L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Plainte contre un médecin euthanasie/ PMA à Namur

ImprimerRecommander
[Français] 2 mai 2014

Sommaire

  •   Tom Mortier porte plainte contre un médecin suite à l’euthanasie qui a tué sa maman.
  •   Comment retrouver son père biologique ?
  •   Procréation médicalement assistée : performances du CHRN à Namur
  • Tom Mortier porte plainte contre un médecin suite à l’euthanasie qui a tué sa maman.

    24/04/2014 - Fin de vie

    Le fils d'une femme souffrant d'une dépression chronique a porté plainte mardi au parquet de Bruxelles contre le praticien Wim Distelmans, qui a procédé à l'euthanasie de sa mère. Tom Mortier avait déjà amené l'affaire devant l'Ordre des Médecins en février dernier. "De sérieux indices prouvent que la loi n'a pas été correctement appliquée dans le traitement de la demande d'euthanasie de la patiente", déclare mercredi l'avocat du plaignant. Une démarche qui permettra de lever le doute qui plane sur cette affaire, estime l'UZ Brussel. La plainte concerne le professeur Wim Distelmans, président de la commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique. C'est la première fois que le médecin favorable à l'euthanasie est l'objet d'une plainte.  Source : La Libre

     


     

     

     

    Comment retrouver son père biologique ?

    24/04/2014 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Leen Bastiaansen a appris à 21 ans qu'elle était un enfant de donneur et sa vie a basculé. C’est pourquoi, elle a créé Donorkind,  une asbl pour défendre les intérêts des enfants de donneur et les aider à se battre contre l'anonymat total des donneurs qui existe en Belgique. « Nous voulons faire prendre conscience que le don de sperme n'est pas anodin et qu'il y a des conséquences à long terme, et en premier lieu pour les enfants conçus de cette façon. (…)  Les cliniques de la fertilité prennent soin de leurs clients qui sont des parents voulant des enfants et des donneurs, qui peuvent rendre cela possible. Mais ils se fichent complètement des personnes qu'ils conçoivent tous les jours ! »
    Le combat de  l’association Donorkind est aussi politique. « Nous essayons de convaincre les politiques que les lois concernant le don de sperme doivent être changées. Le don de sperme anonyme devrait être interdit parce que cela viole le droit fondamental de connaîte ses origines. Nous sommes conscientes que la biologie n'est pas la seule source de notre identité mais le fait d'être dans l'incapacité de retracer la moitié de son capital génétique est une situation très difficile à vivre pour beaucoup d'enfants de donneur. Plusieurs pays ont reconnu que l’anonymat du don de sperme, d’ovocyte ou d’embryons n’était pas éthique. Ils ont changé leurs lois. Mais les politiques belges ne comprennent toujours pas l'urgence de ce problème de société. Par conséquent, c'est aux enfants de donneur eux-mêmes de se lever pour faire entendre leurs droits et tenter de sensibiliser le plus grand nombre sur ce que nous ressentons et pourquoi nous voulons faire changer les choses. »
    Plus d'infos sur www.donorkind.be En néerlandais uniquement mais une version française sera prochainement en ligne.
     


    Procréation médicalement assistée : performances du CHRN à Namur

    24/04/2014 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Madame Anne Vansteenbrugge, biologiste responsable du laboratoire s’exprime sur les chiffres de réussite en procréation médicalement assistée qu’elle attribue à la qualité de l’accueil et à l’« environnement extrêmement performant où tout est contrôlé ». Le contrôle va jusqu’à une sélection tardive de l’embryon avant réimplantation. Le CHRN utilise en effet la culture prolongée (cinq jours de culture au lieu de trois comme c'est souvent le cas), ce qui permet d’être « encore plus sélectif et de choisir l'embryon ayant le plus de chance d'initier une grossesse. »
    D’autre part, le docteur Patrick Pauwels, chef du service PMA, a mis en lumière certains chiffres : 15% des couples sont touchés par l'infertilité en Belgique. « Deux tiers des infertilités sont dus à des problèmes de sperme. Ces problèmes sont liés aux conditions actuelles: stress, tabac, alcool, pesticides, etc. Quant aux patientes fumeuses, il leur faudra deux fois plus de cycles en fécondation in vitro (FIV) pour obtenir une grossesse », ajoute-t-il.
    Le service PMA intervient non seulement pour une femme vivant seule mais aussi pour les couples de lesbiennes leur proposant une insémination par un donneur. « Cela fait partie de l'esprit d'un hôpital public. La progression est très importante. Nous avons aussi beaucoup de demandes de femmes françaises homosexuelles. » Parmi les couples de lesbiennes, 30% des demandes viendraient de femmes françaises.
    Parmi les nouveautés du CHR,  la création d'une banque d'ovules. Celle-ci permet aux femmes de préserver leurs ovules avant un traitement anti-cancéreux. Après leur guérison, ces patientes pourront disposer d'ovules sains. Le centre de PMA de Namur accepte aussi le « Social Freezing », technique qui permet aux femmes de faire congeler leurs ovules (Freezing), non pas pour une cause médicale mais pour convenance personnelle et  d’ainsi reporter à plus tard leur grossesse.
    Voir à ce sujet  l’Avis de Comité de Bioéthique de Belgique.
    Source :  JDM, d’après Belga.
     

Faire un don à l'IEB