L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Royaume-Uni : rejet du projet de loi sur le suicide assisté

ImprimerRecommander
[Français] 12 septembre 2015

Sommaire

  •   Royaume-Uni : rejet du projet de loi sur le suicide assisté
  •   Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?
  • Royaume-Uni : rejet du projet de loi sur le suicide assisté

    11/09/2015 - Fin de vie

    Ce vendredi 11 septembre 2015, la Chambre des communes a rejeté par 330 votes contre 118 un projet de loi relatif au suicide assisté au Royaume–Uni. C’est donc une majorité écrasante qui a émis par ce vote un signal fort confortant la volonté du Premier Ministre David Cameron, de ne pas engager le Royaume-Uni sur une voie risquant de mener à l’euthanasie.
    En 1997, un projet de loi similaire avait été rejeté. Le projet de loi proposé par les travaillistes en 2015 visait à favoriser le suicide assisté des personnes dites en « phase terminale », n’ayant plus que six mois à vivre. Dans cette situation, il s’agissait de procurer aux personnes souhaitant mettre fin à leurs jours, un produit létal pour qu’elles provoquent leur propre mort.
    Une telle mesure a été fortement décriée par de nombreux citoyens qui se sont mobilisés devant le Parlement, dont nombre de personnes handicapées, afin de manifester leur opposition à ce projet de loi.
    Source : BBC

     

     

     

     

    Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

    09/09/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    En Australie, le Conseil national sur la santé et la recherche médicale (NHMRC) consulte les citoyens australiens sur un projet de recommandations éthiques relatif à la procréation médicalement assistée. Il s’agit entre autres d’élargir le recours à la Fécondation in vitro (FIV) et au Diagnostic Pré-implantatoire (DPI), techniques médicales initialement réservées à des couples stériles, pour les autoriser aux couples fertiles, dans le seul but de leur permettre de sélectionner un embryon pour choisir le sexe de l’enfant.
    Pour rappel, la FIV est une opération lourde et qui n’est pas sans risques, tant pour la femme que pour l’enfant : stimulation ovarienne, ponction et fécondation de plusieurs ovocytes, analyse de l’embryon et test DPI, réimplantation dans l’utérus de l’embryon non seulement sain mais dans ce cas-ci, d'un embryon du sexe choisi.
    Jusqu’à ce jour, les lois de différents pays autorisaient de recourir au DPI et à la sélection du sexe de l’enfant uniquement lorsqu’il y avait « un risque de transmission d’une maladie génétique grave ».
    Outre les risques présentés par la FIV et le DPI, la sélection d’un enfant en fonction de son sexe ne manque pas de soulever de graves questions éthiques. Qu’adviendra-t-il par exemple de l’embryon conçu, mais dont le sexe ne conviendrait pas aux parents ? Pour répondre au « simple » désir des parents de choisir le sexe de leur enfant, l’Australie serait-elle prête à autoriser le recours à la FIV, et par conséquent au DPI, à ces couples.

    Source : Le Monde
    Lien vers la consultation nationale : ICI


     

Faire un don à l'IEB