FR NL EN

Avis CCB euthanasie souffrance psychique, affections psychiatriques, fatigue de vivre

PDF disponibleImprimerRecommander
[Français] 14/12/2017
Auteur / source : Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

Avis  n° 73 du 11  septembre  2017 concernant  l’euthanasie  dans  les cas de patients    hors    phase  terminale, de souffrance psychique  et d’affections psychiatriques

Table des matières:

Quelle est la base juridique pour obtenir l'euthanasie lorsque le demandeur n’est pas en phase terminale d’une maladie

Existe-t-il une nécessité sociale de clarifier le concept de souffrance psychique constante et insupportable qui ne peut êtreapaisée et qui résulte d’une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable?

Clarification des concepts : La souffrance - La capacité de discernement -Diagnostiquer l’affection médicale, grave et incurable - Fatigue de vivre et vie accomplie
 
Etudes empiriques en Flandre concernant l’évolution de la fréquence d’euthanasie
 
Etudes empiriques sur la fatigue de vivre et la vie accomplie en Flandre et aux Pays- Bas

Implications (pour la demande d’euthanasie) de refus d’un traitement

Il revient au médecin de décider en dernier ressort du caractère apaisable ou non de la souffrance du patient

Le médecin est responsable pour diagnostiquer l’(in)curabilité d’une affection,le dernier mot concernant le caractère (in)supportable de la souffrance revient au patient et le caractère (in)apaisable de la souffrance est le fruit d’un dialogue approfondi et soutenu entre le patient et son médecin
 
Le débat sur la fatigue de vivre
 
Le débat aux Pays-Bas: l’affaire Brongersma (2002) et le rapport d’avis sur ‘la vie accomplie’ (2016)
 
Quel est le pouvoir d’interprétation laissé aux prestataires de soins concernant le champ d’application de la loi sur l’euthanasie
 
Proposition d’approche pour clarifier les demandes d’euthanasie en cas de fatigue de vivre
 
Quelle est la base juridique pour obtenir l'euthanasie lorsque le demandeur n’est pas en phase terminale d’une maladie
 
Existe-t-il une nécessité sociale de clarifier le concept de souffrance psychique constante et insupportable qui ne peut êtreapaisée et qui résulte d’une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable?
 
Sur l’évaluation a priori versus a posteriori des demandes de l’euthanasie

Sur l’expertise requise des médecins pratiquant l’euthanasie et les médecins consultés

Sur le statut des avis des médecins consultés
 
Sur le rôle de la Commission fédérale de contrôle et d’évaluation de la loi relative à l’euthanasie (CFCEE)