujours plus forte pour autoriser et encadrer juridiquement la GPA.
Pourquoi ? Un argument de taille est invoqué : l'inégalité devant l'infertilité. Dans les nombreux pays où il est largement fait droit à l'utilisation des techniques de procréation médicalement assistée, à l'exclusion de la GPA, il apparaît injuste aux yeux des femmes souffrant de pathologies utérines (absence d'utérus, ablation de l'utérus, malformations...) qu'aucune solution ne leur soit offerte pour combler leur désir d'un enfant issu de leurs propres gamètes - sauf à se rendre à l'étra...

 Fichier PDF  Lire la suite 


Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques

Belgique - Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques

- Euthanasie et suicide assisté

Les situations de vieillesse et de vie finissante sont complexes, parfois douloureuses. Elles suscitent des questions délicates qui ne s'accommodent pas de réponses simplistes. Elles mettent au défi notre sens de la solidarité et notre ingéniosité à trouver les voies et moyens d'exprimer par des gestes dignes l'authentique compassion.  

De façon synthétique, sous forme de questions-réponses, ce dossier se propose d'éclairer certaines distinctions conceptuelles capitales et de fournir quelques repères éthiques pour l'accompagnement des personnes en fin de vie.

Dit Themadossier "Ethische richtlijnen voor het begeleiden van mensen aan het levenseinde" is ook beschikbaar in het Nederlands.

 Fichier PDF  Lire la suite 


Les soins palliatifs.

Belgique - Les soins palliatifs.

- Soins palliatifs

Les soins palliatifs, un accompagnement personnalisé en fin de vie S'ENTENDRE SUR LES TERMES 

La définition des termes « euthanasie, soins palliatifs ou acharnement thérapeutique » est souvent source d'ambiguïté. D'où la nécessité d'une remise en perspective.

  Dès qu'il est question de fin de vie, que ce soit d'euthanasie ou de soins palliatifs,  les opinions s'affichent avec vigueur. Or, on constate que les termes utilisés sont souvent galvaudés et font l'objet de beaucoup d'imprécisions voire parfois d'incompréhension. Dans les milieux de soins palliatifs, les définitions de ces termes ont été précisées de façon à clarifier certaines situations et à faciliter les discussions avec les patients et leur famille.

     ACTES DE MORT

 

        Quand on parle d'euthanasie, il s'agit d'un acte réalisé par un médecin, visant à donner la mort à une personne consciente qui le demande. Cette mort est donnée volontairement pour abréger la durée de la souffrance d'un malade ou d'un blessé...

 Fichier PDF  Lire la suite 


Le don d’organes : donner pour sauver

Belgique - Le don d’organes : donner pour sauver

- Don d'organes, de tissus et de sang

Donner pour sauver ou se vendre pour vivre ? 

Se donner en sauvant une vie

1.1.        Prélèvement en cas de décès

 

Qui ne dit mot consent

La loi belge est très favorable au don d'organe. Ainsi, la loi du 13 juin 1986 se fonde sur le principe « qui ne dit mot consent ». L'hypothèse est que chacun désire céder des organes après le décès, dans un esprit de solidarité humaine. Cependant, si la personne décédée s'y est opposée, ou qu'un des membres de la famille proche manifeste son opposition après le décès, le prélèvement ne pourra pas se faire. En principe, le médecin n'est pas tenu de demander le consentement à la famille : il faut que le proche prenne l'initiative de communiquer l'opposition. Mais dans la pratique, le médecin consulte, de fait, la famille. 

Mort cérébrale

Selon le centre de transplantation d'organes des Cliniques Universitaires Saint-Luc, la mort cérébrale est l'arrêt irréversible de toutes les fonctions cérébrales, y compris celles du tronc cérébral et de l...

 Fichier PDF  Lire la suite 


Accouchement sous "X"

Belgique - Accouchement sous "X"

- Grossesse

Le droit de savoir d'où je viens : problématique de l'accouchement sous X 

1. Situation en Belgique 

En Belgique, s'il n'a jamais été explicitement interdit, l'accouchement sous X n'a jamais non plus été légalement autorisé : selon l'article 55 du Code civil, l'officier de l'état civil est tenu d'inscrire le nom de la mère dans le registre de la population de la commune dans laquelle l'enfant est né, inscription qui établit de plein droit la filiation maternelle selon la règle « mater semper certa est » (la mère est toujours certaine : maxime héritée du droit romain). De plus, en vertu de l'article 56 du Code civil, une personne qui a assisté à l'accouchement (médecin, accoucheuse, infirmière, etc.) ou le responsable de la clinique, est tenu de donner à l'officier de l'état civil avis de l'accouchement, au plus tard le première jour ouvrable qui suit celui-ci.  

Il n'y a donc pas de possibilité légale pour une femme d'entrer dans un hôpital belge pour accoucher sans donner son ide...

 Fichier PDF  Lire la suite