FR NL EN

Questions parlementaires / Alzheimer

ImprimerRecommander
[Français] 12 avril 2013

Sommaire

  •   Avortements, pilules et stérilets
  •   Alzheimer : manque de moyens financiers et humains
  •   Trop de césariennes en Belgique
  • Avortements, pilules et stérilets

    11/04/2013 - Début de vie

    Dans une question écrite du 23 janvier 2013, Monsieur Bert Anciaux a interpellé Madame Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la santé publique sur la nette augmentation du nombre d’avortements, surtout parmi les femmes de 20 à 35 ans. Il a notamment relevé que 70% d’entre elles n’ont jamais été mariées, 50% n’ont pas encore d’enfant et que 30% avaient déjà avorté auparavant. Frappé par le fait que 50% de ces femmes n’employaient pas de contraception, il a également interpellé la ministre sur l’opportunité de procurer gratuitement le stérilet et la pilule. Le 27 février 2013, la ministre Onkelinx a répondu être consciente de la nécessité de la prévention mais que la gratuité de la pilule et du stérilet hormonal représenterait un surcoût de 50 millions, difficiles à trouver dans ce contexte budgétaire.
    Il faut rappeler que le stérilet hormonal, tout comme certaines pilules contraceptives, doit être classé  dans la catégories des moyens abortifs, puisqu'ils empêchent la nidation alors qu'il y a déjà eu conception.
     

    Alzheimer : manque de moyens financiers et humains

    11/04/2013 - Fin de vie

    «La Belgique se trouve au sommet mondial en matière de recherche sur la maladie d’Alzheimer, il manque seulement le financement approprié», explique la Fondation Alzheimer en septembre dernier, qui ajoute que les chiffres officiels font état de 165.000 personnes diagnostiquées comme souffrant de démence, dont 130.000 sont des patients Alzheimer. «Les personnes diagnostiquées ne sont que le sommet de l’iceberg», souligne le professeur Christine Van Broeckhoven en septembre 2012. «La réalité est qu’il y a trois fois plus de personnes qui souffrent de démence, et donc aussi d’Alzheimer

     

    Trop de césariennes en Belgique

    11/04/2013 - Début de vie

    Dans une question écrite, Monsieur Bert Anciaux a interrogé Madame Onkelinx, ministre des Affaire sociales et de la santé publique, sur le nombre élevé de césariennes pratiquées en Belgique. Il s’est appuyé sur un rapport de l’Agence Intermutualiste qui mentionne qu’entre 2008 et 2010, 19,8% des accouchements ont été pratiqués par césarienne alors que l’Organisation mondiale de la Santé conseille un plafond de 15%. Il s’inquiétait également des différences de pratique frappantes (de 60%) entre les hôpitaux. Le 7 mars 2013, la ministre Onkelinx a répondu que le taux de césariennes en Belgique était plus bas que dans la majorité des pays limitrophes, et plus bas que pour la moyenne des pays de l’OCDE. L’augmentation de l’âge moyen des femmes venant pour une première grossesse ou le nombre de naissances multiples dues aux techniques de procréation assistée pourraient être des facteurs explicatifs. Quant aux fortes différences observées selon les hôpitaux, elles pourraient, selon elle, s’expliquer par des différences de patientèle. La ministre a néanmoins envoyé un formulaire aux différents établissements pour permettre l’évaluation de leur pratique.

Faire un don à l'IEB