FR NL EN

Spermadonor/pilules contraceptives/greffe de foie

ImprimerRecommander
[Français] 28 janvier 2013

Sommaire

  •   Oproep KU Leuven om spermadonor te worden
  •   Les pilules contraceptives de 3e et 4e générations font de plus en plus de victimes.
  •   1000e transplantation du foie à l’UZ Gent
  • Oproep KU Leuven om spermadonor te worden

    25/01/2013 - Début de vie

    De Katholieke universiteit Leuven (KU Leuven) roept haar studenten en personeel op om spermadonor te worden. Het fertiliteitscentrum van de universiteit krijgt steeds meer aanvragen voor vruchtbaarheidsbehandelingen en kampt stilaan met een tekort aan sperma.
    Sinds vorig jaar behandelt het centrum ook lesbische koppels en mede daardoor is de vraag naar fertiliteitsbehandelingen nog verder gestegen. Voor het eerst lanceert de Leuvense universiteit daarom een oproep naar personeel en studenten.

    We zijn van plan om in overeenstemming met de ethische commissie van ons ziekenhuis een meer uitgebreide promotie te gaan maken, zegt professor Thomas D’Hooghe van de KU Leuven. Het gaat om de mannelijke populatie tussen 21 en 45 jaar, inclusief eventueel personeel van het UZ Leuven en de KU Leuven, inclusief ook studenten. Dat is zeker iets om op de agenda te zetten.
    Spermadonoren kunnen rekenen op een onkostenvergoeding van 50 euro.

    Les pilules contraceptives de 3e et 4e générations font de plus en plus de victimes.

    25/01/2013 - Début de vie

    En France, plus de 350 témoignages ont déjà été enregistrés en quelques semaines. L’avocat qui a représenté Marion Labat pour sa plainte contre le laboratoire Bayer et contre le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM),  constate que chaque jour 15 à 20 témoignages nouveaux arrivent.

    Le plus ancien date de 1984 et d’autres très récents en janvier 2013, mais la majorité des accidents s’est produite entre 2009 et 2012. Toujours d’après l’avocat interrogé par "Le Point", il s’agit essentiellement de pilules de la 3e et de la 4e génération ainsi que de la Diane 35 et quelques cas de pilules de 2e génération.   " La 4e génération, qui représente un tiers des cas, semble encore plus dangereuse au vu des dossiers que nous avons recueillis ", explique encore Me Coubris. De quoi souffrent exactement les victimes ? "Environ 70 % ont eu une embolie pulmonaire et 30 % un accident vasculaire cérébral. Et malheureusement, parmi les plaintes que nous avons reçues, on déplore onze décès, majoritairement des jeunes filles âgées de 16 à 20 ans. L’âge moyen de toutes les femmes est globalement très jeune au moment de l’accident et très peu d’entre elles fumaient."
    Et en Belgique ?
    Contrairement aux mesures décidées en France, les modalités de remboursement ne seront pas modifiées, a indiqué la ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, estimant que "ces pilules ne sont pas à proscrire mais à utiliser avec précaution et il n’y a pas de raison de pénaliser les patientes qui les utilisent actuellement." Les pilules prescrites dans notre pays sont dans plus de 75 % des cas des pilules de 3e ou de 4e génération. Commentaire d’une lectrice : « Accepterions-nous d’avaler un aliment si nous savions que 3 ou 4 personnes sur 10 000 risquaient une embolie pulmonaire? »
     

    1000e transplantation du foie à l’UZ Gent

    25/01/2013 - Bioéthique, droit et politique

    L’équipe de transplantation de l’UZ Gent est le premier centre en Flandre à avoir effectué sa 1000ème transplantation du foie. Le comptage, commencé en 1991, continue depuis lors à une moyenne d’environ 50 transplantations par an, sur des adultes, des enfants et des adolescents.
    Le foie est le plus grand organe du corps humain ; il remplit diverses fonctions vitales pour le métabolisme. Vingt ans après leur transplantation, des patients ont plus de 72 % de chance de survie et la possibilité de mener à nouveau une vie active de qualité ; c’est ce que nous enseignent les chiffres de l’UZ Gent. Mais ils doivent prendre des médicaments antirejet leur vie durant. Ces immunosuppresseurs pouvant entraîner certains problèmes métaboliques (défaillance cardiaque, diabètes…), un suivi étroit est requis, ainsi qu’une rectification éventuelle de la médication. Les inconvénients sont largement contrebalancés par les gros avantages d’une transplantation.
    En Belgique, quelque 220 patients par an bénéficient d’une transplantation du foie. Les transplantations du foie sont des traitements curatifs pour des patients atteints d’affections hépatiques au stade terminal. L’origine de leur maladie est souvent une tumeur, une anomalie congénitale, l’hépatite C ou une cirrhose alcoolique. Ces personnes sont mises sur une ‘liste d’attente chronique’ ; pour les interventions extrêmement urgentes, il y a une liste d’attente urgente. Dans notre pays, les patients restent encore en moyenne un an sur une liste d’attente (chronique) avant qu’un organe qui leur convient soit disponible. Dix à treize % meurent alors qu’ils sont encore sur la liste d’attente.
     

Faire un don à l'IEB