FR NL EN

Soins palliatifs / Naissance / iPS

ImprimerRecommander
[Français] 20 septembre 2013

Sommaire

  •   Mieux accompagner les familles précarisées autour de la naissance : appel à projets de la Fondation
  •   Reconnaître officiellement la vie des bébés morts nés
  •   Cellules iPS: découverte de nouveaux gènes pour la reprogrammation
  •   Trop tard aux soins palliatifs
  •   Palliatieve zorg komt al te vaak te laat
  • Mieux accompagner les familles précarisées autour de la naissance : appel à projets de la Fondation

    16/09/2013 - Début de vie

    Pour mieux comprendre les services et les structures qui offrent un soutien aux familles autour de la naissance, la Fondation Roi Baudouin a demandé à l’ULB d’établir un état des lieux de l'offre, des obstacles et des défis dans le domaine du soutien autour de la naissance, avec une attention particulière pour les familles précarisées.

    L’étude conclut à un double besoin : rendre plus visibles les acteurs moins structurels, car ils jouent un rôle essentiel auprès des familles les plus vulnérables, et accroître les partenariats entre ceux-ci et le secteur plus connu (l’ONE, le DKF germanophone, les maternités).
    La Fondation Roi Baudouin lance dès lors un appel à projets qui vise à soutenir financièrement (jusqu’à 25.000 euros) des initiatives locales qui suscitent ce type de collaborations. Contact : Jean-Paul Collette - 02-549 02 78 - 0474-99 70 75

     

    Reconnaître officiellement la vie des bébés morts nés

    31/07/2013 - Début de vie

    Un avant projet de loi, porté par la ministre de la Justice, Annémie Turtelboom, vise à permettre aux parents qui le souhaitent d’inscrire au registre de l’état civil les fœtus nés sans vie entre 22 semaines et 6 mois de grossesse. Les parents pourraient ainsi lui donner un prénom et une reconnaissance officielle qui facilitera leur deuil, sans qu’il n’y ait aucune conséquence juridique en matière de filiation, d’héritage ou de droits sociaux. Ce texte, approuvé en Conseil de ministre, a été envoyé au Conseil d’Etat pour avis, et devra ensuite être voté au Parlement.
    La Libre 31/07/2013

     

     


     

    Cellules iPS: découverte de nouveaux gènes pour la reprogrammation

    18/09/2013 - Recherche biomédicale

    La revue Cell Stem Cell révèle dans son numéro de septembre 2013 que le Centre de Médecine Régénérative de Barcelone (CMR), en collaboration avec l'Institut Salk en Californie, est parvenu à mettre au point "un nouveau procédé d'obtention de cellules iPS". L'équipe du professeur Juan Carlos Izpisua "vient de montrer qu'il existe au moins sept autres gènes capables d'intervenir dans le processus de reprogrammation" des cellules souches. Ces gènes "sont présents dans la cellule adulte et c'est la combinaison de leur expression" qui permet le processus de reprogrammation.
    Dans ses travaux sur les cellules iPS qui lui ont valu le Prix Nobel de médecine en 2012, le Pr S. Yamanaka avait procédé à l'introduction de quatre gènes. De ce fait, "plutôt que d'envisager de 'reconstruire' de nouveaux tissus in vitro à partir de cellules souches adultes d'un patient", une "auto-réparation" des organes serait envisageable par cette nouvelle découverte, grâce à une reprogrammation in vivo.
    BE Espagne 129 (Bertrand Bouchet) 17/09/2013  Source : genethique.org

    Voir Fiche didactique cellules iPS
     

    Trop tard aux soins palliatifs

    18/09/2013 - Fin de vie

    Les personnes atteintes de maladies incurables sont souvent transférées trop tard en soins palliatifs, selon une enquête basée sur les données de 2 400 patients belges, ont indiqué mardi la Vrije Universiteit Brussel et l’Université de Gand.
    Le transfert vers les soins palliatifs arrive plus souvent pour les personnes atteintes d’un cancer (63 %) que pour celles atteintes de démence (37 %), d’insuffisance cardiaque (34 %) ou de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) (20 %). "Beaucoup de patients ne sont donc pas transférés", selon Kim Beernaert et les Prs Lieve Van den Block et Luc Deliens de l’équipe de recherche. "S’ils sont effectivement envoyés en soins palliatifs, cela semble arriver trop tard."
    Le groupe de chercheurs estiment que les soins palliatifs sont trop souvent considérés comme une spécialisation pour la fin de vie, et pas assez comme un soin nécessaire supplémentaire au traitement d’une maladie chronique. "Opter pour les soins palliatifs ne veut pas dire renoncer, mais faire le choix d’une amélioration de la qualité de vie pour le patient et la famille, peu importe le temps que cela peut prendre."

     

    Palliatieve zorg komt al te vaak te laat

    18/09/2013 - Fin de vie


    Doodzieke patiënten die geen enkel perspectief op genezing meer hebben, zouden idealiter zo snel mogelijk moeten worden bijgestaan door palliatieve hulpverleners. Maar die filosofie is in onze ziekenhuizen nog altijd niet doorgedrongen. Uit onderzoek van de VUB en de UGent blijkt dat te veel patiënten zeer laattijdig worden doorverwezen.
    Nog opvallender: de onderzoekers stelden ook vast dat 40 procent van de patiënten met een chronische en ongeneeslijke longaandoening en 16 procent van de kankerpatiënten tot de laatste week voor het overlijden nog een genezende behandeling kregen die vaak extra pijn veroorzaakt. … Volgens dr. Luc Deliens van de VUB wordt palliatieve zorg nog al te vaak beschouwd als iets wat patiënten in de laatste dagen van hun leven nodig hebben. 'Het is in de praktijk vaak een crisisinterventie', zegt hij. 'Artsen schakelen het palliatieve zorgteam van hun ziekenhuis pas in als ze zelf vinden dat ze niets meer voor de patiënt kunnen doen. Ook patiënten en hun families hebben nog te veel een verkeerd beeld over de palliatieve zorg, terwijl de zorg erop gericht is om de kwaliteit van het leven van de patiënt zo lang als het kan zo goed mogelijk te houden.'
    Gevolg van de laattijdige doorverwijzingen: nog te veel patiënten overlijden in het ziekenhuis, terwijl ze nog een of andere behandeling volgen. Terwijl ze evengoed, in alle rust, thuis zouden kunnen sterven, aldus Deliens. Hij vindt dat de palliatieve teams die elk ziekenhuis heeft, dringend aan de alarmbel moeten trekken en de specialisten erop attent moeten maken dat ze veel vroeger in de behandeling van een patiënt betrokken moeten worden.
    Bron: De Standaard
     

Faire un don à l'IEB