L'Université de la Vie - Que faire du temps ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 15 janvier 2018

FR NL EN

Arrêt Paradiso et Campanelli c. Italie / GPA

PDF disponibleImprimerRecommander
[Français] 27/01/2015
Auteur / source : CEDH

Un couple d’Italiens était revenu de Russie avec un enfant obtenu en payant les services d’une mère porteuse. L’enfant n’avait de lien génétique avec aucun des deux commanditaires. Ceux-ci ont été mis en examen pour altération d’état civil, l’état civil russe étant établi sur la base de données mensongères, faux et infraction aux lois sur l’adoption. Après 6 mois passés avec les « acheteurs », l’enfant a été placé et a reçu un nouvel état civil comme né de parents inconnus. C’est précisément sur la question de la conformité du placement de cet enfant aux dispositions de la Convention Européenne des Droits de l’Homme que la Cour Européenne des Droits de l’Homme a statué.

Par son Arrêt du 27 janvier 2015 la Cour s’oppose au droit italien et considère que la justice italienne a porté une atteinte disproportionnée à la « vie familiale » des commanditaires, notamment en ordonnant  la mesure de placement de l’enfant qu’ils avaient acquis en Russie. L’Italie doit payer au couple de commanditaires la somme de 20.000 euros.